Last man out: l’image obsédante des derniers moments de l’Amérique en Afghanistan

Après deux décennies, le dernier soldat américain est parti sans faste, sans cérémonie, certainement sans la grandeur de la victoire.

Baigné dans la lumière verte d’une lunette de vision nocturne, le major-général Chris Donahue, la dernière paire de «bottes au sol» américaine, a remonté la rampe arrière d’un carbone-17 de l’armée de l’air lundi soir.

En gilet pare-balles et casque, le commandant de la 82e division aéroportée de l’armée américaine portait son arme dans sa main droite, les yeux baissés alors que sa marche solitaire mettait fin à la mission malheureuse de l’Amérique en Afghanistan.

À 23 h 59 précises, heure de Kaboul, le dernier des cinq C-17 américains était sorti du sol afghan. Donahue a adressé un dernier message à ses troupes : « Bravo, je suis fier de vous tous ».

Les image de la sortie solitaire de Donahue, publié publiquement par le Commandement central des États-Unis, pourrait symboliser la retraite humiliante et en proie à la violence de l’Amérique du pays.

Le président américain Joe Biden avait auparavant insisté sur le fait que la sortie des États-Unis d’Afghanistan n’était pas « à distance comparable » au chaos de son départ de Saigon en 1975. Sénateur à l’époque, il se souvient des dommages causés au prestige américain par les photographies en noir et blanc de des hélicoptères transportent à la hâte des personnes du toit de son ambassade.

Mais ces images aussi ont une itération contemporaine. On voit Donahue quitter calmement l’aéroport, mais l’anarchie d’il y a quelques jours à peine, avec des Afghans accrochés aux côtés des avions de l’armée de l’air américaine, pourrait représenter la sortie de l’Amérique.

Derrière Donahue, flouté par la caméra, se dresse l’aéroport Hamid Karzaï, scène de chaos récent et lointain, véhicules et équipements toujours sur le tarmac.

Au-delà de ses murs anti-souffle et de ses fils de rasoir se trouvent des millions de dollars de plus en matériel militaire américain, désormais aux mains des talibans, les troupes ennemies américaines sont entrées au combat.

Encore plus loin se trouve un pays brisé, le « Cimetière des Empires » à la hauteur de son nom, obstinément redoutable à l’invasion étrangère. Les forces de la coalition ont perdu plus de 3 500 soldats en 20 ans. Les États-Unis ont dépensé plus de 2 milliards de dollars en Afghanistan, plus qu’ils n’ont contribué au plan Marshall qui a reconstruit l’Europe après la seconde guerre mondiale.

Mais le changement que le sang et le trésor ont gagné en Afghanistan a toujours été fragile, et une grande partie de celui-ci semble maintenant sur le point de s’inverser rapidement.

L’Afghanistan n’a pas prospéré sous occupation étrangère. Plus de 47 000 civils afghans sont morts dans le conflit ; des millions de personnes ont fui comme réfugiés vers d’autres pays. L’Afghanistan reste le plus grand fournisseur mondial d’héroïne ; le pays a toujours été classé parmi les moins pacifiques et les plus corrompus du monde.

L’armée la mieux équipée de l’histoire du monde s’est avérée ne pas être à la hauteur de la patience d’un taliban brutal et implacable.

« Vous avez les montres », aiment à dire les talibans. « Nous avons le temps. »

Avec la marche solitaire de Donahue, le temps de l’Amérique est écoulé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*