La semaine en classique : Le Coq d’Or ; LSO/Christophers : La création ; Orchestre du festival de Bath

UNE dirigeant russe paranoïaque plonge dans une guerre désastreuse. Des tactiques ineptes entraînent un nombre effroyable de morts. Les gens ordinaires confus sont maintenus dans l’obscurité. Tout cela est horriblement familier. La décision de l’English Touring Opera de prendre la version satirique de Rimsky-Korsakov Le coq d’or à travers le pays ce printemps semble dans une égale mesure à la fois inspiré et grimaçant inapproprié. Être témoin de la mort caricaturale de jeunes soldats sur scène est inconfortablement grossier lorsque de vraies armes font rage, mais lorsque le dirigeant trompé déclare « Je n’écouterai pas les conseils, pas même les miens », cela frappe vraiment à la maison. Le ridicule est l’arme que les despotes craignent le plus. Pour cette seule raison, cet opéra n’aurait aucune chance d’être mis en scène à Moscou aujourd’hui.

Rimsky ne l’a jamais vu joué. La révolution était dans l’air, alimentée par la répression cruelle de la dissidence après le soulèvement de 1905 et la défaite de la Russie dans la guerre malavisée du tsar contre les Japonais. Une pièce qui se moquait d’un dirigeant indolent et de sa famille idiote allait toujours se heurter à la censure et elle n’a été mise en scène qu’en 1909, après la mort de Rimsky.

La production de James Conway – dédiée le premier soir au peuple ukrainien et aux braves manifestants en Russie – adopte une approche convenablement pantomime, avec des personnages de bandes dessinées vêtus des costumes aux couleurs primaires de Neil Irish chantant une traduction en rimes croustillantes par Antal Doráti et James Gibson.

Le roi Dodon, qui préfère dormir que gouverner, craint qu’un État voisin ne submerge son pays. Un astrologue lui offre un coq doré qui avertira si l’ennemi avance. Ravi, le roi offre à l’astrologue toute récompense qu’il souhaite nommer. Il choisit une reconnaissance de dette, qu’il rachètera plus tard avec des conséquences dévastatrices. Le coq chante, la guerre s’ensuit et beaucoup meurent, dont les deux fils du roi, qui s’entretuent dans la confusion.

Le premier acte prend un certain temps à s’installer, avec une bêtise maladroite gênant la satire, notamment de la part des fils Prince Guidon et Prince Aphron (ténor Thomas Elwin et baryton Jerome Knox), bien que la basse Grant Doyle, en tant que roi désespéré mais dangereux , s’amuse énormément avec son rôle de knockabout, allongé sur son trône en forme de lit, nourri à la cuillère par sa nounou adorée Amelfa (mezzo Amy J Payne, sous une forme menaçante).

Les choses s’accélèrent en seconde période, lorsque nous découvrons que les ennemis de Dodon sont dirigés par la séduisante reine de Shemakha. La soprano Paula Sides est magnifique dans sa coiffe de paon et sa robe émeraude, aussi impérieuse que la reine de la nuit. Et Rimsky lui donne sa musique la plus intéressante, des mélodies orientales sinueuses qui s’enroulent et se tordent à la manière de son œuvre la plus populaire, Shéhérazade. Il y a eu quelques problèmes d’intonation le premier soir, la délicatesse de l’admirable partition réduite d’Iain Farrington, dirigée par Gerry Cornelius, peut-être trop frêle parfois pour la soutenir, mais sa présence imposante et la chaleur de sa colorature n’ont jamais fait de doute.

Il y a aussi des chants extraordinaires du ténor Robert Lewis, en tant qu’astrologue, qui s’attaque facilement à sa ligne vocale inconfortablement aiguë. La brillante soprano Alys Mererid Roberts, resplendissante comme le Coq qui se pavane, a le dernier mot, picorant à mort le terrible dirigeant russe. Maintenant, il y a une idée.

Plus d’oiseaux – et d’animaux – ont été conjurés au Barbican la semaine dernière lorsque le centre des arts a célébré son 40e anniversaire avec deux représentations de l’oratorio glorieusement exubérant de Haydn, La création. Le London Symphony Orchestra and Chorus, résident au Barbican depuis son ouverture, aurait dû être dirigé par Simon Rattle, mais une opération mineure l’en a empêché. Sa place a été prise par le cool et fiable Harry Christophers, bien que le chœur – rangé derrière lui dans les premiers rangs des stalles, se tournant pour faire face au public – était sous le contrôle du chef de chœur Simon Halsey.

« Joyful playfulness » : les solistes Roderick Williams et Lucy Crowe interprètent Haydn’s Creation avec le LSO au Barbican. Photographie : Mark Allan

Cet étonnant renversement de personnel a placé le chœur au premier plan, visuellement et sonorement. Rarement 100 chanteurs ont fait l’objet d’un examen aussi minutieux. La discipline était élevée, la diction superbe, peu de têtes enfouies dans les copies. Leur première entrée pianissimo, chantée de mémoire, a envoyé des frissons dans le dos et leur explosion de couleurs éblouissantes sur «et il y avait de la lumière» était vraiment excitante, mais certains problèmes se cachent ici. Les ténors en particulier manquent d’une véritable toupie, recourant trop souvent au fausset, émoussant trop souvent les contours de l’écriture fuguée passionnante de Haydn.

Cependant, les solistes n’avaient rien d’ennuyeux. La soprano Lucy Crowe, le ténor Andrew Staples et le baryton Roderick Williams – chacun de grands communicateurs – ont chanté avec un enjouement joyeux, Crowe particulièrement vif dans le rôle d’Eve, représentant toutes les femmes avec un regard malicieux lorsqu’elles promettent « obéissance » à Adam. Oui bien sûr.

Des musiciens adolescents nouvellement créés à la Bobby Moore Academy, dans l’est de Londres, ont la chance d’être entraînés par les jeunes joueurs de la rajeunie Orchestre du festival de Bath. Aujourd’hui, pour la première fois – vive les hourras – l’école a son propre orchestre de 24 musiciens. Ses membres se produiront bientôt aux côtés de leurs professeurs lors d’une série de concerts à l’heure du déjeuner à Londres. Entre-temps, le BFO, sous la direction de Peter Manning, a fait une apparition vraiment impressionnante à Kings Place, accompagnant avec brio la jeune violoncelliste hollandaise Ella van Poucke dans le Concerto pour violoncelle en la mineur de Schumann, nous éblouissant du chaud soleil méditerranéen de la Symphonie italienne de Mendelssohn. , et donnant la première britannique d’Alba Rosa Viëtor Cinq esquisses symphoniques à partir de 1962. Ce fut une révélation, les dissonances agréables et les affrontements croustillants très bien de leur temps, et non moins bienvenus pour cela – un peu comme la meilleure sculpture du milieu du XXe siècle, abstraite mais chaleureusement humaine.

Notes par étoiles (sur cinq)
Le coq d’or
★★★
La création ★★★★
Orchestre du festival de Bath
★★★★

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*