Rick Carlisle embauché comme entraîneur-chef des Indiana Pacers

Après avoir quitté son poste d’entraîneur-chef des Mavericks de Dallas la semaine dernière, le bref séjour de Rick Carlisle dans les eaux des agences indépendantes d’entraîneurs-chef a pris fin.

Selon Tim MacMahon d’ESPN, Carlisle a accepté de signer un contrat de 29 millions de dollars sur quatre ans avec les Indiana Pacers.

Carlisle a passé 13 saisons à Dallas, accumulant un record de 555-478 et menant les Mavs à leur premier et unique championnat NBA en 2010-11.

Avant son concert à Dallas, Carlisle était l’entraîneur-chef des Pacers de 2003-04 à 2006-07. Il affichait une fiche de 181-147 et a mené l’équipe aux finales de la Conférence de l’Est en 2003-04.

Carlisle a démissionné de son poste d’entraîneur-chef un jour après qu’il a été annoncé que le président de longue date des opérations de basket-ball, Donnie Nelson, quittait la franchise. Il a également été rapporté qu’il y avait des tensions entre Carlisle et la jeune superstar des Mavs, Luka Doncic.

Cependant, Carlisle a déclaré que le départ de Nelson et tout conflit potentiel avec Doncic n’avaient pas motivé sa démission.

«  »Vous ne voulez jamais arriver à un point où vous avez l’impression de dépasser votre accueil, et j’ai juste senti que c’était le bon moment », a déclaré Carlisle jeudi. « J’ai juste un grand respect pour [Mark Cuban] et tout le monde là-bas, et j’ai la chance de passer à une autre grande opportunité.

Le propriétaire des Mavericks, Mark Cuban, a également annoncé qu’il ne demanderait pas d’indemnisation pour le départ de Carlisle (car Carlisle avait encore deux ans sur son contrat avec les Mavericks) car il ne voulait pas interférer avec le processus d’embauche de Carlisle.

Carlisle reprend une équipe très talentueuse, mais souvent blessée, des Pacers.

Sous la direction de Nate Bjorkgren, qui a été démis de ses fonctions d’entraîneur-chef après une saison décevante de 38-44, l’équipe a eu du mal à trouver un rythme et a été éliminée du tournoi de play-in (la première fois qu’elle a raté les séries éliminatoires en cinq ans).

Cependant, Carlisle est toujours optimiste quant à l’alignement – qui comprend des joueurs en plein essor tels que Domantas Sabonis, Malcolm Brogdon et Caris Levert – et est ravi d’essayer de reproduire la magie qu’il a trouvée en tant qu’entraîneur en 2010-11.

« [General manager Kevin Pritchard] et j’ai beaucoup parlé de la liste. J’aime leur liste. C’est une équipe de gars qualifiés et altruistes qui jouent dur. Il est toujours possible que des changements soient faits avant la saison, mais je pense que Kevin et moi sommes tous les deux très excités à l’idée de remettre l’alignement en bonne santé et de voir ce que cette équipe peut être », a déclaré Carlisle.

708


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*