Dans 26 villes, l’achat d’un logement est plus abordable que la location. Les loyers avantageux de 2020 ont maintenant disparu depuis longtemps.

En ce qui concerne les tarifs de location, ce n’est définitivement plus 2020.

Le coût de la location d’une maison augmente au rythme le plus rapide depuis des années, alors que les propriétaires se remettent de leurs difficultés plus tôt dans la pandémie de COVID-19. Pour certains ménages, la flambée des prix des loyers rendra l’accession à la propriété encore plus hors de portée.

Le loyer médian global à l’échelle nationale en janvier était de 1 789 $ par mois, selon un nouveau rapport de Realtor.com. Cela représente une augmentation de 19,8 % par rapport à l’année précédente. Janvier a été le huitième mois consécutif au cours duquel les loyers ont augmenté de plus de 10 % sur une base annuelle.

Et par rapport au prix d’une maison de deux chambres, l’appréciation des loyers a dépassé la croissance du prix des maisons dans toutes les tailles d’unités locatives. Les loyers médians des studios ont augmenté de 21 %, tandis que le coût de location des logements locatifs d’une ou deux chambres a augmenté de 19,2 %. Comparativement, le prix d’achat d’une maison de deux chambres n’a augmenté que de 11 % au cours de la dernière année.

« Les marchés locatifs américains font plus que rattraper le temps perdu, les données de janvier montrant que les loyers nationaux ont continué d’augmenter à deux chiffres par rapport à l’année dernière – et à un rythme plus rapide que les prix des maisons à vendre », a déclaré Danielle Hale, économiste en chef de Realtor.com. dit dans le rapport. « Tellement plus rapide, en fait, que même si les coûts mensuels d’une première maison augmentaient sur de nombreux marchés favorables à l’achat, les loyers d’une unité de taille similaire étaient 20 % plus élevés. »

Dans de nombreuses villes, acheter une maison est plus abordable

Le rapport Realtor.com a comparé le coût d’achat d’une maison avec le coût du loyer dans les 50 plus grandes villes du pays. Dans 26 de ces endroits, l’achat d’une maison était moins cher que la location. En moyenne, l’achat d’une maison dans ces zones était plus de 20 % moins cher que la location, en termes de dépenses mensuelles.

Le meilleur endroit pour acheter, plutôt que pour louer, était Birmingham, en Alabama, où les ménages pouvaient économiser plus de 44 % sur leurs frais de logement s’ils achetaient une maison. Realtor.com a calculé le coût d’achat d’une maison sur chaque marché en faisant la moyenne des prix catalogue médians pour des maisons de différentes tailles et en supposant que l’acheteur apportait un acompte de 7 % et avait une hypothèque à 3,45 % d’intérêt. Les frais de logement tiennent également compte des taxes, des assurances et des cotisations à l’association des propriétaires.

« À Austin, au Texas, l’achat d’une maison impliquait des coûts mensuels supérieurs de 76 % au loyer médian.

Dans l’ensemble, la plupart des marchés où l’achat était le plus abordable étaient des villes «secondaires» – des endroits avec des populations plus petites, principalement dans le sud et le Midwest. Parmi les autres villes où l’achat était beaucoup plus abordable que la location, citons Cleveland, Pittsburgh, Saint-Louis et Detroit.

À l’autre extrémité du spectre, les locataires sont ceux qui économisent de l’argent dans les villes «Big Tech». Austin, au Texas, a mérité la distinction douteuse dans l’analyse de Realtor.com d’être la ville où la location était la moins chère par rapport à l’achat d’une propriété. L’achat d’une maison s’est traduit par un coût mensuel supérieur de 76 % à la location. D’autres villes où cela était vrai comprenaient New York, San Francisco, San Jose et Seattle.

« Pour les jeunes Américains comme la génération Z qui ont peut-être déménagé pour économiser de l’argent pendant le COVID, la location dans une grande ville technologique offre une flexibilité et un prix relativement abordable même si les loyers se redressent dans ces zones », a déclaré Hale.

Les Noirs américains risquent d’être perdants alors que les loyers augmentent

L’écart d’accession à la propriété entre les Blancs et les Noirs américains se creuse, alors même que le taux global d’accession à la propriété a connu des augmentations record. Un nouveau rapport de la National Association of Realtors a révélé que le taux d’accession à la propriété aux États-Unis en 2020 – l’année la plus récente pour laquelle des données étaient disponibles – s’élevait à 65,5%, soit une augmentation de 1,3% par rapport à l’année précédente.

Mais le taux d’accession à la propriété chez les Noirs américains n’était que de 43,4 % et reste inférieur à son précédent pic de 44,2 % en 2010. Pendant ce temps, le taux d’accession à la propriété des Hispano-Américains a atteint 51,1 %, dépassant la barre des 50 % pour la première fois jamais enregistrée. . Chez les Américains blancs, le taux d’accession à la propriété est supérieur à 72 %.

« Alors que l’écart entre les taux d’accession à la propriété pour les Américains noirs et blancs s’est creusé, il est important de comprendre les défis uniques auxquels sont confrontés les acheteurs de maisons minoritaires », a déclaré Jessica Lautz, vice-présidente de la démographie et des informations comportementales à la National Association of Realtors. rapport.

« L’abordabilité du logement et le faible inventaire ont rendu encore plus difficile pour tous les acheteurs d’accéder à la propriété, mais encore plus pour les Noirs américains », a ajouté Lautz.

Divers facteurs représentent des obstacles pour les Noirs américains qui cherchent à accéder à la propriété. La moitié des Noirs américains qui louent dépensent plus de 30 % de leur revenu pour se loger – et plus d’un quart des ménages locataires noirs sont lourdement grevés par les coûts, dépensant plus de la moitié de leur revenu mensuel pour le loyer. Comparativement, seuls 20 % des ménages locataires blancs étaient fortement grevés par les coûts.

« « L’abordabilité du logement et le faible inventaire ont rendu encore plus difficile pour tous les acheteurs d’accéder à la propriété, mais encore plus pour les Noirs américains. »


— Jessica Lautz, vice-présidente de la National Association of Realtors

Le revenu est un facteur qui explique ces écarts. Selon le rapport des agents immobiliers, sur la base du seul revenu médian, environ 47% des ménages locataires blancs peuvent se qualifier pour acheter une maison, contre seulement 36% de leurs pairs noirs.

De plus, les ménages noirs étaient beaucoup plus susceptibles d’avoir une dette de prêt étudiant. C’était le cas de deux ménages noirs sur cinq, contre environ un ménage blanc sur cinq.

« Cela rend difficile pour les ménages noirs d’économiser pour un acompte et, par conséquent, ils utilisent souvent leur épargne 401 (k) ou leur épargne-retraite pour accéder à la propriété », a déclaré Lautz.

Tant que les familles noires seront confrontées à ces obstacles et à d’autres obstacles à l’accession à la propriété – les candidats noirs et hispaniques sont plus susceptibles d’être rejetés pour des hypothèques que leurs voisins blancs – ils seront non seulement soumis à une flambée des loyers, mais auront également moins de possibilités d’accroître leur richesse. Une analyse de la compagnie d’assurance titres First American FAF,
-0,48%
ont constaté que le propriétaire médian a 40 fois la richesse d’une personne qui loue sa maison, soulignant à quel point l’accession à la propriété reste la principale voie vers la croissance de la richesse pour la plupart des Américains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*