Facebook et d’autres géants de l’Internet mettent en garde Hong Kong contre une possible sortie des lois proposées sur le partage des données

HONG KONG — Facebook Inc. FB,
+0,09%,
Twitter Inc. TWTR,
+1,60 %,
et GOOGL d’Alphabet Inc.,
+2,30 %
Google a averti en privé le gouvernement de Hong Kong qu’il pourrait cesser d’offrir ses services dans la ville si les autorités procédaient à des modifications prévues des lois sur la protection des données qui pourraient les rendre responsables du partage malveillant d’informations personnelles en ligne.

Une lettre envoyée par un groupe industriel qui comprend les entreprises Internet a déclaré que les entreprises craignaient que les règles prévues pour lutter contre le doxing ne mettent leur personnel en danger d’enquêtes criminelles ou de poursuites liées à ce que les utilisateurs des entreprises publient en ligne. Le doxing fait référence à la pratique consistant à mettre en ligne les informations personnelles des personnes afin qu’elles puissent être harcelées par d’autres.

Le Bureau des affaires constitutionnelles et continentales de Hong Kong a proposé en mai des amendements aux lois sur la protection des données de la ville qui, selon lui, étaient nécessaires pour lutter contre le doxing, une pratique qui prévalait lors des 2109 manifestations dans la ville. Les propositions prévoient des peines allant jusqu’à 1 million de dollars de Hong Kong, l’équivalent d’environ 128 800 $, et jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.

« Le seul moyen d’éviter ces sanctions pour les entreprises technologiques serait de s’abstenir d’investir et d’offrir les services à Hong Kong », a déclaré la lettre non publiée du 25 juin de l’Asia Internet Coalition, basée à Singapour, qui a été examinée par le Wall Street Journal. .

Une version étendue de cette histoire peut être trouvée sur WSJ.com

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*