Le point de vue du Guardian sur le rééquilibrage de l’économie : le Brexit ne le fera pas | Éditorial

gL’adhésion à l’UE est en train de changer l’économie britannique. Mais pas comme le suggèrent les gros titres. La semaine dernière, il y avait beaucoup de bruit que Brexit Britain avait obtenu un hub de véhicules électriques de 1 milliard de livres sterling à Sunderland, où Nissan produira un nouveau modèle de voiture entièrement électrique et son partenaire Envision construira une énorme usine de batteries. C’était une bonne nouvelle. Mais l’accent a été moins mis sur le fait que les unités construites seront adaptées aux règles fixées par Bruxelles.

Les ministres sont timides sur ce qui a été payé pour garder le géant automobile japonais ici. Les États brandissent souvent des carottes économiques pour attirer les investissements. Le Royaume-Uni l’aurait fait si nous étions restés dans l’UE. Au lieu de cela, avec la Grande-Bretagne en dehors du bloc, Nissan avait le dessus dans les négociations. Si l’usine était allée ailleurs, cela aurait été un signal clair que la Grande-Bretagne était une destination moins attrayante en dehors de l’UE qu’elle ne l’était à l’intérieur. Sans cet investissement, les ministres auraient pu être accusés de manière crédible d’avoir trahi les électeurs du « mur rouge ».

Si l’investissement de Nissan est un vote de confiance dans le Brexit, alors il faut se demander que dire des entreprises qui sont parties depuis 2016. Les offres d’emploi dans la finance britannique ont plongé à la baisse depuis le référendum de 2016. Cela ne devrait surprendre personne : avant Noël, Boris Johnson a réussi à obtenir un mince accord commercial avec l’UE qui a soulagé les fabricants mais consterné les services financiers, qui représentent 7 % du PIB du pays.

M. Johnson a qualifié cela d’accord de « style australien ». En fait, c’était pire que cela : il est désormais plus facile de vendre de nombreux produits financiers à l’UE depuis Sydney que Londres, bien que cette dernière se trouve à 10 000 milles plus près de Bruxelles. Il y avait eu un certain espoir que le chancelier de l’échiquier, Rishi Sunak, aurait pu sauver cette situation en convaincant l’UE d’accorder une « équivalence » aux entreprises de la ville pour qu’elles opèrent sur un pied d’égalité avec les entreprises européennes locales. Mais le même jour que l’annonce de Nissan, M. Sunak a déclaré que sa tentative d’obtenir de telles conditions était au point mort. Le résultat sera que ceux qui souhaitent négocier et compenser des titres dans l’UE devront déplacer leurs opérations vers le continent. Cela se produit déjà. Avant le Brexit, plus de la moitié des échanges d’actions européennes se faisaient à Londres ; maintenant c’est moins de 20 %. Remarquablement, la City risque maintenant de glisser derrière Amsterdam en tant que plus grand centre d’échange d’actions d’Europe.

Certains pourraient voir une telle perte comme un rééquilibrage indispensable de l’économie britannique, avec le besoin de plus d’emplois dans la fabrication de choses et de moins de papier brouillé. Mais les services financiers emploient environ six fois plus de personnes que l’industrie automobile, et un rééquilibrage est certainement mieux fait selon nos conditions, pas selon celles des autres. Notre approche de laisser-faire à l’économie nous a laissé rattraper notre retard. Le marché boursier britannique regorge d’actions polluantes et manque d’opportunités d’investissement industriel vert. L’offre de gilt verte de 15 milliards de livres sterling du gouvernement peut aider à réduire le coût de la mobilisation de capitaux pour les entreprises d’énergie renouvelable, mais l’aide est inférieure à celle offerte par les États-Unis, la France et l’Allemagne.

La Grande-Bretagne pourrait miser sur les sociétés de technologie financière et tenter de fixer les règles dans un secteur en croissance rapide. Elle pourrait opter pour une plus grande déréglementation en abaissant les exigences d’autorisation et en supprimant les règles de divulgation. Ce serait imprudent et encouragerait le genre de pratiques brutales qui ont conduit au dernier krach financier. La Grande-Bretagne aurait dû mieux réglementer la City. Il n’avait pas besoin de quitter l’UE pour le faire. Helen Thompson, professeur d’économie politique à l’Université de Cambridge, a fait valoir en 2017 que la position de la Grande-Bretagne en tant que membre non euro de l’UE, tout en possédant le centre financier offshore de la zone euro, rendait le Brexit inévitable. Maintenant que nous avons perdu ce rôle, la Grande-Bretagne en cherche un autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*