Le triplé d’Adams alimente la victoire des Lions mais le chaos de Covid met la tournée au bord du gouffre

[ad_1]

Poursuivre la tournée des Lions britanniques et irlandais de 2021 allait toujours être un risque calculé, mais sa viabilité continue est maintenant au bord du gouffre. Il s’agit d’une équipe de Lions potentiellement forte mais, malgré cette dernière victoire provinciale confortable à Ellis Park, la troisième vague d’infections à Covid-19 qui s’accélère à travers l’Afrique australe est en train de devenir leur adversaire le plus redoutable.

Comme l’a souligné à juste titre le directeur général de SA Rugby, Jurie Roux, il y a des préoccupations locales plus urgentes que les matchs de rugby étant perturbés, mais le chaos causé par deux tests de coronavirus positifs à l’intérieur de la bulle soi-disant bio-sécurisée des Lions, forçant huit retraits des Lions sélectionnés à l’origine. 23, constitue clairement une menace majeure pour cette tournée qui suit son cours.

Ce ne sont pas simplement les effets d’entraînement potentiels sur l’itinéraire des Lions, le prochain match de la tournée contre les Bulls à Pretoria ce samedi ayant déjà mordu la poussière. Alors que le directeur général des Lions, Ben Calveley, s’en tient toujours à un mantra «un match à la fois», l’intégrité de la très importante série de tests sera compromise si les entraîneurs des Lions ne peuvent pas utiliser tous leurs ingrédients sélectionnés.

Avec les Gallois Liam Williams, Dan Biggar et Gareth Davies, les Irlandais Tadhg Beirne et Conor Murray, les Écossais Stuart Hogg et Chris Harris et l’Anglais Anthony Watson tous incapables d’être impliqués, Warren Gatland n’avait d’autre choix que de nommer un banc 7-1 remanié avec Finn Russell le seul remplaçant reconnu du backline

Jusqu’à très tard dans l’après-midi, il n’était même pas clair que le match pourrait se dérouler et, compte tenu des circonstances, les joueurs qui ont pris le terrain méritent le mérite du sang-froid montré dans des circonstances difficiles. Les bénéficiaires les plus évidents étaient l’ancien ailier Springbok U20 Duhan Van der Merwe qui a marqué un triplé d’essais sur l’aile gauche, et le prolifique Josh Adams qui a également ajouté un autre trio à sa collection croissante.

Owen Farrell, Luke Cowan-Dickie, Josh Navidi, Sam Simmonds, Elliot Daly et le remplaçant Rory Sutherland ont tous contribué à une autre victoire d’un demi-siècle.

Louis Rees-Zammit et Bundee Aki ont également figuré sur la feuille de match tandis que les coups de pied de Russell étaient un autre avantage. Les Sharks, déplacés de la côte de Durban à l’altitude de Johannesburg, ont été conçus pour avoir l’air nettement édentés dès le départ. En moins de trois minutes, Adams, portant 15, avait sauté pour son sixième essai en trois matchs des Lions grâce à deux belles décharges et une belle évasion de Daly, puis a aidé à établir la position sur le terrain à partir de laquelle une longue passe de Simmonds a mis Van der Merwe plus dans le coin gauche.

L’ailier écossais de 26 ans, originaire de George dans le Cap occidental, a dû son deuxième à un coup de pied bien jugé de Farrell et à un manque flagrant de couverture de champ arrière des Sharks. La mêlée des Lions jouissait d’un peu moins de joie mais, à cette occasion, cela importait peu, Aki s’écrasant juste avant la mi-temps après que Cowan-Dickie ait fait le premier pas.

À 26-0, il n’y aurait normalement pas eu de retour réaliste pour les Sharks malgré l’énergie du vif Werner Kok et un bel essai terminé par leur attaquant James Venter. Le remaniement forcé des Lions offrait au moins une lueur d’espoir, mais la vigilance et le rythme d’Adams ont permis à l’ailier gallois de marquer un deuxième but avant que son compatriote Rees-Zammit ne sprinte pour le sixième essai de son équipe. À aucun moment, leurs adversaires n’ont semblé susceptibles de priver les Lions d’une 60e victoire lors de leurs 63 derniers matches non test en Afrique du Sud.

Les détails de ce jeu, cependant, seront bientôt dépassés par les événements. On ne peut pas s’attendre à ce que certains de ces joueurs Lions jouent trois matchs en huit jours, l’ancien entraîneur estimé Sir Ian McGeechan suggérant qu’il serait désormais plus simple pour la direction actuelle de ne pas jouer un match ce week-end. Peut-être, mais que se passera-t-il si le match A de l’Afrique du Sud ne peut pas avoir lieu mercredi ou ne le fait que contre des adversaires considérablement affaiblis. Partout où vous regardez, des fissures potentiellement inquiétantes apparaissent.

The Breakdown : inscrivez-vous et recevez notre e-mail hebdomadaire de rugby à XV.

Plus la tournée dure longtemps, d’un autre côté, plus grandes sont les chances de récupérer des revenus de télévision et de parrainage, ce qui est la principale raison pour laquelle l’équipe s’est envolée vers le sud en premier lieu. L’union sud-africaine à court d’argent a cruellement besoin de revenus pour rester à flot, d’où ce dernier coup de dés un peu désespéré: organiser un événement qui tourne carrément autour de supporters itinérants dans des stades vides et en écho au milieu d’une pandémie. Ce pari de taille risque de plus en plus de se retourner contre lui.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*