Je pensais que le VIH signifiait la mort, mais cela m’a amené à me battre pour sauver des millions de vies | Vuyiseka Dubula

En 2001, à l’âge de 22 ans – alors que je pensais que ma vie ne faisait que commencer – on m’a diagnostiqué le VIH. À ce moment-là, le diagnostic ressemblait à une condamnation à mort. Chaque jour, j’attendais que mon heure meure.

Cependant, après deux mois d’attente, la mort n’est pas venue.

Au lieu de cela, un camarade est arrivé et m’a emmené dans les bureaux de la Treatment Action Campaign (TAC) – un groupe sud-africain luttant pour l’accès au traitement du VIH pour tous. Là, j’ai rencontré d’autres personnes vivant avec le VIH pour la première fois. Et là, j’ai appris ma première leçon sur les épidémies : pour que les personnes vivant dans la pauvreté aient accès aux services dont elles ont besoin pour vaincre les maladies, ce sera toujours un combat.

Cette année, nous célébrons le 40e anniversaire de la déclaration des premiers cas de VIH. Nous avons fait des progrès extraordinaires pendant cette période. Il y a vingt ans, lorsque j’ai appris ma séropositivité pour la première fois, la science avait déjà offert à l’humanité des médicaments pour traiter le virus. Cependant, des Sud-Africains comme moi et de nombreuses autres personnes vivant dans la pauvreté ont continué à mourir par millions. La thérapie antirétrovirale hautement efficace a coûté près de 10 000 $, bien au-delà de notre portée.

Pour rendre cette thérapie accessible aux personnes en situation de pauvreté, il fallait se battre. TAC m’a fait découvrir le combat pour la justice sociale. Pour la plupart d’entre nous à TAC, c’était le combat pour nos vies, car des amis et des membres de la famille mouraient de la maladie. À l’époque, les dirigeants sud-africains rejetaient la science du traitement antirétroviral et laissaient les gens mourir.

TAC et d’autres défenseurs du monde entier sont descendus dans les rues. Nous avons récité nos souhaits et les souhaits de millions d’autres qui étaient en train de mourir. Nous avons appelé les gouvernements à négliger et les sociétés pharmaceutiques à faire passer les profits avant les gens. Nous avons exigé des mesures qui garantiraient l’accès au traitement pour tous. Nous avons exigé l’équité.

Nous avons appelé à un fonds populaire qui s’efforcerait de faire en sorte que tout le monde, sans distinction de classe, de croyance ou de couleur, puisse accéder au traitement dont il a besoin pour rester en vie. L’idée d’un mécanisme mondial pour aider les personnes vivant dans la pauvreté à accéder aux traitements semblait impensable. Certaines personnes doutaient même que les personnes vivant dans la pauvreté en Afrique soient suffisamment alphabétisées pour suivre un traitement. Mais nous avons marché. Cette poussée a conduit à une action politique et à la création du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme – un fonds populaire doté d’une structure de gouvernance qui impliquerait la société civile, les communautés et les personnes touchées par les maladies.

Son impact a été immédiat. En Afrique du Sud, comme dans de nombreux autres pays à travers le monde, les investissements du Fonds mondial ont catalysé les efforts pour traiter tout le monde en soutenant les premières initiatives de traitement et en construisant l’infrastructure nécessaire. En 2004, j’étais l’une des nombreuses personnes qui ont commencé à accéder à un traitement salvateur.

L’impact du partenariat du Fonds mondial, qui célèbre son 20e anniversaire cette année, a changé la donne. Vingt ans plus tard et avec 38 millions de vies sauvées, le partenariat continue de remplir son mandat.

Vuyiseka Dubula est un VIH / Sida militant et directeur de l’Afrique centre de lutte contre le VIH/Sida gestion à Université de Stellenbosch en Afrique du Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*