L’OPEP + annule à nouveau les pourparlers sur la production lundi, entraînant une flambée des prix du pétrole brut

Les prix du pétrole ont augmenté lundi, poussés à la hausse après que le groupe de producteurs de l’OPEP + a de nouveau annulé les pourparlers sur les niveaux de production, échouant dans sa troisième tentative de résoudre une impasse sur l’augmentation de la production, et laissant le marché pétrolier confronté à des approvisionnements estivaux serrés et à la hausse des prix, Reuters, Bloomberg et le Wall Street Journal ont rapporté.

Les prix du pétrole ont atteint de nouveaux sommets pluriannuels après l’annulation de la réunion de l’OPEP. Brent BRN00,
-0,08%
était en hausse de 94 cents, ou 1,2%, à 77,11 $ le baril lundi après-midi, s’échangeant autour des plus hauts de 2 ans et demi. L’indice de référence américain, le brut West Texas Intermediate CL00,
+1,54%
a gagné 1,11 $, ou 1,5%, à 76,27 $ le baril. Les échanges légers lors d’un jour férié aux États-Unis pour marquer le jour de l’indépendance ont ajouté à la volatilité, ont déclaré les analystes.

Les ministres de l’OPEP+ ont abandonné lundi les pourparlers et n’ont fixé aucune nouvelle date pour les reprendre, après avoir été en désaccord la semaine dernière lorsque les Émirats arabes unis ont repoussé une proposition de prolongation de huit mois des restrictions de production, a rapporté Reuters.

L’OPEP et ses alliés, un groupe connu sous le nom d’OPEP+, se sont mis d’accord sur des réductions de production record d’environ 9,7 millions de barils par jour en 2020, soit l’équivalent d’environ 10 % de la demande mondiale de 2019, pour faire face à un effondrement des prix résultant de la crise mondiale. récession économique pendant la pandémie de COVID.

La coalition de 23 pays a décidé d’ajouter environ 2 millions de barils par jour sur le marché de mai à juillet de cette année, assouplissant les restrictions de production à mesure que la demande se redressait. Vendredi, la plupart des délégués ont convenu d’un accord pour annuler progressivement la production restante d’environ 5,8 millions de barils par jour en augmentant la production de 400 000 barils par jour d’août à décembre 2021 et ont également prévu de prolonger le pacte avec une augmentation progressive de la production jusqu’à la fin de 2022. , mais la proposition a été bloquée par les Émirats arabes unis, a rapporté le Wall Street Journal.

Voir aussi: Quelle est la prochaine étape pour les prix du pétrole dans les impasses de l’OPEP+

À la dernière minute, les Émirats arabes unis ont déclaré qu’ils n’accepteraient la proposition que si on leur accordait les mêmes conditions de calcul de leur quota que les Saoudiens. Il marchande sur une différence d’environ 600 000 barils par jour de production et souhaite que son quota dit de base soit ajusté à 3,8 millions de barils par jour par rapport à l’allocation actuelle de 3,2 millions de barils. Les Émirats arabes unis ont déclaré tout au long qu’ils accepteraient l’augmentation de la production sans prolongation de l’accord, mais les Saoudiens ont fait valoir que les deux éléments doivent aller de pair.

Ces derniers mois, l’accélération des campagnes de vaccination aux États-Unis et en Europe a stimulé l’activité économique mondiale. Les propres données du cartel montrent que les stocks de pétrole sont revenus à des niveaux moyens avec la reprise de la consommation de carburant. La demande au second semestre 2021 sera supérieure de 5 millions de barils par jour à celle des six premiers mois de l’année selon les prévisions de l’OPEP, selon Bloomberg.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*