Kathy Burke: Revue de Money Talks – Remplissage TV c’est 10 un penny

Il y a un danger – et je voudrais le signaler maintenant afin que nous puissions rassembler les troupes – que les pouvoirs en place essaient de transformer Kathy Burke en Miriam Margolyes de la classe ouvrière.

Je sais, je sais : Margolyes est un trésor national, conteur, compte-gouttes de bombe F à des moments inopportuns mais pourtant si opportuns ; nous la vénérons, etc. Mais le risque (et je pourrais dire que Margolyes n’a pas évité) de fraiser trop de programmes hors de votre force naturelle, de votre shtick, est que vous vous dirigez rapidement vers un territoire « d’effort » puis de « tour épuisant » .

Ce n’est pas que Burke soit en danger imminent avec Money Talks (Channel 4). Mais cette paire de documentaires, dans laquelle elle rencontre des gens riches (cette semaine) et des gens pauvres (la semaine prochaine), a probablement été commandée à partir de son documentaire All Woman de Kathy Burke, diffusé il y a deux ans. À ce titre, ils reposent sur la même formule – et reproduisent les mêmes faiblesses.

La formule est que Burke interviewe les gens, avec sa franchise et son intérêt qui sont sa marque de fabrique, et – avec de la chance – suscite des réponses légèrement plus intéressantes et honnêtes que ne le ferait une autre célébrité. Parfois, elle et son sujet se lient sur un élément commun de leurs antécédents. Par exemple, lorsqu’elle parle à Alfie Best, qui a grandi dans une famille rom pauvre et possède une entreprise de parc de maisons mobiles d’une valeur de 340 millions de livres sterling – plus plusieurs Bugatti, des maisons pleines de meubles italiens sur mesure et bien plus encore – il dit qu’il travaille aussi dur que jamais parce que « j’ai peur de faire faillite, parce que je sais ce que c’est que de ne pas l’avoir ». Burke fait preuve d’empathie : « Les personnes nées dans la richesse ne savent pas ce que c’est que [to be poor] et ne le craignez pas.

À d’autres moments, c’est son côté « nana inquiète/déroutée » qui est déployé, comme lorsqu’elle visite « une maison TikTok – quoi qu’il en soit » pour passer une journée avec un groupe de vingt ans à faire du contenu en ligne lucratif (« Titting about portant des masques cloutés ») dans une maison louée à cet effet. Burke interviewe Jidé Maduako, le PDG de Yoke Network, la vingtaine qui dirige le joint, mais ne découvre rien sur son fonctionnement ni sur qui fait quoi. Il n’est même pas clair si – comme c’est la tradition pour un PDG – Maduako gagne plus d’argent, ou le fera à la fin, que ses fournisseurs de contenu/invités avec des bénéfices-générationnels.

Le premier épisode réutilise même certaines des interviewées de All Woman. L’ancienne Love Islander Megan Barton-Hanson, précédemment utilisée comme avatar pour des questions esthétiques et socioculturelles, revient, cette fois en tant que personne riche. Comme auparavant, elle est articulée et sympathique, parlant du compromis entre les accords de parrainage et l’intégrité personnelle (notant qu’elle aurait gagné 10 000 $ si elle avait accepté un accord de blanchiment des dents « même si j’ai la bouche pleine de placages »).

En passant, Barton-Hanson mentionne qu’elle s’est tournée vers la plate-forme pour adultes OnlyFans en tant que source de revenus pendant la pandémie. Encore une fois, je voudrais faire remarquer à une industrie de la télévision dominée par les hommes qu’il est possible de laisser quelqu’un mentionner une telle entreprise – surtout lorsqu’elle est loin du sujet central du programme – et de ne pas la suivre avec des plans étendus. d’entre eux vaquer à cette affaire. Ils peuvent être dans leurs sous-vêtements, mais c’est votre pénis qui se voit.

En tous cas. Retour à Burke. Les faiblesses persistantes du format sont qu’il n’y a pas de thèse globale, pas d’exploration des différentes questions soulevées, pas de contextualisation, pas de perspective plus large donnée. C’est un assemblage lâche de points de départ potentiellement intéressants dont aucun départ n’est pris. De temps en temps, Burke suivra brièvement quelque chose de sa table de cuisine : après son entretien avec Best, elle développe brièvement le fait que nous sommes gouvernés par des personnes issues de générations qui n’ont connu aucune peur d’être sans richesse. Mais alors nous sommes de retour aux divagations autour de la vie et des domaines des riches pour pas beaucoup plus qu’un point-and-boggle, et pas beaucoup plus en termes d’analyse que Burke annonçant : « Je n’ai pas de problème avec cette. »

La deuxième partie, sur la pauvreté, a un peu plus de grain, mais pas beaucoup. Vous avez le sentiment que c’était une heure de remplissage bon marché qui – s’il avait été mieux fait – aurait pu nous rendre tous beaucoup plus riches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*