L’assistant Siri d’Apple a-t-il violé la confidentialité des utilisateurs ? Les tribunaux décideront

Apple fait face à un recours collectif alléguant que Siri a « accidentellement » écouté des conversations menant à la diffusion de publicités ciblées.

Pomme est au centre d’une autre tempête juridique après qu’un tribunal fédéral a donné son approbation à un recours collectif alléguant que Siri avait écouté les conversations des utilisateurs et violé leur vie privée. Ce n’est pas la première fois que l’assistant virtuel d’Apple est mêlé à une telle polémique. En 2019, il a été signalé que les sous-traitants d’Apple écoutaient des conversations d’utilisateurs privés au nom du contrôle qualité de Siri. La société a ensuite dû présenter des excuses publiques après le scandale et a apporté une multitude de changements, tels qu’une politique de non-rétention des enregistrements vocaux de Siri et annonçant que seuls les employés d’Apple auront accès aux enregistrements vocaux.


À la suite de la révélation, Apple a fait l’objet d’un procès affirmant que son assistant virtuel avait enregistré des conversations sans le consentement de l’utilisateur. Inutile de dire que la société a reçu une tonne de critiques pour ne pas avoir informé les utilisateurs des politiques de confidentialité sensibles et a dû suspendre le programme de notation Siri à travers le monde. Allant plus loin, Apple a rapidement annoncé une nouvelle fonctionnalité qui permettait aux utilisateurs de supprimer leurs enregistrements vocaux Siri stockés sur les serveurs Apple, même si le processus n’était pas aussi simple que de supprimer des données vocales similaires pour Google Assistant. Sur une note positive, les données vocales de Siri ne sont pas traçables à un compte Apple car les enregistrements stockés sont tous liés à des identifiants aléatoires.

Il semble maintenant que les fantômes des violations de la vie privée de Siri vont à nouveau hanter Apple. Selon Reuters, le juge de district américain Jeffrey White à Oakland a autorisé les plaignants à aller de l’avant avec presque toutes les réclamations en recours collectif accusant Siri d’empiéter sur leur vie privée. L’assistant virtuel aurait enregistré régulièrement les conversations des utilisateurs sans qu’ils invoquent des mots chauds comme « Hey Siri » pour activer l’assistant AI. Ces « activations accidentelles » ont permis à Siri d’écouter les conversations des utilisateurs et les informations ont ensuite été partagées avec les annonceurs, selon les allégations.

Un casse-tête pour Apple au milieu des tempêtes antitrust

Dans le procès, les plaignants allèguent avoir reçu des publicités ciblées pour des produits et services après que Siri ait écouté leurs conversations sans qu’ils le sachent. Compte tenu des accusations portées contre Apple, la société pourrait être tenue pour responsable d’avoir enfreint la loi fédérale sur les écoutes téléphoniques et les réglementations californiennes en matière de confidentialité. Cependant, la société ne peut être tenue pour responsable d’un marketing trompeur car les plaignants n’ont pas pu prouver qu’ils ont subi des pertes financières dues à ces «activations accidentelles» de l’assistant IA. Apple n’a pas encore publié de déclaration concernant les accusations portées contre lui.

Siri n’est pas le seul assistant vocal à s’embourber dans une controverse sur la vie privée. La même année où le scandale de la confidentialité de Siri susmentionné a éclaté, il a également été constaté que les employés de Google pouvaient écouter des conversations privées via des haut-parleurs intelligents alimentés par Google Assistant, et plus d’un millier d’enregistrements vocaux ont été divulgués par un entrepreneur. Alexa d’Amazon a un bilan encore pire. Cependant, la violation de la vie privée de Siri n’est pas le seul problème juridique qui se prépare pour Apple. La société pourrait bientôt faire l’objet d’une enquête pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché indien en raison de ses règles strictes de partage des revenus de l’App Store qui nuiraient également aux développeurs et aux sociétés locales de traitement des paiements.

La source: Reuters

Fiancé de 90 jours: comment Paola Mayfield fait face à la vie sans Russ



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*