Le PDG de Latina cannabis gagne un vétéran de la Silicon Valley en tant qu’investisseur d’amorçage dans un fonds de capital-risque de 50 millions de dollars destiné aux minorités

La PDG de la société de cannabis, Christine De La Rosa, a obtenu le soutien d’amorçage du bureau familial d’un investisseur de la Silicon Valley pour son premier fonds de capital-risque de 50 millions de dollars destiné aux entrepreneurs minoritaires dans le secteur de la marijuana légale.

Le People’s Group Fund déploiera de 250 000 $ à plus de 1 million de dollars par investissement dans des entreprises de cannabis appartenant à des femmes, des Afro-Américains, des peuples autochtones et des personnes de couleur.

« L’industrie du cannabis a été créée par des Noirs et des bruns sur le marché informel », a déclaré Del La Rosa dans une interview. « Mon entreprise est sortie du marché traditionnel et est passée au marché légal. Nous construisons un écosystème à travers le fonds pour investir dans des fondateurs vraiment incroyables avec de très bonnes entreprises existantes ou des startups commerciales. »

Chad et Tenah Dyer ont engagé un montant non divulgué de capital de leur fondation familiale en tant qu’investisseurs d’amorçage dans le People’s Group Fund, a déclaré De La Rosa. Selon sa page LinkedIn, Chad Dyer a travaillé pendant 13 ans en tant que directeur de l’information chez le géant du capital-risque Sequoia Capital et a quitté l’entreprise en octobre 2020.

L’entreprise de De La Rosa, The People’s Ecosystem, exploite une entreprise de vente au détail de cannabis hors magasin en Californie. La société rouvre également son dispensaire dans la région de la baie, planifie un site de culture au Nouveau-Mexique et élabore des plans d’affaires dans l’Illinois.

Lisez maintenant: Les entreprises canadiennes de cannabis ne réaliseront pas de bénéfices au cours du prochain trimestre et voici pourquoi

Pour les investisseurs, De La Rosa a déclaré qu’elle offrait l’accès à sa liste de contacts d’entrepreneurs du cannabis, ainsi qu’à des offres hors marché qui leur étaient réservées.

Pour les sociétés de portefeuille, elle offre aux entrepreneurs des leçons tirées de son parcours dans le secteur du cannabis, soit pour lancer leur entreprise, soit pour la rendre plus rentable.

De La Rosa a déclaré que son fonds visait également à augmenter la petite partie du capital-risque allouée aux personnes de couleur et aux femmes. Une entreprise de cannabis sur cinq appartient à des minorités. Selon Project Diane, seulement 2,6% environ des dollars de capital-risque dans toutes les industries sont allés aux minorités et 2,2% ont été alloués aux femmes.

Les Noirs ne représentent qu’un faible pourcentage de ceux qui profitent du marché du pot légalisé en plein essor, selon les données de l’État. Des initiatives publiques et des fonds privés, comme celui lancé par Jay-Z, visent à stimuler la participation des minorités. Photo : Rob Alcaraz/Le Wall Street Journal

Dans un effort pour indemniser les quartiers les plus durement touchés par la guerre contre la drogue, les États ont alloué des licences de cannabis gratuites ou à moindre coût aux personnes de couleur dans ces zones. Cependant, une fois ces licences attribuées, il a été difficile pour ces entreprises de démarrer et de fonctionner en raison des coûts de démarrage élevés. De nombreuses licences ont fini par être vendues à de grands opérateurs. Certaines de ces transactions ont été critiquées pour être injustes envers le vendeur.

Lire aussi : La société de cannabis TerrAscend s’installe dans le Michigan avec l’acquisition de Gage Growth pour 545 millions de dollars

De La Rosa était titulaire d’un diplôme en sciences humaines lorsqu’elle s’est lancée dans son entreprise légale de cannabis en 2015 en Californie. Elle ne connaissait pas grand-chose à la levée de capitaux, pas plus que beaucoup d’autres BIPOC (noirs, indigènes et personnes de couleur) qui dirigent des entreprises de cannabis de nos jours.

« Beaucoup de gens qui sont dans l’espace du cannabis autour de l’équité sociale ou des personnes de couleur n’ont pas accès aux informations sur le capital ou sur la façon d’obtenir du capital », a-t-elle déclaré. « La plupart des dirigeants d’entreprises de cannabis d’équité sociale, y compris le mien, ne sont pas allés à l’école pour les affaires. Vous pouvez tout savoir et vous ne pouvez toujours pas obtenir de financement.

De La Rosa a déclaré qu’elle travaillera avec les sociétés de son portefeuille pour les aider à approcher les investisseurs avec des présentations puissantes et une solide compréhension de toutes les règles de base de la levée de capitaux.

De La Rosa a officiellement lancé son fonds de capital-risque en mars. La société suivra l’impact des investissements dans le cannabis dirigé par le BIPOC et les femmes, ainsi que la croissance de l’emploi, pour aider les investisseurs d’Impact du fonds à garder un œil sur le travail accompli par leur capital. Parallèlement aux intentions altruistes dans la pratique de l’investissement d’impact, le fonds s’attend à générer un solide rendement pour ses bailleurs de fonds, a-t-elle déclaré.

A partir des archives : Les personnes de couleur reprennent leur place dans une industrie du cannabis « construite sur le dos de personnes issues de communautés marginalisées »

La plupart des investisseurs institutionnels ne seraient pas en mesure de soutenir le fonds de capital-risque de De La Rosa en raison de l’interdiction fédérale du cannabis en tant que substance contrôlée de l’annexe I. Les transactions impliquant des entreprises de cannabis touchant aux plantes restent fermées dans le système bancaire américain, ce qui empêche les grands investisseurs institutionnels d’y participer. Cependant, l’argent privé via les family offices et les particuliers a été une source de capital pour les entreprises de cannabis.

En Californie, il y avait sept dispensaires de détail appartenant à des Noirs sur environ 723 licences de vente au détail accordées, soit 0,009% des dispensaires californiens en juin 2021. Deux autres dispensaires appartenant à des Noirs devraient ouvrir à Los Angeles pour faire un total de neuf.

L’ETF Cannabis THCX,
-2,64 %
était en baisse de 2,6% mardi, mais a gagné 4,9% depuis le début de l’année. Le FNB AdvisorShares Pure US Cannabis MSOS,
-2,71%
était en baisse de 2,7% et a perdu 12,8% sur l’année jusqu’à présent. Le S&P 500 SPX,
-1,74%
a gagné 16%.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*