Un projet de loi bipartite obligerait Big Tech à proposer des flux et des résultats de recherche sans algorithme

Un groupe bipartite de législateurs à la Chambre des représentants a présenté un projet de loi qui obligerait les plateformes de médias sociaux à permettre aux gens d’utiliser le site sans algorithmes qui filtrent ou hiérarchisent le contenu que les utilisateurs voient. Le projet de loi rejoint une loi similaire proposée au Sénat et, ensemble, les projets de loi suggèrent que l’animosité du législateur envers les sociétés de médias sociaux ne disparaîtra pas.

« Les consommateurs devraient avoir la possibilité de s’engager avec des plates-formes Internet sans être manipulés par des algorithmes secrets pilotés par des données spécifiques à l’utilisateur », a déclaré le représentant Ken Buck (R-Colo.) Dans une déclaration à Ars. Buck a présenté le projet de loi avec trois cosponsors, les représentants David Cicilline (DR.I.), Lori Trahan (D-Mass.) et Burgess Owens (R-Utah).

« Facebook et d’autres plates-formes dominantes manipulent leurs utilisateurs grâce à des algorithmes opaques qui donnent la priorité à la croissance et au profit par rapport à tout le reste », a déclaré la représentante Cicilline dans un communiqué. « Et en raison du pouvoir monopolistique et de la domination de ces plates-formes, les utilisateurs se retrouvent avec peu d’alternatives à ce modèle commercial d’exploitation, que ce soit dans leur flux de médias sociaux, sur des publicités payantes ou dans leurs résultats de recherche. »

Alors que le déluge de contenu grandit, les entreprises se sont de plus en plus appuyées sur des algorithmes de classement et de filtrage pour gérer le flux afin que les utilisateurs ne se noient pas dans un flot incessant de mèmes, de discours haineux et de babillages ineptes tout en faisant défiler les photos des enfants de leurs amis, par exemple.

Mais ces mêmes algorithmes ont également été critiqués alors que les sociétés de médias sociaux prennent des décisions liées au contenu qui les font ressembler moins à des plates-formes neutres qu’à des éditeurs.

Explosion du passé

À première vue, le projet de loi proposé semble attrayant, échangeant sur une certaine nostalgie pour un temps plus simple. Qui ne voudrait pas faire l’expérience d’Internet avant que Facebook n’impose des algorithmes sur son fil d’actualité ou que Google ne commence à personnaliser les résultats de recherche ?

Pour Google, le résultat pourrait être le bienvenu pour les utilisateurs et éventuellement une amélioration, forçant l’entreprise à s’éloigner des résultats qui renforcent les bulles de filtrage. Mais pour les réseaux de médias sociaux comme Facebook et Twitter, où les gens ont amassé des centaines d' »amis » et de followers qui publient collectivement des milliers de contenus par jour, les résultats rendraient les sites presque inutilisables. C’est peut-être ça l’idée ?

Ou peut-être que le projet de loi obligerait les utilisateurs à réduire leurs listes d’amis pour n’inclure que les personnes qu’ils jugent les plus importantes. Cela pourrait inciter les gens à se retirer chez leurs amis et leur famille, mais cela pourrait aussi les conduire plus loin dans le terrier de lapin dans lequel ils se trouvaient déjà.

Le projet de loi obligerait les sites de médias sociaux à publier un avis la première fois qu’une personne interagit avec un algorithme « opaque ». L’avis donnerait aux utilisateurs la possibilité de désactiver l’algorithme. Le projet de loi définit un algorithme opaque comme celui qui « détermine l’ordre de la manière dont les informations sont fournies à un utilisateur… sur la base, en tout ou en partie, de données spécifiques à l’utilisateur qui n’ont pas été expressément fournies par l’utilisateur à la un tel but. Les sociétés de médias sociaux seraient également tenues d’offrir un paramètre permettant aux utilisateurs de basculer l’utilisation de ces algorithmes. Les sociétés de médias sociaux envelopperaient sans aucun doute des mots autour de ces paramètres qui décourageraient les gens de les utiliser, mais pour les utilisateurs avertis, le projet de loi pourrait ouvrir une nouvelle façon d’utiliser les médias sociaux.

Une étape

Il est facile de voir ce projet de loi comme une tentative malavisée d’apprivoiser Big Tech et ses algorithmes de classement du contenu. Mais ce serait également ignorer l’objectif que de petits pas comme celui-ci peuvent servir dans le processus législatif.

Dans sa déclaration, Cicilline a qualifié le projet de loi de « étape importante ». Le projet de loi ferait certainement plaisir à certains utilisateurs et, en attendant, il continuerait à instaurer la confiance entre les législateurs des différents partis. Buck et Cicilline ont aidé à faire sortir une série de projets de loi antitrust du comité judiciaire de la Chambre cet été. Chaque facture en elle-même n’était pas une menace majeure pour les grandes entreprises technologiques, tout comme celle-ci est peu susceptible de mettre Facebook au pas. Pourtant, chaque projet de loi successif jette les bases du suivant.

Il peut y avoir ou non un grand plan en cours, mais l’histoire peut être difficile à comprendre lorsque vous la vivez. Ensemble, ces factures peuvent ne pas représenter grand-chose. Mais ils pourraient aussi être le début de quelque chose qui réforme la réglementation technologique pour les générations à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*