Jeff Bezos propose de payer des milliards pour le deuxième contrat d’atterrisseur lunaire de la NASA

[ad_1]

Le fondateur de Blue Origin, Jeff Bezos, a proposé de couvrir plus de 2 milliards de dollars de coûts si la NASA fournissait à sa société commerciale de vols spatiaux le deuxième contrat de système d’atterrissage humain, dans une lettre ouverte à l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, lundi.

« Nous sommes prêts à aider la NASA à modérer ses risques techniques et à résoudre ses contraintes budgétaires et à remettre le programme Artemis sur une voie plus compétitive, crédible et durable », a écrit Bezos dans la lettre.

Selon sa proposition, Bezos a déclaré que Blue Origin renoncerait à des coûts allant jusqu’à 2 milliards de dollars américains au cours de l’exercice en cours ainsi que des deux suivants. « Cette offre n’est pas un report, mais une renonciation pure et simple à ces paiements », a-t-il écrit. « Cette offre laisse le temps aux actions d’appropriation du gouvernement de rattraper leur retard. »

À ses frais, Blue Origin faciliterait « une mission d’exploration en orbite terrestre basse de l’élément de descente lunaire pour retirer davantage les risques de développement et de planification », en plus d’une démonstration d’alunissage sans équipage dans le cadre d’un plan de développement de base.

La lettre ouverte de Blue Origin marque la dernière offre pour un deuxième contrat HLS de la NASA. Bien que l’agence spatiale ait initialement prévu d’en accorder deux, la NASA a annoncé en avril qu’elle n’accorderait qu’un seul prix HLS à SpaceX en raison de contraintes budgétaires. Dans la lettre de lundi, Bezos a réitéré les plaintes de son entreprise selon lesquelles, contrairement à SpaceX, Blue Origin n’avait pas eu la possibilité de modifier son offre pendant la compétition HLS.

« C’était une erreur, c’était inhabituel et c’était une occasion manquée », a-t-il déclaré. « La NASA s’est écartée de sa stratégie d’acquisition à double source d’origine en raison de problèmes budgétaires perçus à court terme, et cette offre supprime cet obstacle. »

La lettre de Bezos intervient après le premier vol en équipage de Blue Origin dans l’espace mardi dernier. Bien qu’il ait parcouru plus de 50 miles au-dessus de la surface de la Terre, les directives de la FAA ont confirmé que Bezos n’est pas considéré comme un astronaute.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*