Un homme arrêté en Espagne pour un piratage de Twitter ciblant Musk, Kardashian, Obama et d’autres

[ad_1]

Un citoyen britannique de 22 ans a été arrêté mardi en Espagne pour son rôle présumé dans un piratage géant de Twitter l’année dernière qui a brièvement repris les comptes de personnalités telles que Elon Musk, Kim Kardashian, Barack Obama et Joe Biden.

Le ministère américain de la Justice a déclaré que Joseph O’Connor avait été arrêté à Estepona, en Espagne, par la police nationale espagnole pour plusieurs accusations liées au piratage de 2020 qui visait plus de 130 comptes Twitter.

Le piratage effronté a frappé le 15 juillet dernier, lorsqu’un réseau de pirates aurait pris le contrôle de dizaines de comptes de célébrités, de politiciens et d’entreprises telles qu’Apple AAPL,
-0,51%
et Uber UBER,
+2,59%
a commencé à tweeter des messages étranges sollicitant des paiements en bitcoins.

« Je redonne à la communauté », a tweeté le compte appartenant au président Joe Biden, alors candidat à la présidentielle. « Tous les Bitcoins envoyés à l’adresse ci-dessous seront renvoyés doublés ! Si vous envoyez 1 000 $, je vous renverrai 2 000 $. Ne faites cela que pendant 30 minutes… Profitez-en ! »

Les procureurs affirment que les pirates ont pu récupérer plus de 100 000 $ avant Twitter TWTR,
+2,36 %
a pu reprendre le contrôle des comptes.

O’Connor est le dernier inculpé du programme. Le cerveau présumé, l’adolescent de Floride Graham Clark, a plaidé coupable plus tôt cette année et a été condamné à trois ans de prison. Un jeune de 22 ans d’Orlando et un jeune de 19 ans vivant au Royaume-Uni ont également été inculpés en lien avec le piratage.

Les procureurs affirment qu’O’Connor a également été accusé de prise de contrôle distincte de comptes sur TikTok et Snapchat ainsi que de cyberharcèlement d’une victime mineure.

Il n’était pas immédiatement clair si O’Connor avait encore engagé un avocat et il n’a pas pu être contacté pour commenter.

O’Connor est accusé de trois chefs de complot pour accéder intentionnellement à un ordinateur sans autorisation et d’obtenir des informations à partir d’un ordinateur protégé et d’autres accusations.

« Nous nous sentons tous très mal que ce soit arrivé », a écrit Jack Dorsey, PDG de Twitter, dans un tweet quelques heures après l’attaque. Quelques jours plus tard, la société a déclaré que les pirates avaient pu réinitialiser les mots de passe sur 45 comptes. «Nous sommes gênés, nous sommes déçus, et plus que tout, nous sommes désolés. Nous savons que nous devons travailler pour regagner votre confiance et nous soutiendrons tous les efforts visant à traduire les auteurs en justice », a déclaré Twitter dans un article de blog du 18 juillet 2020.

Twitter a refusé de commenter l’arrestation.

.
[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*