Canots pneumatiques et formation médicale Zoom : comment un atoll reculé du Pacifique a obtenu Pfizer

[ad_1]

Les anciens de l’atoll de Nukunonu à Tokélaou au quai lundi matin, vêtus de blanc et chantant des chansons, tenaient une banderole qui disait : « Bienvenue ».

Au loin, un petit bateau pneumatique s’est dirigé vers eux avec un officier de la défense néo-zélandais vêtu d’un équipement de protection complet et de 12 précieuses boîtes. À l’intérieur des boîtes se trouvaient un peu plus de 700 doses de vaccin Pfizer, suffisamment pour couvrir les 346 habitants de Nukunono éligibles au vaccin.

« Je suis soulagé et ravi. C’est également écrasant », a déclaré Aukusitino Vitale, président du comité national Covid des Tokélaou. Il avait été le fer de lance des efforts de la communauté pour sécuriser les vaccins depuis mars 2020, et pour lui, l’arrivée des premières boîtes de vaccins lui permettait désormais de dormir tranquille.

« Pour être honnête avec vous, je n’avais pas bien dormi depuis mars, c’était l’aboutissement des efforts entre le gouvernement néo-zélandais, le Centre consultatif de vaccination néo-zélandais, les agences des Nations Unies et notre propre équipe sur le terrain à Tokélaou, et ainsi de suite dimanche matin, lorsque le navire était proche, je me sentais enfin en paix », a-t-il déclaré depuis son bureau à Tokélaou.

Tokelau est un territoire dépendant de la Nouvelle-Zélande à environ 3 500 km au nord d’Auckland avec une population d’environ 1 500 habitants.

C’est l’un des atolls les plus inaccessibles au monde. Sans piste d’atterrissage et avec des eaux côtières peu profondes, les atolls ne sont accessibles qu’en canots, canoës ou petits radeaux.

À l’époque d’avant Covid, les visiteurs des Tokélaou devaient prendre l’avion pour les Samoa, puis monter à bord d’un bateau pour Tokélaou, qui passait toutes les deux semaines et prenait 24 à 32 heures pour faire le voyage, selon la destination de l’atoll.

Afin d’acheminer les vaccins en toute sécurité aux Tokélaou, le ministère néo-zélandais des Affaires étrangères et du Commerce, le ministère de la Santé, des Forces de défense et le gouvernement des Tokélaou ont travaillé pour trouver un itinéraire et une méthode de transport qui ne compromettent pas la chaîne du froid.

Le résultat a été que le HMNZS Wellington, un navire des forces de défense néo-zélandais avec 76 membres d’équipage, a transporté des vaccins en eau libre à l’extérieur du récif près des îles. Les hélicoptères étaient alors destinés à transporter les caisses du navire, mais le mauvais temps les empêchait de décoller du porte-avions et à la place, de petits bateaux pneumatiques à coque rigide ont été déployés sur chacun des atolls de Fakaofo, Nukunonu et Atafu.

Tokelau est l’un des rares endroits au monde à être resté sans Covid tout au long de la pandémie. Ses frontières sont fermées depuis mars 2020, ce qui signifie que lors du dépôt des vaccins, une livraison sans contact a dû être observée.

De retour en Nouvelle-Zélande, l’équipe de soutien aux soins de santé était toujours nerveuse à propos du temps et s’assurait que les vaccins maintenaient la bonne température.

Rosa Toloa, directrice de la santé des Tokélaou, était en contact avec eux pour s’assurer que le personnel et l’équipement des hôpitaux étaient prêts.

« Nous n’avons pas d’accès aérien, donc le défi était d’acheminer le vaccin aux Tokélaou et de maintenir la bonne température du vaccin de la Nouvelle-Zélande à Tokélaou pour assurer l’efficacité du vaccin », a-t-elle déclaré.

Mais même la préparation du déploiement du vaccin a été confrontée à des défis. Le secteur de la santé des Tokélaou, composé de trois médecins – un sur chaque atoll – et de 36 infirmières, a dû être formé pour administrer les vaccins sur Zoom, un effort presque impossible compte tenu de la mauvaise connexion Internet.

« Nous avons dû former les vaccinateurs sur un nouveau vaccin, il y a beaucoup de nouvelles informations sur le vaccin dont nous devions être bien conscients et bien préparés », a déclaré Toloa. «Le défi consistait à former les infirmières et à rafraîchir les vaccinateurs via un réseau Internet mobile, ce qui était très difficile. Mais nous avons réussi à le faire et à mettre les infirmières au courant. Cela a pris des mois de préparation pour tout le monde.

Le personnel médical du territoire est composé de trois médecins et de 36 infirmières, qui ont dû être formés pour administrer le vaccin sur Zoom, un défi compte tenu de la mauvaise connexion Internet de l'atoll.

Avec un personnel préparé, des hôpitaux équipés et une population consentante, le ministère de la Santé des Tokélaou a administré avec succès plus de 60 % des premières doses au cours des deux premiers jours du déploiement.

Alors que Vitale, le chef du comité national Covid des Tokélaou, a ressenti le pincement de sa première dose lundi, son sentiment de soulagement n’était pas seulement pour lui-même mais pour sa petite communauté insulaire.

«Cela a été une bénédiction, cela nous donne le réconfort et la confiance que notre peuple est protégé de la dévastation de Covid-19 et de la perte potentielle de qui nous sommes en tant que culture et peuple. Nous nous sentons beaucoup plus en sécurité maintenant.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*