‘Powerful experience’ : Lorde sort un mini-album en langue maorie

[ad_1]

Lorde a sorti un mini-album de morceaux en maori, décrivant le projet comme « puissant » et le « point de départ » d’un voyage.

La chanteuse néo-zélandaise a réenregistré cinq morceaux de son album Solar Power en te reo maori, la langue indigène d’Aotearoa en Nouvelle-Zélande. Il s’intitule Te Ao Mārama, ce qui signifie « monde de lumière ».

S’adressant au site Web de la culture pop The Spinoff, l’artiste de 24 ans a déclaré qu’elle avait consulté un large éventail de personnes – y compris des aînés maoris – sur le projet. Cela comprenait l’examen de l’opinion de certains selon laquelle le te reo maori ne devrait être parlé que par les maoris.

« C’est un peu effrayant de commencer n’importe quel voyage, mais je suppose que c’est mon truc ; J’en suis au tout début, et ce projet est un point de départ », a déclaré le chanteur.

Alors que certains artistes et auteurs-compositeurs maoris ont de nombreux adeptes en Nouvelle-Zélande, il est rare d’entendre les langues autochtones à la radio commerciale.

Lorde, qui ne parle pas la langue, a déclaré au Spinoff qu’à part apprendre quelques chansons simples à l’école, elle n’était pas bien préparée pour enregistrer in te reo. « Ce n’était pas quelque chose qui faisait partie intégrante de ma vie, et c’était quelque chose pour lequel j’avais une sorte de tristesse et un peu de culpabilité », a-t-elle déclaré.

Elle a travaillé avec des traducteurs pour enregistrer l’album, qui met l’accent sur les merveilles du monde naturel. « C’était vraiment énorme quand nous le faisions … C’était vraiment émouvant. Je n’avais jamais eu d’expérience d’écriture ou d’enregistrement comme celle-là. C’était vraiment puissant », a-t-elle déclaré.

Le chanteur maori Hinewehi Mohi faisait partie des personnes impliquées dans le projet.

« Je pense que la chose la plus importante est de faire ce genre de projets avec intégrité. En éliminant toutes ces peurs que les gens pourraient avoir, nous aurons une perspective incroyable de nous-mêmes et de notre place dans le monde, et vous ne verrez plus de pancartes disant « arrêtez de nous enfoncer les Maoris dans la gorge ». Finalement », a-t-elle déclaré.

Le produit des ventes de l’album ira à deux associations caritatives néo-zélandaises, Forest & Bird et Te Hua Kawariki Charitable Trust.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*