Dix-huit États américains ont adopté des restrictions sur les électeurs cette année, selon un rapport

[ad_1]

Au moins 18 États américains ont promulgué plus de deux douzaines de lois cette année qui restreignent l’accès au vote, selon un nouveau rapport du Brennan Center for Justice.

Le rapport a révélé que les 30 lois qui ont été adoptées depuis le 1er janvier « rendent le vote par correspondance et le vote anticipé plus difficiles, imposent des exigences plus strictes en matière d’identification des électeurs et rendent les électeurs fautifs. [roll] purges plus probables, entre autres ».

Les lois faisaient partie des plus de 400 projets de loi présentés dans 49 États au cours de la session législative de cette année qui rendraient le vote plus difficile.

Une telle législation proliférante et restrictive contrastait cependant fortement avec la conclusion du rapport selon laquelle aucun État n’avait produit de preuve de fraude généralisée lors des élections de 2020, malgré les affirmations continues de Donald Trump, soutenu par de nombreux dirigeants républicains, qu’il n’avait pas été battu par Joe Biden dans le course à la Maison Blanche.

En fait, des responsables aux niveaux local, étatique et national ont déclaré les élections de novembre dernier les plus sûres de l’histoire des États-Unis, tandis que Trump s’est battu en vain devant les tribunaux pour annuler le résultat.

Le Brennan Center note que les 30 lois ne sont pas toutes aussi restrictives. Quatre lois dans l’Indiana, le Kentucky, la Louisiane et l’Oklahoma, par exemple, comprenaient également une législation qui facilitera le vote pour certaines communautés.

Pourtant, l’étude indique que la « vague de restrictions sur le vote » est « la plus agressive que nous ayons vue depuis plus d’une décennie de suivi des lois électorales des États ».

L’organisation de politique publique basée à New York blâme les allégations de fraude électorale et la désinformation raciste pour l’augmentation des efforts de suppression des électeurs.

La nouvelle fait suite à la publication d’une lettre envoyée à Biden plus tôt cette semaine à partir de la Leadership Conference on Civil and Human Rights demandant à l’administration de renouveler son engagement à adopter le For the People Act et le John Lewis Voting Rights Advancement Act, une législation qui a jusqu’à présent été bloqué au Congrès par les républicains.

La lettre a été signée par un certain nombre d’organisations, dont le Brennan Center for Justice, Black Voters Matter Fund, Color Of Change et la NAACP.

« En tant qu’organisations dédiées à la protection des droits de vote, nous sommes tout aussi troublés que vous par la montée en puissance cette année de législations étatiques restreignant l’accès au droit de vote », indique la lettre.

Il a poursuivi: «Les électeurs de couleur supporteront le poids de ces nouvelles restrictions, ce qui constitue l’attaque la plus importante contre les droits de vote depuis l’ère Jim Crow. Des menaces encore plus graves se profilent à l’horizon. Le prochain cycle de redécoupage devrait apporter une autre série de gerrymandering extrême qui diluera de manière disproportionnée les votes des personnes de couleur. »

Il a exhorté à l’action, notant : « Le Congrès a le pouvoir et le devoir d’arrêter cette attaque antidémocratique et discriminatoire contre les droits de vote des Américains. En effet, seule la législation fédérale peut garantir que nos élections sont sûres et libres et protéger pleinement le droit de vote. »

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*