R Kelly : un homme témoigne que le chanteur l’a exploité sexuellement à l’adolescence

[ad_1]

Après plusieurs jours de témoignages de femmes affirmant avoir été soignées et agressées sexuellement par R Kelly, un homme a comparu lundi à la barre des témoins lors du procès pour trafic sexuel de Kelly à New York pour affirmer que la star du R&B l’avait exploité de la même manière lorsqu’il était un lycéen.

Prenant la parole devant un tribunal fédéral de Brooklyn sans utiliser son vrai nom, le témoin a raconté à un jury comment Kelly l’avait attiré dans sa maison de la région de Chicago en 2007 avec des offres d’aide pour sa carrière musicale.

Kelly a demandé à la victime présumée, alors âgée de 17 ans, « ce que j’étais prêt à faire pour la musique », a déclaré le témoin. Il a répondu: « Je porterai vos sacs … Tout ce dont vous avez besoin, je serai prêt à le faire. »

« Ce n’est pas ça. Ce n’est pas ça », a-t-il dit, a répondu Kelly avant de demander s’il avait déjà fantasmé sur le sexe avec des hommes. Il a décrit comment Kelly « s’est ensuite mise à genoux et a commencé à me faire du sexe oral » même si « je n’étais pas dedans ».

Par la suite, « il m’a dit de garder [the encounter] entre lui et moi », a déclaré le témoin.

Dans un épisode ultérieur, Kelly « a fait claquer ses doigts trois fois » pour convoquer une fille nue sous un ring de boxe pour faire une fellation à Kelly et au témoin, a déclaré l’homme au jury.

Il a continué à voir Kelly, a-t-il dit, parce que « je voulais vraiment réussir dans l’industrie de la musique ».

Kelly, 54 ans, a nié à plusieurs reprises les accusations selon lesquelles il s’était attaqué aux victimes au cours d’une carrière de 30 ans mise en évidence par son méga-hit de 1996, I Believe I Can Fly. Ses avocats ont dépeint ses accusateurs comme des groupies qui mentent sur leurs relations avec lui.

Plus tôt lundi, une femme a témoigné que Kelly l’avait agressée sexuellement à l’âge de 17 ans à la suite d’un spectacle à Miami en 1994. Le témoin, témoignant également sans utiliser son vrai nom, a affirmé que les copains de Kelly l’avaient emmenée avec un ami dans sa loge où il l’avait abattu son short et l’a forcée à avoir des relations sexuelles non protégées.

« J’étais complètement sous le choc », a-t-elle déclaré. « Je ne savais pas du tout quoi dire. Je suis devenu essentiellement vide.

Par la suite, elle et son amie « ont déverrouillé la porte et se sont enfuies de là », a-t-elle déclaré.

L’avocat de la défense Deveraux Cannick a insisté auprès du témoin sur les raisons pour lesquelles, après que quelqu’un vous aurait « violé », elle a attendu plus de deux décennies pour contacter les forces de l’ordre.

« Parce que je ne voulais pas ressentir plus de honte et de traumatisme », a-t-elle déclaré.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*