Biden fait appel à un assistant de la Chambre pour présider la Commission américaine de sécurité des produits de consommation

(Oxtero) – Le président Joe Biden envisage de nommer un avocat principal pour un comité de la Chambre des représentants des États-Unis pour présider la Commission de la sécurité des produits de consommation (CPSC), ainsi qu’un avocat de l’agence pour un autre poste de commissaire, a déclaré la Maison Blanche.

Biden a annoncé vendredi soir qu’il avait l’intention de nommer Alexander Hoehn-Saric, un démocrate qui est l’avocat principal du sous-comité de l’énergie et du commerce sur les communications et la protection des consommateurs à la tête de la CPSC. Oxtero a annoncé les nominations prévues plus tôt.

Hoehn-Saric travaille sur la législation et la surveillance liées à la sécurité des produits, à la protection des consommateurs et aux communications.

Le président démocrate envisage également de nommer Mary Boyle à la commission, a déclaré la Maison Blanche. Elle est l’actuelle directrice exécutive de la CPSC et a passé plus d’une décennie à l’agence à des postes de direction.

« Les familles américaines ont besoin d’un flic solide à la Consumer Product Safety Commission », a déclaré la présidente de la commission sénatoriale du commerce, Maria Cantwell, dans un communiqué, ajoutant que Hoehn-Saric, qui est également un ancien avocat principal de la commission sénatoriale du commerce, « a été au premier plan de la lutte pour une CPSC forte afin de protéger les consommateurs, les enfants et les familles contre les produits dangereux. « En décembre 2019, les démocrates du Sénat ont déclaré dans un rapport que la CPSC faisait preuve d’une déférence inappropriée envers les entreprises sur lesquelles elle enquête.

Les accords conclus par la commission sous le président républicain de l’époque, Donald Trump, « sont en contradiction avec les accords de rappel traditionnels négociés par la CPSC », selon le rapport de la commission sénatoriale du commerce.

« Plutôt que de fournir aux consommateurs un remède spécifique qui répare tous les produits concernés ou un remboursement pour retirer les produits dangereux des maisons, ces rappels servent perversement d’outils marketing pour permettre à l’entreprise effectuant le rappel de vendre des produits supplémentaires », selon le rapport.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*