Bob Green, co-fondateur de l’ATP Tour : Djokovic et la PTPA doivent emprunter au golf

L’un des co-fondateurs de l’ATP Tour, Bob Green, se félicite de la formation de la Professional Tennis Players Association (PTPA) sous la direction de Novak Djokovic. Vert fixerait les objectifs différemment.

Novak Djokovic appelle à plus de puissance pour les joueurs

Bob Green était un nouveau venu plein d’espoir sur la tournée ATP au milieu des années 80, avant de se tourner vers les questions d’organisation et de travailler comme officiel au sein de l’organisation du joueur pendant sept ans. Donc, Green sait ce qui fait fonctionner l’ATP. Et comment cela pourrait et devrait être changé en faveur des joueurs. Dans un article invité du Sports Business Journal, Green a regardé en arrière en 1988, lorsque l’ATP Tour a émergé sous sa forme actuelle.

Green souligne que l’idée de départ n’aurait pas été de créer une constellation à 50/50 entre les joueurs et les organisateurs de tournois, mais plutôt une instance dirigeante dans laquelle les professionnels du tennis auraient le plus de voix et donc la plus grande influence. Cela a échoué parce que l’ATP a failli faire faillite au début de 1989. Et c’est pourquoi les joueurs devaient accepter la parité avec les tournois.

Restructuration de l’ATP ? Ou fonder une nouvelle organisation ?

En vue de la Professional Tennis Players Association (PTPA) fondée par Novak Djokovic et Vasek Pospisil à l’automne dernier, Green est d’accord avec le principe fondamental d’une représentation encore plus forte des joueurs. Mais : La PTPA s’efforce d’atteindre les mauvais objectifs. Il ne devrait pas être vrai que les joueurs doivent négocier avec les organisateurs (« propriété »). Après tout, les pros du tennis sont le produit à vendre. Et c’est pourquoi ils doivent être en contrôle. Green cite la PGA, l’association des golfeurs professionnels, comme exemple d’une organisation fonctionnelle de ce genre. Sur leur tournée, les revenus sont répartis selon une formule plus équitable que sur la tournée ATP.

Avec la structure actuelle de 50:50, les organisateurs de tournois auraient beaucoup trop de pouvoir. Pour Green, il serait important que le PTPA soit le plus fort possible. Il avait appris des événements de 1988 que les tournois suivraient les joueurs. Si seulement la pression était assez forte. Une menace de frappe des meilleurs joueurs lors d’une des épreuves du Masters 1000 serait un moyen efficace de faire pression.

Du coup, Bob Green souhaiterait une restructuration au sein de l’ATP – loin du modèle 50:50, vers une redistribution du pouvoir vers les joueurs. Parce qu’alors vous vous épargneriez la nécessité de créer une nouvelle organisation, comme le PTPA le prévoit actuellement.

Ne manquez aucune actualité !

Activez les notifications :

Djokovic Novak

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*