Mon mari vit dans ma maison de 650 000 $. Il se plaint de payer un «loyer» de 2 000 $ par mois – et veut utiliser cet argent pour négocier des actions

Cher Quentin,

Mon mari et moi sommes mariés depuis deux ans. Nous gagnons tous les deux à six chiffres, bien que je gagne beaucoup plus que lui.

Nous sommes tous les deux dans la mi-quarantaine et c’est notre deuxième mariage. Nous avons un accord prénuptial et gardons tout notre argent séparé. Lorsque nous nous sommes mariés, il a emménagé dans ma maison avec moi et mon enfant de 15 ans.

Il me paie 2 000 $ par mois pour tous les frais de subsistance, à l’exception de l’épicerie. Je suis propriétaire de la maison et les factures s’élèvent à environ 30 000 $ par année. Il me harcèle continuellement en me disant que c’est injuste qu’il paie un loyer. Je suppose qu’il pense qu’il devrait payer moins ou rien.

Il dit qu’il ne veut pas payer de loyer, car il ne reçoit rien en retour et l’argent est gaspillé. Il pense que je gagne de l’argent avec lui. Je lui ai proposé d’acheter la moitié de la maison, et il n’a aucun intérêt à le faire.

« 
«Il se plaint que toutes mes affaires sont ici et que la maison est principalement à moi. J’ai proposé de déménager pour que nous puissions trouver une place ensemble.
« 

Il veut garder son argent à la banque afin qu’il puisse gagner de l’argent grâce à des investissements tels que le commerce. Le montant qu’il paie est-il juste? Dois-je offrir une remise sur le logement ? Nous vivons dans une maison de 650 000 $.

Il se plaint que toutes mes affaires sont ici, et surtout que la maison est à moi. J’ai proposé de déménager pour que nous puissions trouver un logement ensemble, et il dit que ce n’est pas une option à moins que je veuille mettre tout l’argent à l’avance et acheter la maison.

Son raisonnement est qu’il veut utiliser son argent pour le commerce et les investissements. J’ajoute qu’au cours des quatre dernières années que nous nous connaissons, il n’a eu aucun investissement positif à déclarer dans sa déclaration de revenus.

Selon vous, qu’est-ce qu’un compromis juste ici ? Comment lui faire comprendre que je ne profite pas de lui, mais qu’il est un adulte et qu’il devrait être capable et disposé à payer sa part sans se plaindre ?

Sincèrement,

Le propriétaire et la deuxième épouse

Cher propriétaire,

Le loyer d’un homme est à la charge d’une autre femme.

Vous vous connaissez depuis quatre ans, vous êtes mariés depuis deux ans et vous en êtes tous les deux à vos deuxièmes mariages. Je soutiens votre décision d’avoir des comptes bancaires séparés, au moins pour l’instant, et d’avoir un arrangement où votre mari paie ses frais. Il paie plus de la moitié des dépenses de votre maison, mais vous avez également dépensé 650 000 $ pour une maison et vous avez travaillé dur pour la rembourser avant la mi-quarantaine.

« 
« Ses frais de subsistance mensuels n’augmentent jamais et il vit dans une grande maison. C’est une bonne affaire.
« 

Je suppose que vous avez eu une conversation sur les finances avant de vous marier, et vous avez conjointement accepté ces 2 000 $. Étant donné que votre mari souhaite payer moins pour pouvoir jouer en bourse – et a rejeté votre suggestion de contribuer à une maison que vous possédez conjointement – ​​je pense qu’il fait une bonne affaire. Ses frais de subsistance mensuels n’augmentent jamais et il vit dans une grande maison.

Il est difficile de dire si 2 000 $ c’est trop sans savoir où vous habitez et combien gagne votre mari, mais en supposant qu’il aurait des difficultés à louer un appartement d’une chambre pour le même prix, c’est une bonne affaire. De plus, il veut tous les avantages et aucun des risques. Si les fondations ont besoin d’être étayées, vous payez. Si le toit doit être remplacé, c’est votre service.

Il y a aussi un double standard planant sur sa demande pour que vous le soulageiez de ses frais de subsistance. Ce qui vous appartient, c’est à lui de vivre gratuitement, mais tout cet argent supplémentaire pour les investissements lui appartient ? C’est un peu riche pour lui de vous réprimander pour avoir fait une chose, puis de vous dire allègrement qu’il souhaite faire une version de la même chose. C’est un double standard. Pas de vente.

Lisez aussi: Jamie Dimon insiste pour que ses employés retournent au bureau – voici pourquoi c’est un peu riche

Vous pouvez envoyer un e-mail à The Moneyist pour toute question financière et éthique liée au coronavirus à qfottrell@marketwatch.com, et suivre Quentin Fottrell sur Twitter.

En envoyant vos questions par e-mail, vous acceptez qu’elles soient publiées de manière anonyme sur MarketWatch. En soumettant votre histoire à Dow Jones & Company, l’éditeur de MarketWatch, vous comprenez et acceptez que nous puissions utiliser votre histoire, ou des versions de celle-ci, dans tous les médias et plateformes, y compris via des tiers.

Découvrez le Facebook privé Moneyist

FB,
+0,09%
groupe, où nous cherchons des réponses aux problèmes d’argent les plus épineux de la vie. Les lecteurs m’écrivent avec toutes sortes de dilemmes. Postez vos questions, dites-moi ce que vous voulez en savoir plus, ou pesez-vous sur les dernières colonnes Moneyist.

Plus de Quentin Fottrell:

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*