« Je ne pouvais pas pirater le fait d’être Bond »: Johnny Flynn sur le rôle du créateur de 007 Ian Fleming

[ad_1]

Bné en Afrique du Sud, a fait ses études privées au Royaume-Uni, s’est installé avec sa femme et ses trois enfants dans le cœur hipster de l’est de Londres, mais parlant aujourd’hui de Rome, Johnny Flynn se déplace. L’acteur-musicien (demi-frère de Jerome Flynn du duo d’acteurs-chanteurs Robson et Jerome) tourne actuellement une nouvelle version télévisée de The Talented Mr Ripley de Patricia Highsmith. Celui-ci est adapté et réalisé par Steven Zaillian, qui a écrit La Liste de Schindler et L’Irlandais, et met en vedette Andrew Scott dans le rôle de l’anti-héros amoral. Flynn, qui a de longues fourches de cheveux blonds, ainsi qu’une cicatrice en forme de point d’interrogation s’élevant de l’arête de son nez (résultat d’une attaque de chien quand il avait trois ans), joue l’idole-carrière de Ripley, Dickie Feuille verte.

C’est le rôle pour lequel Jude Law a été nominé aux Oscars dans la version cinématographique très appréciée d’Anthony Minghella en 1999. Intimidant ? « Je ne mentirai pas », sourit-il lorsque nous parlons via Zoom. « C’est définitivement quelque chose à laquelle j’essaie de ne pas penser, ce qui est un effort parce que j’aime ce film. » Cette nouvelle version, dit-il, est «assez belle et assez noire. C’est dans la zone Fellini.

Les chaussures qu’il remplit dans le nouveau fil de guerre Operation Mincemeat sont encore plus illustres que les mocassins de Jude Law. Le film concerne un morceau réel de tromperie de la Seconde Guerre mondiale impliquant de faux papiers plantés sur un cadavre pour convaincre Hitler que les Alliés se dirigeaient vers la Grèce plutôt que vers la Sicile. En tant que lieutenant-commandant Ian Fleming avant James Bond, Flynn est à la périphérie de l’action, tapant sur sa machine à écrire et amassant des idées pour ses futurs romans. Matthew Macfadyen – toadying Tom de Succession – est l’un de ses collègues goodies. « Matthew est le gars le plus gentil et le plus adorable », dit-il. «C’est tout un saut pour moi quand je le regarde dans le rôle de Tom. Il est vraiment idiot sur le plateau, adore rire. On nous a reproché plusieurs fois. »

Fil de guerre… dans l’opération Mincemeat. Photographie : Alamy

Flynn a les yeux écarquillés en considérant ses autres co-stars : « Colin Firth. Simon Russell Beale. Oh, Kelly Macdonald ! J’ai eu un tel béguin pour elle quand j’étais jeune, de Trainspotting. Il fronce les sourcils. « Désolé, c’est un peu effrayant. » Puis repenser : « Je suis sûr que ça va, beaucoup de gens qui avaient un certain âge quand ce film est sorti. » A 38 ans, il aurait eu 13 ans à l’époque : je pense qu’il est clair.

Fleming et lui ont-ils des antécédents similaires? « Je suppose. Le truc de l’école privée. Ses souvenirs de ces années – d’abord à l’école des pèlerins de Winchester, puis à Bedales – ne sont pas entièrement heureux. « J’ai été envoyé en pensionnat à l’âge de huit ans grâce à une bourse de musique, ce qui a été assez traumatisant. Maintenant que mes enfants ont à peu près cet âge, c’est vraiment poignant pour moi. C’est définitivement quelque chose auquel je pense. Il a l’air soudain abattu.

Parler de Fleming mène à Bond. Aurait-il envie de jeter son chapeau sur le ring ? « Je ne pense pas être assez dur », dit-il, se retirant pratiquement dans son confortable pull marron. « Je ne pense littéralement pas que je pourrais pirater la formation. C’est potentiellement un calice empoisonné. Cela peut être tellement déterminant, et j’aime la liberté de faire beaucoup de projets différents. »

Au cours de la dernière décennie, cela a inclus tout, de la comédie romantique Netflix Lovesick et un film poids plume d’Emma de Jane Austen (il était M. Knightley) au joyau d’art et essai Clouds of Sils Maria, dans lequel il a partagé une scène avec Kristen Stewart, Juliette Binoche et Chloë Grace Moretz. S’il a une marque, c’est rustique : il était archéologue dans le drame de Sutton Hoo The Dig et un braconnier charismatique et possible tueur en série dans le thriller Beast à Jersey, ainsi que dans la comédie planante de la BBC Detectorists, pour laquelle il a fourni la chanson thème chantante. Il a fait un excellent travail d’équilibre entre le jeu d’acteur et les albums : sa dernière collection folk, Lost in the Cedar Wood, a été co-écrite avec l’écrivain nature Robert Macfarlane, inspirée de L’épopée de Gilgamesh, et caractérisée, comme Flynn lui-même, par une beauté terreuse et grossièrement taillée.

Johnny Flynn dans le rôle de David Bowie dans Stardust
« Je pouvais voir des erreurs se produire » … comme David Bowie dans Stardust Photographie : Vertigo Films

Un coup l’année dernière était Bowie. Le jouant dans Stardust, qui se déroule à l’époque du chanteur avant Ziggy, Flynn était dans la ligne de mire avant même qu’une image du film ne soit vue. Le fils de Bowie, Duncan Jones, a jeté de l’ombre sur le film sur Twitter ; La fureur des fans et les mauvaises critiques ont suivi. C’était beaucoup ne pas au poil.

« Je n’y suis pas entré les yeux fermés », dit-il maintenant. «Mais j’espérais que les gens le prendraient pour ce à quoi il était destiné. C’était censé être ce petit film indépendant sur un jeune artiste, qui se trouvait être David Bowie, essayant de trouver sa voix, ce que je pensais être une histoire valable à raconter. Il a été jugé pour ce qu’il n’était pas plutôt que pour ce qu’il était. J’étais mécontent d’une partie du marketing qui l’entourait. Au fur et à mesure que les bandes-annonces sortaient, je pouvais voir des erreurs se produire et je me sentais triste de ne pas les voir. J’en suis toujours fier. Ces choses sont vos bébés. Vous y mettez tout et vous voulez que les gens voient le meilleur en eux.

Il y a toujours d’autres bébés. En route est The Outfit, un drame policier d’époque avec Mark Rylance, sa co-vedette de pièces de théâtre dont Jérusalem. Ensuite, il y a The Score, un film de casse avec Will Poulter dans lequel les personnages se mettent à chanter. Les propres chansons de Flynn, pour être précis. Il est ravi de celui-là, dit-il, et généralement heureux de se regarder. « Je suis toujours intéressé de voir comment ça se passe. Vous pensez : ‘J’étais sûr que ça allait être de la merde mais c’est bien.’ Ou : « Mes cheveux sont plus beaux que je ne le pensais. »

L’opération Mincemeat est lancée le 22 avril.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*