La FAA autorise 62 % des avions américains pour des « atterrissages par faible visibilité » dans le cadre du déploiement de la 5G

La Federal Aviation Administration a déclaré aujourd’hui qu’elle avait autorisé 62% des avions commerciaux américains à effectuer des atterrissages par faible visibilité dans les aéroports où AT&T et Verizon déploient la 5G sur le spectre en bande C cette semaine.

Plusieurs compagnies aériennes internationales ont précédemment annulé certains vols vers les États-Unis après que Boeing a émis une recommandation de ne pas faire voler le 777 dans les aéroports où les transporteurs déploient la 5G sur la bande C. Cependant, les 777 avions – ou du moins ceux qui ont des altimètres capables de filtrer les transmissions en bande C – figuraient sur la nouvelle liste des avions autorisés de la FAA. La FAA a accordé des moyens alternatifs de conformité (AMOC) aux opérateurs disposant d’altimètres sûrs à utiliser.

« Les modèles d’avions avec l’un des cinq altimètres autorisés comprennent certains Boeing 717, 737, 747, 757, 767, 777, MD-10/-11 et Airbus A300, A310, A319, A320, A330, A340, A350 et A380, « , a déclaré la FAA dans un communiqué publié peu après 14 heures HNE aujourd’hui. Ces avions sont désormais autorisés « à effectuer des atterrissages par faible visibilité dans les aéroports où les entreprises sans fil ont déployé la bande C 5G », a déclaré la FAA. Le mot « certains » indique que tous les avions portant les numéros de modèle mentionnés ne disposent pas d’un altimètre approuvé.

Le chiffre de 62% est une amélioration par rapport à dimanche, lorsque la FAA a déclaré qu’elle avait « autorisé environ 45% de la flotte commerciale américaine à effectuer des atterrissages par faible visibilité dans de nombreux aéroports où la bande C 5G sera déployée le 19 janvier. . » Cette première série d’approbations comprenait certains modèles Boeing 737, 747, 757, 767 et MD-10/-11 ainsi que des modèles Airbus A310, A319, A320, A321, A330 et A350.

Vols annulés

Les compagnies aériennes qui ont annulé certains vols vers les États-Unis incluent Emirates, All Nippon Airways, Air India et British Airways, a rapporté l’Associated Press aujourd’hui. Certaines compagnies aériennes sont passées à différents avions sur des vols qui devaient initialement utiliser le Boeing 777.

« Mais Air France a déclaré qu’elle prévoyait de continuer à faire voler ses 777 dans les aéroports américains. Elle n’a pas expliqué pourquoi elle n’avait pas changé ses avions comme l’ont fait de nombreux autres transporteurs », a écrit l’AP.

Les principales compagnies aériennes américaines ont envoyé lundi une lettre aux responsables du gouvernement américain les avertissant de « perturbation catastrophique » du transport aérien et demandant l’interdiction du déploiement de la bande C à moins de trois kilomètres des pistes de l’aéroport. AT&T et Verizon ont ensuite convenu de limites supplémentaires autour des aéroports.

Avertissement Boeing

AT&T et Verizon déploient cette année la 5G sur des fréquences en bande C entre 3,7 GHz et 3,8 GHz. Les opérateurs ont dépensé un total de 69 milliards de dollars en licences pour utiliser le spectre entre 3,7 GHz et 3,98 GHz, et ils prévoient d’utiliser la partie supérieure de ces fréquences dans les années à venir.

Les radioaltimètres utilisés pour déterminer les altitudes des avions reposent sur le spectre de 4,2 GHz à 4,4 GHz. Alors que les transporteurs américains soulignent que la 5G sur la bande C a été déployée sans problème dans près de 40 pays, la FAA et les compagnies aériennes affirment que certains altimètres pourraient ne pas être en mesure de filtrer les transmissions 5G.

« Boeing a envoyé lundi soir un soi-disant message multi-opérateurs aux transporteurs pilotant des 777 et des 747-8 et » recommande aux opérateurs de ne pas exploiter les avions 777 en approche et à l’atterrissage sur les pistes américaines « avec des avis 5G en bande C à partir du 19 janvier à moins que il existe un autre moyen de se conformer aux directives de la FAA », selon un rapport publié hier par The Air Current.

Boeing a refusé de commenter lorsqu’il a été contacté par Ars aujourd’hui. La FAA nous a renvoyés à sa nouvelle déclaration confirmant que 62 % des avions ont été déminés.

Le 4 janvier, la FAA a accepté de ne plus demander de retards 5G à AT&T et Verizon, sauf « tout problème de sécurité aérienne imprévu ».

« Pendant le retard de deux semaines dans le déploiement du nouveau service 5G, les experts en sécurité ont déterminé que l’interférence 5G avec l’altimètre radio de l’avion pourrait empêcher le moteur et les systèmes de freinage de passer en mode atterrissage, ce qui pourrait empêcher un avion de s’arrêter sur la piste », a déclaré la FAA. a déclaré le 14 janvier. Le communiqué du 14 janvier indique également que la FAA « exigera des opérateurs de Boeing 787 qu’ils prennent des précautions supplémentaires lors de l’atterrissage sur des pistes mouillées ou enneigées dans les aéroports où le service 5G en bande C est déployé ». Le 787 ne figurait pas sur la liste mise à jour aujourd’hui des avions autorisés « à effectuer des atterrissages par faible visibilité dans les aéroports où les sociétés sans fil ont déployé la bande C 5G ».

Toutes les déclarations récentes de la FAA sur la 5G et les altimètres sont disponibles sur cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*