La revue Revel Puck Circus – les acrobaties terre-à-terre manquent d’avantage dramatique

Les bonnes choses d’abord : un jeune cirque en tournée plantant sa tente dans des endroits moins évidents, une sensibilité DIY sympathique, une bande d’artistes pleins d’entrain et de vraies compétences en spectacle. Il y a Fiona Thornhillla roue cyr : c’est une femme et un cerceau géant, et elle trouve une multitude de choses à faire avec, changeant de rythme, tournant comme une pièce de monnaie ou dans des roues sans fin. Il y a l’impressionnante marcheuse sur fil Poppy Plowman, qui fait nonchalamment le grand écart sur sa corde raide. Et ce qu’il n’y a pas à aimer dans la bascule : une balançoire géante qui lance des corps dans le ciel dans toutes sortes de sauts périlleux.

Mais certains des actes et certainement le spectacle dans son ensemble manquent d’un véritable arc. Le Wing Scuffle Spectacular est présenté comme « une célébration de la peur », mais il y a peu de dramaturgie ou de danger. Les setups et sketchs ne portent pas à l’arrière de la tente, le rythme est décalé. Parfois, il y a un décalage entre le son et la vision : le point culminant voit Annie Zita fondre joyeusement sur le toit sur une balançoire nuageuse, un grand sourire sur le visage, tandis que le reste des interprètes chante l’hymne Hard Times Come Again No More, lancé un peu bas, avec des airs d’assemblée d’école.

Les Revel Pucks sont délibérément non flashy et terre-à-terre, mais – un peu comme passer une heure à vous maquiller pour avoir l’air de ne pas porter de maquillage – leur spectacle a besoin d’un peu plus de soutien pour sembler sans effort. Pourtant, ce n’est que les premiers jours pour l’entreprise, lancée seulement en 2019 et interrompue par la pandémie; il n’y a aucun doute à venir. Pas du genre à traverser la ville, mais une sortie amusante si vous êtes du coin.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*