La variante delta de COVID-19 force les pays asiatiques à se fermer, tandis que l’Afrique subit sa pire semaine après un an et demi de pandémie

[ad_1]

Dans le dernier signe de l’état inégal de la pandémie de coronavirus dans le monde, une multitude de pays de la région Asie-Pacifique se précipitent pour imposer des restrictions de mouvement pour contenir l’augmentation des cas, un an et demi après une pandémie que beaucoup avaient à l’origine manié habilement.

La Thaïlande introduit un couvre-feu nocturne de sept heures, la Corée du Sud introduit des restrictions dans la capitale Séoul et le Vietnam se ferme après avoir établi de nouveaux records pour le nombre de cas ou de décès quotidiens cette semaine. L’Indonésie a dû s’approvisionner d’urgence en oxygène auprès de Singapour voisin alors qu’elle est aux prises avec des pénuries, a rapporté l’Associated Press.

Ailleurs, l’Afrique a connu sa pire semaine de crise à ce jour au cours de la période de sept jours jusqu’au 4 juillet, enregistrant plus de 251 000 nouveaux cas de COVID-19, soit une augmentation de 20 % par rapport à la semaine précédente et un bond de 12 % par rapport au pic de janvier. , a annoncé jeudi l’Organisation mondiale de la santé. Quelque 16 pays africains sont en résurgence, avec le Malawi et le Sénégal rejoignant la liste. La variante delta a été détectée dans 10 de ces pays, a indiqué l’agence.

« La fin de cette augmentation vertigineuse est encore dans quelques semaines », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique. « Les cas doublent maintenant tous les 18 jours, contre tous les 21 jours il y a seulement une semaine. Nous pouvons toujours briser la chaîne de transmission en testant, en isolant les contacts et les cas et en suivant les principales mesures de santé publique. »

L’augmentation du nombre de cas est principalement due à la variante delta hautement transmissible, qui est devenue la souche dominante aux États-Unis, selon les Centers for Disease Control and Prevention cette semaine.

Pfizer PFE,
+1,04 %
et partenaire allemand BioNTech BNTX,
+3.96%
a déclaré qu’ils développaient actuellement un rappel qui ciblerait spécifiquement la variante delta, le Wall Street Journal rapportant que Pfizer avait l’intention de demander aux régulateurs dans les semaines à venir d’approuver la distribution du rappel.

« Bien que nous pensons qu’une troisième dose de BNT162b2 a le potentiel de préserver les plus hauts niveaux d’efficacité protectrice contre toutes les variantes actuellement connues, y compris delta, nous restons vigilants et développons une version mise à jour du vaccin Pfizer-COVID-19 qui utilise une nouvelle construction basé sur la lignée B.1.617.2, identifiée pour la première fois en Inde et également connue sous le nom de variante delta », ont déclaré les sociétés dans un communiqué.

La souche Covid-19 connue sous le nom de Delta se trouve dans au moins 60 pays, dont les États-Unis, et est susceptible de se propager dans le monde entier, a déclaré la présidente de Covid-19 Genomics UK, le Dr Sharon Peacock, à Betsy McKay du WSJ lors de l’événement WSJ Tech Health.

Ils ont également souligné les preuves du ministère israélien de la Santé montrant que l’efficacité du vaccin a diminué six mois après les coups de feu, tout comme la variante delta s’installe dans le pays.

Le CDC et la Food and Drug Administration ont publié une déclaration commune disant que les Américains complètement vaccinés « n’ont pas besoin d’un rappel pour le moment », mais qu’ils sont prêts à recevoir des doses de rappel « si et quand la science démontre qu’ils sont nécessaires ».

Pfizer a également déclaré qu’il prévoyait de partager des données cliniques pour son rappel expérimental de COVID-19 en août, par rapport à un plan initial de les partager en juillet et de demander une autorisation d’utilisation d’urgence le même mois.

Ne manquez pas : Des scientifiques et des responsables de la santé britanniques de haut niveau s’inquiètent de la variante delta. Voici ce qu’ils disent que les pays doivent faire.

Le président Joe Biden continue de faire pression pour que davantage d’Américains se fassent vacciner alors que le programme continue de stagner. Le suivi des vaccins du CDC montre que 158 millions d’Américains ont été entièrement vaccinés, soit 47,7% de la population. Cela signifie qu’ils ont reçu deux shots du Pfizer de Moderna MRNA,
-0.10%
vaccins, ou une injection de JNJ de Johnson & Johnson,
+0,26 %
régime à dose unique. L’AstraZeneca AZN,
+0,52%

AZN,
+0.69%
l’utilisation du vaccin n’a pas été autorisée aux États-Unis

Parmi les adultes de 18 ans et plus, 58,5% sont entièrement vaccinés et 67,3% ont reçu au moins une dose, ce qui est en deçà du plan de Biden d’avoir 70% des adultes entièrement vaccinés avant les vacances du 4 juillet de la semaine dernière.

Mais le taux de vaccination continue de varier considérablement d’un État à l’autre, et beaucoup, en particulier dans le Sud, ont vacciné moins de 30 % de leur population, notamment l’Alabama, le Missouri, l’Arkansas et le Mississippi. Les cas augmentent dans certaines régions où les taux de vaccination sont faibles et les cas globaux sont en hausse de 39% par rapport à il y a deux semaines, selon un traqueur du New York Times.

Les taux de vaccination varient également considérablement dans le reste du monde, selon la société de données Our World in Data, montrant en particulier les pays à faible revenu, à la traîne dans l’attente de l’approvisionnement en vaccins.

Derniers décomptes

Le décompte mondial des maladies transmises par les coronavirus a dépassé les 185,6 millions vendredi, tandis que le nombre de morts a encore dépassé les 4,01 millions, selon les données agrégées par l’Université Johns Hopkins.

Les États-Unis sont en tête du monde avec un total de 33,79 millions de cas et de décès avec 606 483.

L’Inde se rapproche des États-Unis avec 30,75 millions de cas mais est troisième pour les décès avec 405 939, tandis que le Brésil est deuxième pour les décès avec 530 179 mais troisième pour les cas avec 18,96 millions.

Le Mexique a le quatrième nombre de morts avec 234 458, mais est 15e avec 2,6 millions de cas.

En Europe, la Russie est en tête des décès avec 138 441 décès, tandis que le Royaume-Uni en compte 128 601, faisant de la Russie le pays avec le cinquième nombre de morts au monde et le plus élevé d’Europe.

La Chine, où le virus a été découvert pour la première fois fin 2019, a enregistré 103 993 cas confirmés et 4 848 décès, selon ses chiffres officiels, qui sont largement considérés comme massivement sous-déclarés.

.
[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*