L’Éthiopie nie avoir bloqué l’aide au Tigré où les camions du PAM ont attendu des jours pour décharger

ADDIS-ABEBA (Oxtero) – L’Éthiopie a démenti vendredi avoir bloqué l’aide humanitaire dans sa région du nord du Tigré, où des centaines de milliers de personnes sont menacées de famine, et a déclaré qu’elle reconstruisait des infrastructures au milieu des accusations selon lesquelles elle utilise la faim comme une arme.

Le Front populaire de libération du Tigré, les autorités provinciales que les forces éthiopiennes et les troupes de l’Érythrée voisine avaient chassées l’année dernière, sont retournés dans la capitale régionale Mekelle cette semaine sous les applaudissements de la foule, dans un renversement dramatique de huit mois de guerre.

Le gouvernement éthiopien a déclaré un cessez-le-feu unilatéral que le TPLF a rejeté comme une blague. Des rapports font état de poursuites des affrontements dans certains endroits alors que la pression s’intensifie au niveau international pour que toutes les parties se retirent.

« L’allégation selon laquelle nous essayons d’étouffer le peuple tigréen en refusant l’accès humanitaire et en utilisant la faim comme arme de guerre est hors de l’ordinaire », a déclaré le vice-Premier ministre Demeke Mekonnen aux diplomates à Addis-Abeba.

« Nous avons déployé tous les efforts possibles pour reconstruire les infrastructures endommagées et restaurer l’électricité, les télécommunications, Internet et les services bancaires. »

Juste avant la prise de Mekelle, Oxtero a vu un convoi de 34 camions – chacun chargé de 43 tonnes d’aide alimentaire – s’arrêter dans la ville tigréenne de Mai Tsebri. Des drapeaux bleus du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies étaient suspendus aux cabines détrempées par la pluie.

Les camions avaient attendu quatre jours à un poste de contrôle contrôlé par les forces régionales d’Amhara alliées au gouvernement. Finalement, ils ont déchargé la nourriture, sans avoir atteint la zone où elle était nécessaire.

L’aide est complètement bloquée depuis que le TPLF a pris la capitale, a déclaré à Oxtero un haut diplomate d’Addis-Abeba.

Dans un discours prononcé mardi, le Premier ministre Abiy Ahmed a déclaré que les Tigréens devaient réfléchir à qui ils ont choisi comme dirigeants.

« S’ils applaudissent après notre départ – alors que nous étions ceux qui leur donnaient du blé – ils ont besoin d’un temps de silence », a-t-il déclaré.

‘ACTE DE GUERRE’

Les Nations Unies ont déclaré début juin qu’au moins 350 000 personnes dans le Tigré étaient confrontées à la famine. L’Agence américaine pour le développement international a estimé la semaine dernière le nombre à 900 000.

Le TPLF a dominé le gouvernement central pendant des décennies avant qu’Abiy n’arrive au pouvoir en 2018. Son gouvernement se bat contre le TPLF depuis la fin de l’année dernière, lorsqu’il a accusé le TPLF d’avoir attaqué des bases militaires au Tigré. Des milliers ont été tués.

Le porte-parole du TPLF, Getachew Reda, a déclaré à plusieurs reprises à Oxtero cette semaine que le groupe condamnait la fermeture des services par le gouvernement comme un acte de guerre continu.

Il a accusé l’armée et les forces régionales d’Amhara d’avoir détruit jeudi l’un des trois ponts sur la rivière Tekeze. Il a déclaré que les forces avaient également endommagé les deux autres ponts, qualifiant la destruction d’« effort délibéré » pour s’assurer que l’aide n’atteigne pas les habitants du Tigré.

Les commentaires de Demeke niant que le gouvernement bloquait l’aide « contredisent totalement la réalité sur le terrain », a déclaré Getachew, alléguant que le gouvernement avait systématiquement détruit les infrastructures, y compris les outils agricoles nécessaires à la saison des plantations.

Le PAM a également sonné l’alarme sur la destruction jeudi d’un pont sur la Tekeze, affirmant que même avant cela, l’agence disposait de nourriture destinée aux personnes en situation de famine qui était bloquée.

Une fois le pont terminé, un responsable du PAM a déclaré vendredi aux journalistes à Genève : « Nous avons actuellement une route possible vers le Tigré qui est beaucoup plus longue et prendra beaucoup plus de temps pour atteindre les zones durement touchées du Tigré ».

Le PAM a repris ses livraisons dans le Tigré, mais fait face à des problèmes d’accès persistants et est « très en retard » dans l’approvisionnement des personnes menacées de famine, a déclaré son coordinateur d’urgence, Tommy Thompson.

S’exprimant par téléphone satellite depuis Mekelle, il a déclaré que les combats se poursuivaient dans certaines « zones chaudes » et que ses 35 membres du personnel avaient été « piégés » pendant les hostilités.

« Le PAM n’a suspendu ses opérations que pendant environ 48 heures et nous avons commencé à opérer dans le nord-ouest assez rapidement par la suite, parvenant à atteindre probablement d’ici la fin de ce week-end probablement environ 40 000 personnes », a-t-il déclaré lors d’un briefing à Genève.

Mais Thompson a déclaré qu’il était « prudemment optimiste » qu’un pont aérien pourrait être mis en place dans les prochains jours pour accélérer la livraison de l’aide.

Le responsable gouvernemental Redwan Hussein a déclaré aux journalistes que l’espace aérien serait ouvert « au cas où des avions de l’ONU auraient besoin de transporter de l’aide ».

Mais il a ajouté qu’une fois les avions atterris au Tigré : « Pour tout ce qui se passe au sol, le gouvernement n’assumera aucune responsabilité car cette chance est désormais fermée ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*