Haïti demande aux troupes américaines de protéger les infrastructures après l’assassinat

[ad_1]

Le gouvernement haïtien a demandé aux États-Unis d’envoyer des troupes pour protéger les infrastructures clés à la suite de l’assassinat du président Jovenel Moïse cette semaine, a déclaré vendredi le ministre des élections, Mathias Pierre.

Des responsables haïtiens ont déclaré avoir demandé un soutien militaire pour protéger le port, l’aéroport, les réserves d’essence et d’autres infrastructures clés, a rapporté le New York Times.

Jalina Porter, porte-parole du département d’État, a déclaré vendredi aux journalistes qu’elle ne pouvait pas confirmer qu’une telle demande avait été faite.

Le pays des Caraïbes est plongé dans l’incertitude depuis l’assassinat de Moïse tôt mercredi : le parlement est suspendu depuis longtemps et deux responsables rivaux prétendent être Premier ministre par intérim.

La mort de Moïse a fait suite à une série de meurtres très médiatisés – y compris ceux d’un journaliste et d’un militant des droits de l’homme – et des mois de violence des gangs qui ont été comparés à une guerre civile non déclarée.

Mais toute présence militaire américaine est susceptible d’être très controversée : en 1915, les troupes américaines ont envahi après l’assassinat du président Jean Vilbrun Guillaume Sam, lançant une occupation ruineuse qui a vu l’introduction des lois de ségrégation raciale Jim Crow dans ce qui était le premier pays du monde pour interdire l’esclavage. Les troupes américaines ne quittèrent Haïti qu’en 1934 et restèrent étroitement associées à sa fortune.

Les forces américaines sont retournées en Haïti en 1994, après que le président élu, Jean-Bertrand Aristide, ait été renversé par un coup d’État militaire.

Plus de détails bientôt…

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*