Les vaccins contre le coronavirus pourraient réduire le risque de long Covid, selon une étude de l’ONS

La vaccination pourrait réduire le risque de long Covid, selon une étude de l’Office for National Statistics.

L’étude, portant sur plus de 6000 adultes, a révélé que ceux qui avaient été doublement vaccinés avaient une probabilité de 41% inférieure de déclarer eux-mêmes les symptômes de Covid 12 semaines après le premier test positif.

Dans l’ensemble, 9,5% du groupe double-vacciné ont déclaré avoir eu un long Covid, défini comme des symptômes durant plus de quatre semaines, contre 14,6% d’un groupe socio-démographiquement apparié qui n’était pas vacciné.

David Strain, maître de conférences clinique à la faculté de médecine de l’Université d’Exeter et chef de file de la British Medical Association sur le long Covid, a déclaré que les résultats de l’ONS s’accompagnaient de recherches publiées cette semaine qui montraient que de faibles niveaux de certains anticorps étaient plus fréquents chez ceux qui développaient un long Covid que chez les patients qui se sont rapidement rétablis.

« Nous savons que les vaccins déclenchent ces réponses immunitaires », a-t-il déclaré. «Si vous approchez une infection Covid avec des niveaux plus élevés de ces immunoglobulines, il est moins susceptible de [become long Covid].” Strain a ajouté qu’il était rassurant que la vaccination semble atténuer le risque de longue durée de Covid.

Une limite de l’étude était qu’en raison du calendrier du programme de vaccination, les participants doublement vaccinés ont été échantillonnés plus tard – 238 jours en moyenne – que ceux du groupe non vacciné. Ainsi, les changements dans les variantes dominantes de Covid en circulation et d’autres facteurs qui ont varié au cours de la pandémie pourraient avoir influencé les résultats.

L’étude était également observationnelle et, bien que les deux groupes aient été appariés pour l’âge et d’autres facteurs socio-économiques, il peut y avoir eu d’autres différences entre les groupes, ce qui signifie que l’étude n’a pas pu prouver de manière concluante que la vaccination était à l’origine des différents taux de maladie.

Par ailleurs, l’ONS a constaté que les différences de taux de mortalité entre les personnes d’origines ethniques différentes persistent depuis le début du programme de vaccination, le taux de mortalité impliquant Covid étant le plus élevé pour le groupe bangladais (cinq fois supérieur à celui du groupe britannique blanc pour les hommes, et 4,5 de plus pour les femmes), suivi du groupe pakistanais (3,1 pour les hommes, 2,6 pour les femmes) et des Africains noirs (2,4 pour les hommes, 1,7 pour les femmes).

Dans la plupart des cas, les différents taux s’expliquaient par le lieu de résidence, le désavantage social, la profession, l’état de santé général et le statut vaccinal. Cependant, le groupe bangladais et les hommes pakistanais sont restés plus à risque que la moyenne, même après ajustement pour ces facteurs. Des recherches antérieures ont mis en évidence un gène, plus courant dans les populations sud-asiatiques, qui pourrait exposer ce groupe à un risque plus élevé de Covid.

Vahé Nafilyan, de l’ONS, a déclaré: « L’analyse d’aujourd’hui montre que depuis le début du programme de vaccination, le risque de décès par Covid-19 a continué d’être plus élevé dans la plupart des groupes ethniques minoritaires que dans le groupe britannique blanc. Pour la première fois, nous montrons que la couverture vaccinale plus faible dans certains groupes ethniques contribue également au risque élevé de décès par Covid-19, en particulier dans les groupes noirs africains et noirs caribéens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*