Redonner à la terre grâce à l’agriculture régénérative | Des lettres

[ad_1]

Damian Carrington écrit sur les agriculteurs régénératifs qui tirent le meilleur parti des subventions gouvernementales prévues pour des mesures de réduction des émissions de carbone comme la restauration des haies, la modification des aliments pour le bétail ou l’agroforesterie (« Pourquoi ne pas commencer maintenant ? » Sur la voie de l’agriculture régénérative, 17 septembre).

J’ai la chance d’avoir l’espace pour me lancer dans une transformation de la biodiversité à l’échelle du domaine à Ewhurst Park dans le Hampshire. Nous donnons plus de 450 acres aux cultures régénératives, ainsi que la création de corridors verts, de nouvelles prairies de fleurs sauvages et des projets d’apiculture et de recépage.

Nous ne sommes pas en mesure de nous engager dans le programme de subventions, qui nous lierait à un plan de plantation pluriannuel. L’agriculture régénérative consiste à redonner à la terre, ce qui signifie observer et répondre à la nature, ainsi qu’expérimenter et expérimenter des approches. Pour que l’agriculture régénérative se généralise, nous avons besoin d’un système de subventions qui récompense la flexibilité, l’expérimentation et l’écoute de la terre.
Mandy Lieu
Parc Ewhurst, Hampshire

Votre article place à juste titre l’agriculture régénérative au centre de la résolution du plus grand casse-tête de notre campagne : comment produire suffisamment d’aliments sains tout en emprisonnant le carbone et en aidant la faune sauvage à se rétablir ? Il est clair que les agriculteurs sont favorables à la restauration des haies, dont nous avons perdu la moitié depuis la seconde guerre mondiale. La nouvelle recherche du CPRE a révélé qu’investir dans nos haies pour atteindre l’objectif du comité sur le changement climatique d’une augmentation de 40 % d’ici 2050 créerait 25 000 emplois. C’est pourquoi il va de soi que le gouvernement se fixe un objectif ambitieux et aide les agriculteurs à planter et à restaurer des milliers de kilomètres de haies.
Tom Fyans
Directeur général adjoint, CPRE, l’association caritative de la campagne

Vous avez une opinion sur tout ce que vous avez lu dans le Guardian aujourd’hui ? S’il te plaît e-mail nous votre lettre et elle sera considérée pour publication.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*