Les syndicats rejettent l’appel des partis travaillistes locaux à supprimer le scrutin majoritaire uninominal à un tour

[ad_1]

Une motion très attendue lors de la motion de la conférence travailliste proposant d’adopter la représentation proportionnelle (RP) pour les futures élections a été rejetée car le soutien écrasant des partis locaux s’est heurté à l’opposition des votes de masse des syndicats.

La motion, appelant au prochain gouvernement travailliste à remplacer le scrutin majoritaire uninominal à un tour par une forme de représentation proportionnelle, a été soumise par plus de 150 partis travaillistes (CLP) de circonscription et était la deuxième question la plus populaire de la conférence.

Après un vote à main levée non concluant dans la salle de conférence de Brighton, un vote par carte a montré qu’un peu moins de 80 % des votes du CLP soutenaient la motion. Mais les votes des affiliés – composés presque entièrement de syndicats – ont été opposés à 95 %. Le résultat final était de près de 58% contre.

Au cours d’un débat sur la scène principale de la conférence, une série de délégués locaux ont soutenu la motion, l’un d’eux affirmant que le scrutin majoritaire à un tour créait une génération de jeunes « apathiques ».

« Je vois si peu de mes amis, de ma génération, engagés dans une activité politique, même s’ils sont passionnés par les questions. Tant de gens ne se présentent jamais pour voter », a déclaré l’un d’eux. « Nous devons nous assurer que chaque électeur, pas seulement ceux qui occupent des sièges pivotants, se sente entendu. »

Le seul orateur contre l’idée était Margaret Clarke, du syndicat GMB, qui a qualifié la motion de « tentative d’engager le parti travailliste dans une distraction inutile en soutenant la représentation proportionnelle ».

Elle a dit de PR : « C’est impopulaire. Les électeurs l’ont rejeté massivement lors d’un référendum en 2011. C’est moins responsable, brisant les liens de circonscription essentiels entre des centaines de députés travaillistes et leurs électeurs à travers le Royaume-Uni. Cela risque également de céder le pouvoir à l’extrême droite de notre parlement.

Cependant, d’autres intervenants ont souligné que le référendum de 2011 sur une modification du mode de scrutin, organisé dans le cadre des exigences des libéraux-démocrates pour rejoindre une coalition avec les conservateurs, portait sur le système de vote alternatif, qui n’est pas proportionnel.

La motion soutenait que le scrutin majoritaire uninominal à un tour crée des « déserts électoraux » et « une privation des droits civiques, une désillusion et un désengagement généralisés en politique ».

Il a déclaré: «Un système de vote dans lequel chaque vote compte de manière égale est nécessaire pour remédier aux niveaux inquiétants d’aliénation, de division et de méfiance dans la politique britannique. Les travaillistes au gouvernement ont joué un rôle de premier plan dans l’introduction de formes de relations publiques dans le gouvernement décentralisé du Royaume-Uni.

« Il existe des systèmes de représentation proportionnelle qui conservent un lien de circonscription solide entre les députés et leurs électorats, tout en garantissant que tous les votes comptent de manière égale et que les sièges correspondent aux votes. »

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*