Pourquoi les ETF sur l’uranium deviennent nucléaires – presque littéralement – et comment cette tendance pourrait persister

Salut! Les nouvelles les plus scintillantes sur le rythme des fonds négociés en bourse sont peut-être ce qu’un de nos collègues de Oxtero a rapporté plus tôt cette semaine. Fondamentalement, un fonds canadien achète de l’uranium pour le stocker – et le garder hors des mains des exploitants de centrales nucléaires qui en ont besoin. Nous en parlerons un peu.

Pendant ce temps, les ETF japonais sont en feu (voir tableau ci-joint) grâce, peut-être, à Yoshihide Suga, qui a déclaré le 3 septembre qu’il quittait son poste de Premier ministre après avoir critiqué sa gestion du COVID-19.

Vous savez ce qu’il faut faire: Envoyez des conseils ou des commentaires et retrouvez-moi sur Twitter à @mdecambre pour me dire ce sur quoi nous devons sauter.

Inscrivez-vous ici pour ETF Wrap.

Un boom des ETF sur l’uranium

Les fonds d’uranium connaissent une période de boom. Notamment, l’ETF Global X Uranium a bondi d’environ 19% au cours de la période hebdomadaire suivie par ETF Wrap. L’ETF, qui est le plus important du segment de l’uranium, est en hausse de 15,3 % jusqu’à présent en septembre et affiche une progression de près de 58 % depuis le début de l’année, selon les données de FactSet.

Pendant ce temps, le FNB North Shore Global Uranium Mining URNM,
-0,98 %
est en hausse de 21% jusqu’à présent en septembre et a grimpé de 77% jusqu’à présent en 2021.

Qu’est-ce qui se cache derrière la poussée? Une pénurie d’uranium, rapporte Steve Goldstein de Oxtero, un fait qui a également provoqué une secousse pour d’autres ETF d’uranium liés à l’élément radioactif qui est utilisé comme source d’énergie alternative.

Les contrats à terme sur l’uranium, qui ont été introduits sur le New York Mercantile Exchange et le CME vers 2007, se négociaient au-dessus de 40 $ la livre jeudi, après avoir dépassé ce prix pour la première fois en six ans plus tôt cette semaine. Les contrats à terme se targuent d’un gain de 34 % sur l’année à ce jour et d’une remontée de 16 % sur le mois à ce jour.

Goldstein a déclaré que le Sprott Physical Uranium Trust, négocié à Toronto, aspirerait de l’uranium, citant les commentaires de Harris Kupperman, président du fonds spéculatif Praetorian Capital, à RealVision.

Certains spéculent que des facteurs fondamentaux de la demande sont également à l’origine de la flambée de l’uranium et des ETF, d’autant plus que les coûts de l’énergie ont été élevés dans le contexte des goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement qui sont apparus dans un monde COVID.

Lire: Le bavardage sur un «supercycle des matières premières» est en train de s’éteindre – voici pourquoi le débat n’est pas terminé

Plus tôt cette année, les analystes de Morgan Stanley et de BMO Capital Markets prévoyaient que les prix de l’uranium pourraient atteindre 50 $ la livre d’ici 2024 environ.

Au rythme actuel, les contrats à terme sur l’uranium pourraient bien atteindre 50 $ d’ici la fin de 2021.

Enveloppement hebdomadaire
Top 5 des gagnants de la semaine dernière

%Revenir

Global X Uranium ETF URA,
-0,85%

19

KraneShares CSI China Internet ETF KWEB,
-0,44%

7.5

iShares Currency Hedged MSCI Japan ETF HEWJ,
+0.23%

6.3

ETF Global X Robotique & Intelligence Artificielle BOTZ,
+1,19%

6.1

iShares MSCI Japan ETF EWJ,
+0.84%

6.1

Source : FactSet, jusqu’au mercredi 8 septembre, hors ETN et produits à effet de levier. Comprend les ETF négociés au NYSE, au Nasdaq et au Cboe de 500 millions de dollars ou plus

Top 5 des baisses de la semaine dernière

%Revenir

iShares US Aerospace & Defense ETF ITA,
+0,83 %

-2.0

VanEck Rare Earth/Strategic Metals ETF REMX,
+2,26 %

-2.0

SPDR S&P Assurance ETF KIE,
+0,86%

-1.9

iShares Latin America 40 ETF ILF,
+0,58%

-1.9

SPDR S&P Aéronautique & Défense ETF XAR,
+0.21%

-1.9

Source : FactSet

Les ETF connaissent des baisses de 1%

Les actions connaissent peut-être des mouvements assez placides, mais Frank Cappelleri, stratège de bureau chez Instinet, prévient qu’un certain nombre d’ETF envoient un message différent qui mérite d’être pris en compte.

Cappelleri a déclaré que sur la liste des 170 ETF qu’il suit, 60 ont perdu au moins 1% de leurs sommets contre seulement trois en hausse de plus de 1%, y compris le United States Natural Gas Fund UNG,
+1,34 %,
Utilities Select Sector SPDR Fund XLU,
-0,17%
et le United States Oil Fund LP USO,
-0,78 %.

Ralentissement du mois d’août ?

Après deux mois qui ont vu plus de 30 nouveaux ETF, le mois d’août n’a vu que le lancement de 22 nouveaux fonds, selon Aniket Ullal de CFRA, responsable des données et de l’analyse des ETF, écrivant pour Wealth Management.com.

Pendant ce temps, l’industrie a déjà largement dépassé un record de flux nets de 504 milliards de dollars établi en 2020, enregistrant 596 milliards de dollars d’entrées nettes depuis le début de l’année jusqu’en août.

Lectures ETF populaires

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*