Critique du censure – un premier film d’horreur brillamment aventureux

Tses débuts passionnants et vertigineux du scénariste-réalisateur gallois Prano Bailey-Bond sont un régal nostalgique pour toute personne assez âgée pour se souvenir de la tristement célèbre peur des « vidéo méchantes » du début des années 80. Pourtant, sous la surface rétro se cache une histoire plus universelle sur le pouvoir de l’horreur pour affronter nos peurs les plus profondes – une célébration intemporelle de la nature libératrice du côté obscur. Doté d’un œil aiguisé pour les détails d’époque (le maven de l’horreur Kim Newman obtient un crédit de producteur exécutif) et d’une attitude rafraîchissante et irrévérencieuse vis-à-vis des « faits » des fan-boys ringards. Censurer évoque une histoire serpentine de traumatisme, de répression et de libération, le tout véhiculé par le support délicieusement tactile des bandes vidéo illicites et des paniques médiatiques pré-Internet.

Niamh Algar, qui s’est avéré si fascinant dans Calme avec les chevaux, est Enid, une censure de cinéma qui passe ses journées à regarder, couper et classer des scènes de violence au milieu des années 80 en Grande-Bretagne. C’est une période difficile, avec la presse et le public désireux de trouver un bouc émissaire pour les nombreux maux de la nation. Pourtant, bien qu’elle soit choquée par une grande partie de ce qu’elle voit sur bande, Enid est aussi étrangement attirée par certains des plus titres d’horreur, en particulier le travail du réalisateur culte Frederick North (Adrian Schiller), dont les films effrayants et effrayants semblent offrir des réponses à des questions enfouies depuis longtemps. Au fur et à mesure que la fascination macabre d’Enid grandit, fiction et réalité s’entremêlent.

Censurer a ses racines dans le court métrage 2015 de Bailey-Bond Méchant, dans lequel un jeune garçon à la recherche de son père trouve un lien familial via le portail de vidéos d’horreur. Bien que les récits de Méchant et Censurer sont très différents, les deux impliquent un personnage qui aspire à un être cher perdu, étant entraîné dans le monde des méchants – littéralement. Inversant avec humour les clichés sur les effets néfastes de l’horreur, Bailey-Bond invoque et, plus important encore, embrasse le spectre d’un diable folklorique moderne, ses protagonistes trouvant du réconfort dans l’œil de la tempête d’une manière qui touchera une corde sensible chez les fans d’horreur. partout.

Il y a des échos d’Atom Egoyan L’Ajusteur dans Censurerla représentation des rituels fétichisés de la classification des films, avec Enid piégée dans les couloirs et les réduits en forme de garenne de sa profession, entourée des sons étouffés de la torture et du péché. Félicitations à la chef décoratrice Paulina Rzeszowska, qui obtient l’atmosphère étrangement miteuse des bureaux des censeurs; et au concepteur sonore Tim Harrison, qui a utilisé l’animation de 1978 Navire vers le bas – un mélange traumatisant de chagrin et d’horreur – pour une inspiration spatiale. En revanche, la progression d’une réalité morne vers une fantaisie plus farfelue voit Censurer vers les métaphores visuelles de David Cronenberg Vidéodrome alors qu’Enid est englouti par la dernière production criarde de North.

C’est tout à l’honneur d’Algar qu’elle insuffle une telle vie empathique à un personnage construit sur des réservoirs de répression et de déni. Des premières scènes nerveuses dans lesquelles la révulsion et la fascination se livrent une bataille serrée sur son visage, aux descentes ultérieures dans un mode de combat fantastique et pur sang, Algar juge la température émotionnelle de chaque phase du voyage d’Enid avec une précision extrême. Michael Smiley, quant à lui, joue le producteur smarmy de North Doug Smart comme une symphonie de voyelles allongées et de menaces condescendantes ; et Guillaume Delaunay est terriblement imposant en tant que Beastman quasi-mythique (un personnage inspiré par la présence emblématique de Michael Berryman dans le film de Wes Craven La colline a des yeux), qui incarne le mélange dichotomique de peur et de sympathie qui est au cœur de tant de fiction d’horreur.

Une partition sonore lancinante d’Emilie Levienaise-Farrouch (qui a fait des merveilles intimes sur Seulement toi) se fond avec la cinématographie tactile 35 mm d’Annika Summerson pour évoquer l’ambiance spongieuse de l’époque, tandis qu’une utilisation puissante est faite de la piste en spirale de Blanck Mass Chernobyldéjà entendu dans Ben Wheatley’s Un champ en Angleterre. Tout cela s’ajoute à un premier long métrage brillamment aventureux d’un cinéaste en plein essor, qui se joint à Jennifer Kent, Julia Ducournau, Natalie Erika James, Rose Glass et al pour prouver que l’avenir de l’avant-garde l’horreur est intrépide, directe et féminine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*