L’ex-capitaine des femmes afghanes dit aux footballeurs : brûlez les kits et supprimez les photos

Des sportives de haut niveau en Afghanistan ont été invitées à effacer leur présence sur les réseaux sociaux et, dans certains cas, à brûler leur équipement alors que les supporters se démènent pour les protéger des talibans.

S’exprimant depuis Copenhague, Khalida Popal, l’ancienne capitaine de l’équipe de football féminin d’Afghanistan, a déclaré que les joueuses devraient prendre des mesures urgentes pour effacer toute trace de leur histoire sportive.

«Aujourd’hui, je les appelle et leur dis, notez leurs noms, enlevez leurs identités, enlevez leurs photos pour leur sécurité. Même moi, je leur dis de brûler ou de se débarrasser de l’uniforme de votre équipe nationale », a-t-elle déclaré à Reuters.

«Et c’est douloureux pour moi, pour quelqu’un en tant qu’activiste qui s’est levé et a fait tout son possible pour atteindre et gagner cette identité en tant que joueuse de l’équipe nationale féminine. Gagner ce badge sur la poitrine, avoir le droit de jouer et de représenter notre pays, à quel point nous étions fiers. »

Une source proche de la fédération de cyclisme du pays a fait écho à l’avis, affirmant que les membres féminins avaient été invités à rester à la maison et à éviter à tout prix de publier sur les réseaux sociaux.

« À l’heure actuelle [they are] en sécurité, mais je m’attends à ce que d’ici quelques mois, comme un ou deux mois, je sois sûr que personne ne peut garantir sa vie. Ce sont de vrais dangers », a déclaré la source.

Que pourrait signifier le régime taliban pour l'Afghanistan ?  - vidéo explicative

« Les libertés qu’ils avaient de faire du vélo seront impossibles… Ils sont choqués et ils ont peur. »

La rapidité avec laquelle les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan a réduit à néant toute chance que les femmes auraient pu avoir à fuir, a ajouté la source. « Tout a changé en 48 heures. Personne n’a pu s’échapper. Si ça [had been] une semaine ou quelque chose comme ça, on les aurait envoyés dans les pays voisins mais tout s’est passé le même jour, l’aéroport est fermé, partout on voit des terroristes avec des fusils.

Les inquiétudes sont venues alors que certains membres d’une équipe de robotique féminine – la première d’Afghanistan – sont arrivées au Qatar après avoir quitté Kaboul sur un vol commercial, selon un communiqué publié mercredi par la fondatrice de l’équipe, l’entrepreneur technologique afghan Roya Mahboob.

Connue sous le nom d’Afghan Dreamers, l’équipe de Herat, dans l’ouest de l’Afghanistan, est âgée de 12 à 18 ans. L’année dernière, au milieu de la pandémie de Covid-19, ils ont construit un prototype de ventilateur avec des pièces de voiture d’occasion.

Mahboob a déclaré que si certaines des filles étaient allées au Qatar pour poursuivre leurs études, d’autres membres étaient restés en Afghanistan. « Les talibans ont promis de permettre aux filles d’être scolarisées dans la mesure permise par la charia », a-t-elle déclaré au New York Times. « Nous devrons attendre et voir ce que cela signifie. »

Lorsque les talibans étaient au pouvoir entre 1996 et 2001, les femmes n’étaient pas autorisées à travailler et les filles n’avaient pas le droit d’aller à l’école, et encore moins de faire du sport. Les femmes devaient porter la burqa pour sortir, et seulement lorsqu’elles étaient escortées par un parent masculin.

Popal a déclaré que les footballeurs à qui elle avait parlé avaient « tellement peur. Ils sont inquiets, ils ont peur, non seulement les joueurs, mais aussi les militants… ils n’ont personne vers qui s’adresser, chercher protection, demander de l’aide s’ils sont en danger. Ils ont peur qu’à tout moment la porte soit frappée.

Les cyclistes féminines, qui ont fait l’objet d’attaques physiques et d’insultes verbales même ces dernières années, ont parlé au Guardian le mois dernier de leurs craintes qu’une prise de contrôle par les talibans ne les oblige à quitter le vélo pour de bon.

«Je prie vraiment pour que le pays soit un endroit sûr pour une femme comme nous, en particulier [for us to be able] faire du vélo dans les rues », a déclaré l’un d’eux. « Mais je suis tout à fait sûr que les groupes talibans, les [Islamic State] et tous ne permettront jamais aux femmes d’étudier, de travailler, d’avoir un emploi. Alors comment est-il possible qu’ils nous laissent faire du vélo ? Je suis tout à fait sûr qu’ils ne nous permettront jamais; ils vont juste nous tirer dessus.

Un porte-parole de la Fifa a déclaré que l’instance mondiale du football partageait « de l’inquiétude et de la sympathie avec tous ceux qui sont touchés par l’évolution de la situation.

« Nous sommes en contact avec la fédération afghane de football et d’autres parties prenantes, et continuerons de surveiller la situation locale et d’offrir notre soutien dans les semaines et les mois à venir », ont-ils déclaré.

The Union Cycliste Internationale (UCI) was approached for comment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*