Crise d’Evergrande en Chine : l’heure tourne alors que l’échéance cruciale de la dette se profile

Le sauvetage de la société immobilière chinoise Evergrande semble être au point mort, laissant le promoteur au bord du défaut et menaçant de déclencher une contagion à travers le secteur immobilier géant du pays, les prix des maisons et l’économie.

Les problèmes qui entourent Evergrande, qui a une dette totale de 305 milliards de dollars, ont pesé sur les marchés financiers mondiaux ces dernières semaines et ont contribué à freiner la reprise post-pandémique de la Chine.

Mais la crise pourrait encore s’aggraver si Evergrande ne respecte pas le délai de samedi soir pour le paiement d’intérêts obligataires de 83,5 millions de dollars, déclenchant un défaut officiel.

Evergrande a déjà bénéficié d’un délai de grâce de 30 jours pour effectuer le remboursement après avoir manqué le délai initial en septembre. Depuis, il a manqué d’autres paiements d’obligations offshore clés, libellés en dollars, d’une valeur supplémentaire de 193,3 millions de dollars. Le temps presse également pour ces dettes.

L’empire tentaculaire de la propriété aux voitures électriques fondé par l’ancien dirigeant de la sidérurgie Xu Jiayin au milieu des années 90 s’est efforcé de se débarrasser de ses actifs afin de rembourser une partie de ses prêts. Ses créanciers chinois devraient être prioritaires, avec les investisseurs étrangers en queue de peloton.

Les actions de sa principale cotation à Hong Kong ont perdu 80% au cours de l’année écoulée et sont suspendues depuis le 4 octobre dans l’attente d’une annonce sur la manière dont elle va être sauvée.

Mais il y avait des signes que le processus ne s’était pas déroulé comme prévu, ce qui laisse présager que Pékin sera contraint d’organiser le démantèlement d’Evergrande, le deuxième plus grand développeur du pays, en absorbant la majeure partie de celui-ci dans des entreprises publiques existantes.

Premièrement, les négociations d’Evergrande pour vendre sa participation de 51% dans son unité de gestion immobilière rentable, Evergrande Property Services Group, à un autre développeur chinois pour 2,6 milliards de dollars ont été suspendues, selon des informations. L’acheteur, Hopson Development Holdings, n’aurait pas pu obtenir l’accord nécessaire du gouvernement provincial du Guangdong, qui supervise la restructuration d’Evergrande.

La vente du siège social de 26 étages d’Evergrande au bord de l’eau à Hong Kong devrait rapporter 1,7 milliard de dollars supplémentaires, mais l’accord avec Yuexiu aurait également été suspendu pour la même raison.

L’état du marché immobilier, qui représente environ 25 % de l’économie chinoise, constitue une toile de fond alarmante à ces problèmes. Les ventes de logements en valeur ont chuté de 16,9% en septembre par rapport à l’année précédente, après une baisse de 19,7% en août, selon les calculs de Bloomberg basés sur des données officielles publiées lundi.

Les problèmes d’endettement d’Evergrande ont secoué les marchés financiers du monde entier. Photographie : Noel Celis/AFP/Getty Images

Alors que de nombreux autres développeurs ressentent également la pression et ont du mal à rembourser leurs prêts, le défaut potentiellement colossal d’Evergrande pourrait faire chavirer les parties les plus faibles et les plus endettées du secteur immobilier.

China Properties a rejoint une douzaine d’autres qui ont fait défaut sur plus de 47 milliards de yuans (7,3 milliards de dollars) d’obligations cette année, selon une estimation du CRIC, un cabinet de conseil immobilier chinois, a rapporté vendredi Reuters. La semaine dernière, S&P Global a déclassé deux des plus gros acteurs, le Groenland, qui a des développements importants à Londres, Sydney et New York, et E-house Enterprise.

Un développeur plus petit, Sinic Holdings, est devenu le dernier à voir sa note mise en « défaut sélectif » par S&P après avoir fait défaut sur 246 millions de dollars d’obligations, après avoir averti qu’il le ferait probablement la semaine dernière.

Terry Chan, chercheur principal chez S&P Global Ratings, a déclaré que la situation risquait d’exposer d’autres grandes entreprises chinoises qui se sont développées de manière tout aussi rapide à la suite de trois décennies de croissance économique fulgurante alimentée par la dette.

« En cas de défaillance d’Evergrande, il pourrait y avoir des effets de contagion pour les autres développeurs, les prix des maisons et l’économie. Les problèmes de trésorerie d’Evergrande préfigurent ce qui pourrait mal tourner pour les entreprises chinoises en difficulté de liquidité », a-t-il déclaré.

Le secteur des entreprises chinoises représente près d’un tiers (31%) de la dette mondiale des entreprises, selon une enquête menée par S&P auprès de 25 000 entreprises à travers le monde. Le ratio de levier dette/PIB du secteur de 159% est l’un des plus élevés au monde – le ratio mondial actuel est de 101% – et représente un casse-tête stupéfiant de 27 milliards de dollars pour Pékin.

Le président chinois Xi Jinping a montré ces dernières années qu’il était déterminé à s’attaquer au problème alors qu’il poursuivait son objectif de « prospérité commune ». Il a coupé les ailes de milliardaires technologiques tels que Jack Ma avec des entreprises obligées de décharger des actifs et de céder le contrôle des données aux régulateurs. Les services de cours particuliers très rentables, appréciés des ambitieux parents citadins chinois, ont également été interdits.

Le modèle « spéculatif » du secteur immobilier est désormais dans le collimateur de Xi. Les «trois lignes rouges» de l’année dernière pour les bilans ont rendu beaucoup plus difficile pour les grands développeurs tels qu’Evergrande d’obtenir le financement nécessaire pour faire tourner les plaques sur son modèle d’emprunt et de construction.

Cependant, Angus Coote de Jamieson Coote Bonds à Melbourne, en Australie, a déclaré que la banque centrale chinoise était « sur le devant de la scène », inondant le marché de liquidités – 100 milliards de yuans (15,6 milliards de dollars) mercredi – et contiendrait la contagion.

« On a dit aux banques de continuer à prêter aux développeurs en bonne santé », a-t-il déclaré. « Les plus gros peuvent provoquer un effet d’entraînement… mais c’est gérable sans aucune contagion, selon nous. Pékin va le laisser tomber lentement.

Helge Berger, chef de la branche Chine du Fonds monétaire international, a déclaré à Bloomberg que les risques pour l’économie au sens large avaient été « contenus » (£) pour l’instant, mais que les autorités devraient continuer à surveiller en cas d’escalade.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*