Les talibans « expulsent de force » les Hazaras et leurs opposants en Afghanistan

Des milliers de personnes ont été chassées de leurs maisons et de leurs terres par des responsables talibans dans le nord et le sud de l’Afghanistan, ce qui équivaut à une punition collective, illégale au regard du droit international, a averti Human Rights Watch.

De nombreuses expulsions visaient des membres de la communauté chiite hazara, tandis que d’autres concernaient des personnes liées à l’ancien gouvernement afghan. Les terres et les maisons saisies de cette manière ont souvent été redistribuées aux partisans des talibans, a déclaré HRW.

Les expulsions forcées enregistrées par Human Rights Watch ont eu lieu dans cinq provinces, dont Kandahar, Helmand et Uruzgan au sud, Daikundi au centre et la province de Balkh au nord.

De nombreuses personnes ont reçu l’ordre de quitter leurs maisons et leurs fermes avec un préavis de quelques jours seulement, et sans aucune possibilité de prouver leur propriété légale. Certains auraient été informés que s’ils ne respectaient pas les ordres de partir, ils « n’avaient pas le droit de se plaindre des conséquences », selon le rapport.

« Les talibans expulsent de force les Hazaras et d’autres sur la base de leur appartenance ethnique ou de leurs opinions politiques pour récompenser leurs partisans », a déclaré Patricia Gossman, directrice associée pour l’Asie à Human Rights Watch. « Ces expulsions, menées avec des menaces de force et sans aucune procédure légale, sont des abus graves qui s’apparentent à des punitions collectives.

Les talibans ont promis un gouvernement inclusif, mais ont choisi un cabinet entièrement masculin dominé en grande partie par des religieux sunnites du groupe ethnique pachtoune, dont le groupe a historiquement tiré son principal soutien.

Depuis leur prise de pouvoir à la mi-août, les talibans sont liés à une série d’atteintes aux droits humains, notamment des meurtres en représailles et des attaques contre des journalistes. Ils ont également privé de nombreuses femmes du droit au travail et interdit aux filles d’étudier dans le secondaire.

Les expulsions surviennent juste avant l’hiver, qui dans une grande partie de l’Afghanistan apporte un froid extrême, et au milieu des récoltes, sur lesquelles les familles rurales comptent pour rembourser une année de dettes et s’approvisionner en nourriture pour l’année à venir.

Ceux qui sont chassés de chez eux rejoignent un grand nombre de personnes qui ont déjà été réfugiées dans leur propre pays à cause de la guerre, de la sécheresse ou de l’effondrement économique. Rien que cette année, plus de 665 000 Afghans ont été déplacés, ce qui porte le total national à environ 4 millions.

« Il est particulièrement cruel de déplacer des familles pendant la récolte et juste avant l’arrivée de l’hiver », a déclaré Gossman. « Les talibans devraient cesser d’expulser par la force les Hazaras et autres et trancher les différends fonciers conformément à la loi et à un processus équitable. »

Après quatre décennies de guerre civile, les conflits de propriété sont devenus une source majeure de tension en Afghanistan. Des groupes concurrents ont remis à plusieurs reprises des revendications de terres qui se chevauchent lorsqu’ils les ont saisies, laissant un fouillis de documents concurrents.

Maintenant, ceux qui ont perdu dans les conflits précédents demandent aux talibans de soutenir leur propriété. Dans le nord de Balkh, les habitants ont déclaré qu’ils possédaient les terres remises aux combattants talibans depuis les années 1970, tandis que le nouveau gouvernement a déclaré que les expulsions étaient basées sur une décision de justice.

A Kandahar, les expulsions visaient des membres d’un immeuble appartenant au gouvernement, où des maisons avaient été distribuées à des fonctionnaires, a déclaré HRW. À Helmand, au moins 400 familles ont été chassées du district de Naw Mish au milieu de la saison des récoltes.

Les déplacements les plus importants enregistrés se situent dans les provinces de Daikundi et d’Uruzgan, où au moins 2 800 habitants Hazara ont été chassés de chez eux en septembre. Des postes de contrôle sur la route empêchaient ceux qui partaient d’emporter leur récolte avec eux, selon l’un de ceux qui ont fui.

Les ordres d’expulsion de certains villages Daikundi ont été annulés par les autorités à Kaboul, selon le rapport, mais fin octobre, aucun habitant n’était revenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*