La Belgique dévoile son intention de restituer les œuvres d’art de la RDC volées pendant la domination coloniale

La Belgique a promis de restituer les œuvres d’art pillées dans son ancienne colonie congolaise, alors qu’elle cherche à faire face à son passé colonial brutal.

Le Musée de l’Afrique de Belgique – un ancien totem d’empire qui a subi une refonte de 75 millions d’euros et un processus de « décolonisation » – a déclaré que jusqu’à 2 000 œuvres, dont des statues, des instruments de musique et des armes, ont été acquises illégalement pendant la domination coloniale d’une partie de l’Afrique centrale, principalement l’actuelle République démocratique du Congo.

Le mouvement Black Lives Matter a accéléré la prise en compte de la Belgique avec son passé colonial, avec des statues de l’ancien roi Léopold II défigurées à la suite de la protestation mondiale.

Léopold II dirigea l’État indépendant du Congo comme son fief personnel de 1885 à 1908, avant de céder le contrôle au gouvernement belge, qui contrôla le territoire jusqu’à l’indépendance en 1960.

Cette semaine, le gouvernement belge a dévoilé des plans tant attendus de restitution des ouvrages pillés en RDC.

« Tout ce qui a été acquis par la force et la violence dans des conditions illégitimes doit en principe être restitué », a déclaré Thomas Dermine, secrétaire d’État à la politique scientifique. « Les objets qui ont été acquis de façon illégitime par nos ancêtres, par nos grands-parents, arrière-grands-parents ne nous appartiennent pas. Ils appartiennent au peuple congolais. Arrêt complet. »

La Belgique a restitué des œuvres ponctuellement depuis les années 1960, mais c’est la première fois que des objets seront restitués à la propriété congolaise de manière systématique, sans attendre les demandes. La majorité de la collection du musée de l’Afrique – 85 000 des 120 000 pièces – provenait du Congo.

La question est devenue un point sensible entre la Belgique et la RDC, qui a multiplié les demandes de restitution des objets volés ces dernières années. En 2019, le président de la RDC, Félix Tshisekedi, a déclaré que les œuvres pillées devaient être restituées de « manière organisée » lors de l’inauguration d’un musée national à Kinshasa.

Selon Guido Gryseels, le directeur du Musée de l’Afrique, Guido Gryseels, entre 1 500 et 2 000 œuvres ont été acquises de « manière illégitime », un chiffre qui représente moins de 2% de la collection.

Le musée a confirmé qu’environ 40 000 œuvres pourraient être affectées si la définition de l’illégalité était étendue.

Un porte-parole du musée a déclaré que les œuvres offertes en cadeau à l’époque coloniale pouvaient également être perçues comme ayant été acquises de manière illégitime.

Gryseels a déclaré que le musée était « très ouvert » à la discussion et avait envoyé une copie de son inventaire en RDC et au Rwanda. La Belgique a gagné le territoire du Rwanda et du Burundi actuels de l’Allemagne après la première guerre mondiale.

Une commission de spécialistes belges et congolais sera mise en place cet automne pour partager les informations et assurer le transfert en toute sécurité de l’œuvre.

« C’est un dialogue qui prendra plusieurs années », a déclaré Gryseels. « Le Musée national de Kinshasa ne peut pas accueillir plus de 12.000 œuvres… [Storage] reste un problème, mais j’insiste sur le fait que ce n’est pas une condition de restitution.

Le musée espère conserver une partie des œuvres en Belgique via des accords de prêt avec la RDC.

Une statue vandalisée du soldat et explorateur belge Emile Storms à Bruxelles

Parmi les œuvres volées identifiées par le musée se trouve la statue de Lusinga, une sculpture en bois, en verre et en plumes d’ancêtres masculins, qui appartenait à un chef du peuple Tabwa, Lusinga Iwa Ng’-ombe. Il fut décapité par les troupes belges en 1884 lors d’une expédition punitive menée par le soldat et explorateur Lieut Émile Storms. Storms, qui a installé une base sur les rives ouest du lac Tanganyika pour le roi Léopold, a acquis près de 340 objets, dont des œuvres d’art similaires et des traités de reddition, qui ont été légués au musée après la mort de sa veuve.

Le legs Storms comprenait également 100 armes, bien que certaines provenaient de régions du Congo qu’il n’avait jamais visitées, laissant les chercheurs du musée incertains de la manière dont elles avaient été acquises.

Les chercheurs ont divisé la collection du musée en trois catégories : les objets pillés, les œuvres acquises légalement et celles dont la provenance est incertaine. Le musée indique que des spécialistes belges et africains seront recrutés pour enquêter sur la source de nombreux objets.

La décision belge intervient au milieu d’une campagne en plein essor pour que les pays européens restituent les trésors pillés aux anciennes colonies.

L’Allemagne s’est engagée à rendre ses bronzes béninois au Nigeria plus tôt cette année. Peu de temps après son entrée en fonction en 2017, le président français, Emmanuel Macron, a promis de restituer les œuvres africaines conservées dans les musées nationaux français – mais les militants ont depuis critiqué la lenteur des restitutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*