L’Unesco a exhorté à ne pas donner le statut de patrimoine au parc thaïlandais au milieu des allégations d’abus autochtones

[ad_1]

Des experts des droits de l’homme de l’ONU ont exhorté l’Unesco à ne pas accorder le statut de site du patrimoine mondial à un parc national en Thaïlande, où ils ont déclaré que des peuples autochtones étaient arrêtés et expulsés de leurs terres traditionnelles.

Les experts de l’ONU ont déclaré dans un communiqué : « Il s’agit d’un cas important qui crée un précédent et peut influencer les politiques sur la manière dont les droits des peuples autochtones sont respectés dans les aires protégées à travers l’Asie.

« Les indigènes Karen du parc national continuent d’être expulsés de force et leurs maisons incendiées », ont-ils déclaré.

L’appel des experts indépendants a précédé l’examen de lundi par un comité de l’Unesco, où le gouvernement thaïlandais demande le statut de patrimoine pour le parc national de Kaeng Krachan pour la troisième fois depuis 2016.

La Chine et la Russie font partie des pays soutenant la candidature thaïlandaise, selon leur proposition conjointe, qui ne fait pas référence à la communauté ethnique Karen vivant dans le vaste parc près de la frontière birmane.

Plus de 80 membres de l’ethnie Karen ont été arrêtés cette année, dont 28 ont été inculpés pour « empiétement » sur leurs terres dans le parc, dont un enfant, selon le communiqué des experts de l’ONU.

Il a ajouté qu’il n’y avait pas eu de consultations de « bonne foi » permettant aux Karens de participer au processus de candidature à l’Unesco.

Les responsables thaïlandais n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter les préoccupations des experts selon lesquelles le statut patrimonial priverait les Karen de leur droit de rester sur des terres traditionnelles où leurs techniques agricoles contribuent à préserver la biodiversité.

L’Union internationale pour la conservation de la nature a déclaré que l’Unesco devrait suspendre la désignation du parc comme site du patrimoine mondial. Le groupe basé en Suisse a déclaré que le gouvernement thaïlandais devrait montrer qu’il y avait un soutien au plan de la part de tous les peuples autochtones touchés en assurant la sécurité du régime foncier et des moyens de subsistance.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*