Revue La Fracture – La fable des gilets jaunes se brise sous le poids de ses métaphores

[ad_1]

TLa fracture du titre est, apparemment, le méchant bras cassé subi par Raf (Valeria Bruni-Tedeschi), une artiste de bande dessinée à Paris qui glisse et tombe après avoir eu une rupture traumatisante et peut-être métaphorique avec sa partenaire Julie (Marina Foïs). Mais il y a un autre niveau de métaphore à venir.

Raf est emmené à l’hôpital qui est dans un état de chaos total, avec un temps d’attente de huit à 10 heures à A&E, à cause de toutes les personnes présentes dans les manifestations anti-Macron gilets jaunes battues, gazées et abattues par la police. C’est la même démo que le fils adolescent de Julia, et ses appels téléphoniques FaceTime à sa mère ne sont en aucun cas rassurants. Les patients de cette salle d’attente d’un hôpital de zone de guerre de style M*A*S*H comprennent un chauffeur de camion, Yann (Pio Marmaï), qui vit à la limite de la pauvreté et qui s’y met avec Raf dans la salle d’attente minable pour avoir été exactement le genre d’élitiste parisien libéral-centriste arrogant qui soutient Macron. Raf lui demande s’il préférerait Le Pen et l’argument devient nucléaire. Pendant ce temps, le personnel hospitalier super stressé fait de son mieux – mais peut-être que la France elle-même est fracturée et divisée.

C’est un film bien intentionné avec des performances franches, bien qu’il y ait pas mal de cris d’acteurs et que l’espace souriant de Bruni-Tedeschi puisse parfois se sentir un peu affecté. Au final, cela ressemble à une transmission spéciale en direct d’un long métrage de Holby City, et le film ne peut jamais résister à un peu de symbolisme. Les patients (et aussi le public du cinéma) sautent hors de leur peau quand, de nulle part, un morceau du plafond s’effondre dans une pluie de poussière et de fils épars. « La santé s’effondre ! » dit quelqu’un.

Un film comme celui-ci doit tenir ou tomber par les relations humaines et les performances qui sont mises en avant dans le chaos. Il y a un beau moment où Julia reconnaît un de ses contemporains de la vieille école, dont la fille a été brutalement tabassée par la police lors de la manif.

Yann a des lignes percutantes. Mais la terrible fatalité que Raf et Yann deviennent amis, et que Raf et Julia se remettent enfin ensemble, pèse lourdement sur le film. Vraiment, à quoi ça sert tout ça ?

La Fracture projeté le 9 juillet au festival de Cannes.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*