Sexting, mensonges et selfies dévoilés : le film égyptien explorant les vies cachées des adolescentes

[ad_1]

Worsque le réalisateur égyptien Ayten Amin avait 10 ans, la sœur d’un camarade de classe s’est suicidée. La nouvelle s’empare de l’école. Mais, dans une société où le suicide est un péché, personne n’en parle ; au lieu de cela, ils pleuraient la fille comme si elle était morte mystérieusement ou dans un accident. « Quand je tournais mon premier film, cela m’a soudainement frappé », a déclaré Amin lors d’un appel vidéo depuis son domicile au Caire. « Comment se sentait mon camarade de classe à l’époque ? Comment a-t-elle grandi en sachant ce qui s’est passé, mais sans que personne n’en parle ? »

Dans son nouveau film, Souad, Amin explore précisément cela : la vie cachée des adolescentes en Egypte. Il suit le personnage principal (joué par Bassant Ahmed) et Rabab (Basmala Elghaiesh), sœurs de 19 et 13 ans vivant à Zagazig, une petite ville à 40 miles au nord du Caire dans le delta du Nil. Pour sa famille et ses amis, Souad est aussi religieuse que studieuse – mais elle vit une vie différente en ligne. Elle entretient des relations virtuelles avec les hommes et est fascinée par le glamour Ahmed (Hussein Ghanem), un influenceur de la ville méditerranéenne à la mode d’Alexandrie. Leur relation commence à se dégrader lorsque Souad demande à Ahmed un rendez-vous réel ; cela empire progressivement à mesure qu’un cycle de sextos et d’arguments s’installe. Puis la tragédie frappe.

« Elle lui a envoyé des photos sans son voile et elle ne se sent pas en sécurité », explique Amin. « Elle dira: » Supprimez-les tous « , et ils se disputent, même s’il ne va rien faire de toute façon. Elle se sent coupable et honteuse. Alors elle prie, mais se remet à lui parler, et elle prie à nouveau. Puis elle couche avec lui au téléphone, puis elle pleure, puis elle veut lui parler. Elle monte et descend.

Coproduit par Wim Wenders et sélectionné à Cannes l’année dernière (une première pour une réalisatrice égyptienne), Souad a établi une comparaison avec des films tels que The Virgin Suicides et Ingrid Goes West pour son portrait tranchant des jeunes femmes et des manières pernicieuses. dans lequel les médias sociaux interagissent avec leur fragilité.

«Je ne voulais pas d’acteurs. Je voulais que ça ait l’air d’un documentaire’… Ayten Amin.

Amin s’intéresse depuis longtemps à comprendre ce que signifie être une jeune personne – en particulier une jeune femme – dans l’Égypte moderne. Son premier long métrage, Villa 69, était centré sur une famille reconstituée lorsque le père tombe malade (il était vaguement basé sur sa propre vie). Elle était l’une des quatre réalisatrices du documentaire Tahrir 2011, qui portait sur le soulèvement de 18 jours lorsque les mouvements de jeunesse égyptiens ont renversé le président Hosni Moubarak. Mais peut-être le plus comparable à Souad est son court métrage, Spring 89, qui suivait deux jeunes filles se mentant au sujet de leurs romances imaginaires.

Quiconque a déjà été une adolescente ou une mère, reconnaîtra les personnages résonnants de Souad – de la facilité avec laquelle ils mentent à leurs parents à la fréquence avec laquelle ils se comparent les uns aux autres. C’est tout, comme pourrait l’appeler la génération de Souad, très racontable. « Même moi, je peux m’identifier aux personnages et je n’ai pas leur âge ; Je n’ai pas grandi sur Internet et je n’ai pas eu à me soucier des réseaux sociaux », explique Amin. « Mais je m’identifie à leur crise d’identité – et au fait qu’il faut projeter une image pour être accepté. »

Considérez la scène d’ouverture. Souad fait un long voyage en bus et discute avec les différents passagers assis à côté d’elle, racontant à chacun une histoire complètement différente sur qui elle est, repérant quelle version d’elle ils aimeraient entendre et l’offrant joyeusement. « Quelque chose d’amusant s’est produit pendant que je développais le script », dit Amin. « J’étais dans un atelier de script aux États-Unis ; les autres dans l’atelier étaient principalement des Américains. L’un d’eux précise : « Tous les personnages de votre scénario mentent. Votre société est faite de mensonges. Je n’avais même pas remarqué qu’ils mentaient tous, car c’est la norme.

En effet, c’est ce sens du normal et du quotidien que Souad capte si bien. C’est d’une évocation ordinaire, du dialogue sur les tâches ménagères et les bavardages sarcastiques des adolescents aux bruits de fond constants de la vie de la rue, des klaxons de voiture et de l’appel à la prière. La plupart des acteurs ne sont pas des acteurs professionnels ; le script a été développé à travers des entretiens avec des jeunes femmes pour capturer leur langue vernaculaire.

« Mon co-auteur, Mahmoud [Ezzat], c’est un poète et un peu un influenceur. Il avait beaucoup d’adeptes qui étaient des filles de petites villes, qui étaient entichées de nous parce que nous travaillons dans le cinéma et vivons au Caire. Nous avons donc commencé à contacter ses followers et à les rencontrer pour une audition. Ils venaient au Caire pour une journée et nous les interviewions, improvisions avec eux, pendant environ trois heures. Nous avons commencé à écrire le script à partir de ces conversations.

Une fois le script coulé et libre en place, le travail s’est poursuivi. « Pour les répétitions, je rendais visite aux acteurs chez eux à l’extérieur du Caire et je leur disais ce qui se passait dans la scène. Ils improviseraient autour de cela, puis ils le feraient en utilisant uniquement les mots du script, puis un mélange. Tout le temps, j’enregistrais sur mon mobile. Ensuite, je rapportais les images à mon scénariste et nous les regardions et adaptions le script. Nous avons fait ça pendant six mois.

Pourquoi a-t-elle choisi des non-acteurs ? « Je ne voulais pas d’acteurs. Je voulais que ça ait l’air d’un documentaire pour que vous vous demandiez s’ils sont réels ou non. Les acteurs n’auraient pas eu autant de contribution que la distribution que nous avons choisie. Ils ressentent tout ce que nous avons écrit.

L’expérience documentaire d’Amin a certainement porté ses fruits. Souad n’est décidément pas sensationnaliste. Amin résiste à porter un jugement sur les personnages, même les femmes et les filles qui surveillent d’autres femmes. « Je m’intéresse à la façon dont cette notion selon laquelle les femmes sont en quelque sorte « moins » corrompt les femmes afin qu’elles puissent être si méchantes les unes envers les autres – non pas parce qu’elles sont de mauvaises personnes, mais parce que c’est tout ce qu’elles savent. C’est comme ça qu’ils survivent et c’est comme ça qu’ils se sentent spéciaux », dit-elle.

Le film résiste également à juger le seul personnage masculin, Ahmed, même lorsqu’il passe à Yara (Carol Ackad), une femme glamour et non voilée issue d’un quartier aisé. « Le statut social est une chose importante ici en Égypte. Quand les gens décident de se marier, ils pensent toujours à gravir les échelons sociaux », explique Amin. Ahmed et Souad sont de la même classe sociale, mais ont des options différentes en fonction de leur sexe. « Donc, même s’il aime plus Souad, il ne l’épousera jamais. Ce n’est pas un méchant. Il a été élevé dans cette société avec ces règles et c’est ce qu’il sait. Il ne remet cela en question que plus tard.

Souad (à droite) et ses amis.

De même, Souad et Yara ont des options différentes en fonction de leur classe. « Yara a ses problèmes, mais ce n’est pas la même chose, ce n’est pas du conservatisme. Ils ont d’autres règles, comme épouser la richesse et avoir un bon travail.

Bien que Souad ait été sélectionnée à Cannes en 2020, la pandémie a mis un terme à toute projection en situation réelle. Il n’est pas encore sorti en Egypte ; au lieu de cela, il a été présenté pour la première fois à New York au festival du film de Tribeca en juin, puis projeté à Berlin. Amin est allé à Berlin, « mais il n’y a pas eu de questions-réponses et tous les autres événements du festival étaient virtuels. Donc je ne sais toujours pas quelles pourraient être les questions des gens.

Les projections égyptiennes de pré-sortie donnent plus d’indices. «Nous avons demandé à des échantillons de filles de le regarder. Ils pleuraient tellement dans le film, à de nombreux moments différents et surprenants. Ils ont beaucoup pleuré au téléphone [sex] scène, probablement parce que cela leur rappelle ce qu’ils font. Ces filles auraient-elles déjà vu leur propre expérience à l’écran ? « Ils ne sont pas du tout représentés au cinéma. Ils ne se voient pas, même pas à la télévision.

Quant à la camarade de classe qui a tout inspiré, Amin raconte que, par coïncidence, « la semaine après que j’ai commencé à penser à elle, je l’ai vue faire du shopping dans la rue ». Amin a-t-elle finalement abordé les non-dits et demandé ce qui était vraiment arrivé à sa sœur ? « Non », répond Amin, avec une pointe de tristesse. « Elle était avec ses enfants. Au moins, avec Souad, Amin entame une conversation avec beaucoup, beaucoup plus de personnes.

Souad sort en salles le 27 août

Au Royaume-Uni et en Irlande, Les Samaritains peuvent être contactés au 116 123 ou en envoyant un e-mail à jo@samaritans.org ou jo@samaritans.ie. Aux États-Unis, la ligne de vie nationale pour la prévention du suicide est le 1-800-273-8255. En Australie, le service d’assistance en cas de crise Lifeline est le 13 11 14. D’autres lignes d’assistance internationales sont disponibles sur befrienders.org

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*