Tommy Robinson perd un procès en diffamation intenté par un écolier syrien

[ad_1]

Tommy Robinson a perdu une affaire de diffamation intentée contre lui par un adolescent syrien qui a été filmé en train d’être agressé à l’école.

Le fondateur de la Ligue de défense anglaise – de son vrai nom Stephen Yaxley-Lennon – a été poursuivi en justice par Jamal Hijazi, qui a été agressé dans la cour de récréation de l’école communautaire d’Almondbury à Huddersfield en octobre 2018.

Peu de temps après que la vidéo de l’incident soit devenue virale, Robinson a affirmé dans deux vidéos Facebook que Jamal n’était « pas innocent et qu’il attaquait violemment de jeunes filles anglaises dans son école ».

Dans les clips visionnés par près d’un million de personnes, Robinson, 38 ans, a également affirmé que Jamal avait « battu une fille noire et bleue » et « menacé de poignarder » un autre garçon dans son école, des allégations que l’adolescent nie.

Lors d’un procès de quatre jours en avril, les avocats de Jamal ont déclaré que les commentaires de Robinson avaient eu « un effet dévastateur » sur l’écolier et sa famille qui étaient venus au Royaume-Uni en tant que réfugiés de Homs, en Syrie.

Robinson, qui s’est représenté, a fait valoir que ses commentaires étaient essentiellement vrais, affirmant avoir « découvert des dizaines de récits de comportement agressif, abusif et trompeur » de Jamal.

Cependant, dans un jugement rendu jeudi, le juge Nicklin a statué en faveur de Jamal et lui a accordé 100 000 £ de dommages et intérêts.

Catrin Evans QC, pour Jamal, a précédemment déclaré que les commentaires de Robinson avaient conduit l’adolescent à «faire face à des menaces de mort et à une agitation extrémiste» et qu’il devrait recevoir des dommages-intérêts compris entre 150 000 et 190 000 £.

Au cours du procès, Evans a décrit Robinson comme «un avocat d’extrême droite bien connu» avec un «programme anti-musulman» qui a utilisé les médias sociaux pour diffuser ses opinions.

Elle a ajouté que les vidéos de Robinson « ont transformé Jamal en agresseur et le tyran en chevalier blanc vertueux ».

Cependant, Robinson a maintenu qu’il était un journaliste indépendant pendant le procès, déclarant au tribunal: « Les médias n’avaient tout simplement aucun intérêt pour l’autre côté de cette histoire, la vérité inconfortable. »

Une audience suivra le jugement de jeudi pour examiner les conséquences de la décision.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*