À vendre : « site noir » de la CIA où des suspects terroristes ont été torturés en Lituanie

Une grange en acier menaçante à l’extérieur de la capitale lituanienne de Vilnius, où des suspects terroristes de la CIA étaient autrefois détenus à l’isolement, soumis à une lumière constante et à un bruit de haute intensité, sera bientôt mise sur le marché.

Le fonds immobilier du gouvernement, qui gère les actifs dont l’État n’a plus besoin, a déclaré lundi qu’il s’apprêtait à vendre l’ancien «site noir» notoire, connu sous le nom de projet n ° 2 ou site de détention Violet, pour un prix encore inconnu.

Faisant partie du programme secret de « restitutions extraordinaires » de Washington – dans lequel des militants islamistes présumés des conflits en Afghanistan et en Irak ont ​​été capturés et détenus dans des prisons en dehors des États-Unis – le bâtiment de 10 pièces a servi de centre de détention en 2005 et 2006.

Dans ses salles sans fenêtres et insonorisées, « on pouvait faire ce qu’on voulait », a déclaré à Reuters Arvydas Anusauskas, qui a mené une enquête parlementaire lituanienne sur le site en 2010. « Ce qui se passait exactement là-bas, nous n’avons pas déterminé. »

La principale attraction touristique de Lituanie est une ancienne prison russe du KGB dans le centre de Vilnius où 767 personnes ont été exécutées lors d’un soulèvement anti-soviétique dans les années 1940 et des milliers ont été torturées, mais il n’est pas prévu de transformer l’ancienne installation de la CIA, qui dispose de son propre générateur d’électricité. et l’approvisionnement en eau, dans un musée.

« Nous n’appuyons sur aucun bouton, pour ne rien allumer par accident », a déclaré un employé du fonds immobilier à propos de l’installation, où l’éclairage fluorescent et le bourdonnement de la climatisation dominent les pièces désormais vides.

La Cour européenne des droits de l’homme a appris en 2018 que les prisonniers du site, utilisé comme centre de formation par les services de renseignement lituaniens de 2007 à 2018, étaient rasés à leur arrivée et avaient continuellement les yeux bandés ou encagoulés, les jambes enchaînées.

Plus tôt ce mois-ci, il a été révélé que le gouvernement lituanien avait versé à Abu Zubaydah, le soi-disant «prisonnier pour toujours», 100 000 € (113 319 $) en compensation du traitement qu’il avait subi sur le site, suite à la décision du tribunal selon laquelle le gouvernement avait violé les règles européennes. lois interdisant la torture.

Zubaydah, a été capturé au Pakistan six mois après le 11 septembre, accusé d’être un membre important d’Al-Qaïda, et est détenu sans inculpation depuis. Il est peu probable qu’il ait subi les formes de torture les plus brutales en Lituanie que la CIA a appliquées ailleurs – il a été noyé 83 fois en un seul mois en Thaïlande – mais il a été soumis à la privation sensorielle et de sommeil, à l’isolement cellulaire, au bruit fort et à la lumière crue .

Un résumé du rapport du Sénat américain sur le programme de torture de la CIA publié en 2014 faisait référence au « Site Violet », bien qu’il ait caché l’identité du pays dans lequel le bâtiment était basé.

La création du site a provoqué des tensions entre différents éléments de l’administration Bush, l’ambassadeur américain en Lituanie se plaignant amèrement que le département d’État avait été exclu du processus de planification et tenu dans l’ignorance.

Le rapport du Sénat a également noté qu’au moment où le site noir a été ouvert, le personnel de la CIA souffrait de « la fatigue de la mission vis-à-vis de leur interaction avec le programme » – une référence au traumatisme que les agents ont subi à la suite de leur participation à la torture.

Les détenus qui y ont été amenés avaient déjà été soumis à tant d’« interrogatoires approfondis » – l’euphémisme de la CIA pour désigner la torture – que beaucoup avaient été « presque vidés de renseignements exploitables ».

La CIA et les avocats de l’administration Bush ont tenté de justifier la torture de Zubaydah en prétendant qu’il était un haut responsable d’Al-Qaida, mais il est apparu qu’il n’était pas membre de l’organisation.

Parmi les autres prisonniers détenus sur le site figurait Khalid Sheikh Mohammed, le cerveau autoproclamé des attentats du 11 septembre 2001, qui a jugé que le gouvernement avait violé les lois européennes interdisant le recours à la torture.

Le site a été fermé en 2006 après que la Lituanie a refusé d’admettre un troisième prisonnier, Mustafa al-Hawsawi, à l’hôpital. Les trois hommes sont toujours détenus au centre de détention américain de Guantanamo Bay.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*