Biden fait appel à l’avocat Mallory Stewart pour un poste de contrôle des armements aux États-Unis

WASHINGTON (Oxtero) – Le président Joe Biden a déclaré vendredi qu’il prévoyait de nommer Mallory Stewart au poste de secrétaire d’État adjoint au contrôle des armements, une tâche clé alors que Washington et Moscou envisagent un successeur au nouveau traité de contrôle des armements START.

S’il est confirmé par le Sénat, Stewart, désormais directeur principal du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, dirigera le bureau du contrôle des armements, de la vérification et de la conformité du département d’État, a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Les États-Unis et la Russie ont prolongé en février New START de cinq ans. Le traité, qui est entré en vigueur pour la première fois en 2011, limite le déploiement des États-Unis et de la Russie au maximum de 1 550 têtes nucléaires stratégiques chacun et impose des restrictions aux missiles et bombardiers terrestres et sous-marins pour les livrer.

Historiquement, le secrétaire d’État adjoint au contrôle des armements joue un rôle central dans la négociation de tels accords.

Lors de leur sommet à Genève le 16 juin, Biden et le président russe Vladimir Poutine ont convenu d’entamer des pourparlers sur la « stabilité stratégique » pour « chercher à jeter les bases de futures mesures de contrôle des armements et de réduction des risques ».

Stewart, qui travaillait auparavant au bureau et en tant qu’avocat du département d’État pour le contrôle des armements, était un architecte du cadre américano-russe visant à éliminer le stock déclaré d’armes chimiques de la Syrie.

La Syrie, qui a rejoint l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) en 2013 pour éviter une intervention militaire des États-Unis suite à une attaque chimique antérieure, a déclaré avoir entièrement détruit les stocks d’armes chimiques déclarés à l’agence.

Cependant, un rapport d’avril 2020 des enquêteurs de l’OIAC a révélé que des avions militaires syriens et un hélicoptère avaient largué des bombes au sarin et au chlore interdites sur le village syrien de Ltamenah en mars 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*