L’Angleterre doit jouer instinctivement contre l’Irlande pour changer le récit des Six Nations | Ugo Monye

[ad_1]

NIl y a si longtemps, la critique de cette équipe d’Angleterre était qu’elle ne pouvait pas sortir de ses schémas et jouer à l’instinct. Trop souvent, nous avons vu la botte mise au bal lorsqu’il y avait un chevauchement, c’était normatif et si c’était dans l’ensemble efficace, cela provoquait peu d’excitation. Plus récemment, j’ai vu des signes encourageants, mais je ne suis pas d’accord quand j’entends Eddie Jones dire que l’Angleterre n’est qu’à une passe ou à un coup de pied de cliquer en attaque.

J’espère que dans les coulisses, son message à ses joueurs est différent parce que je vois une équipe opérer en attaque à pas plus de 60 à 70 % de son potentiel. A titre de comparaison, avant le match de vendredi soir contre le Pays de Galles, la France avait marqué 103 points et 13 essais, dont 10 après un maximum de deux phases et toutes en moins de cinq.

C’est à ça que ressemble le progrès et c’est une équipe française qui va s’améliorer. Si vous voulez voir du rugby offensif clinique, c’est ça – ils dépensent un maximum d’énergie sur une courte période de temps et en tirent le meilleur parti. La France établit les normes de ce à quoi ressemble l’attaque moderne et, dans ce contexte, l’Angleterre est à une bonne distance pour le moment.

Lorsque vous n’exécutez pas tout à fait sur les bords, cela a tendance à être pour deux raisons. Soit tu as été paralysé par l’analyse et tu n’arrives pas à t’adapter quand les choses que tu vois à l’entraînement un mardi ne sont pas les mêmes images qui se présentent un samedi. Ou cela se résume à une mauvaise prise de décision. Le défi pour l’Angleterre, alors qu’elle recherche la cohésion dont parle Jones, est qu’elle se heurte à une équipe incroyablement structurée mais en même temps très à l’aise avec cette structure.

Ils affrontent une équipe irlandaise qui n’a concédé que trois essais dans les Six Nations et ils ont la meilleure défense de la compétition, donc le jeu sur modèle et le jeu par phases les épuiseront, mais pour battre l’Irlande, ils doivent avoir un X- instinctif. facteur.

Ils ont en moyenne un essai par match, sans tenir compte de la victoire de l’Italie, et ce n’est pas suffisant. Cela dit, il est important de se rappeler que la façon dont nous mesurons l’attaque doit être plus que de simples essais. Le Pays de Galles a battu l’Angleterre trois essais à un mais l’attaque de l’Angleterre a fonctionné, ils ont créé des opportunités de penalty et le Pays de Galles a été puni, 3, 6, 9 avant que vous ne le sachiez. Mais nous aimerions voir plus d’essais et avec la qualité qu’ils ont, nous nous attendons à marquer des essais.

Samedi, Henry Slade y joue un rôle clé. Jones a nommé trois partenaires centraux différents pour lui jusqu’à présent dans cette compétition et le hachage et le changement n’aident pas, mais il est devenu majeur contre l’Afrique du Sud et produit de manière constante maintenant. Je me souviens avoir joué pour les Barbarians contre lui dans un XV d’Angleterre avant qu’il ne fasse ses débuts complets en 2015.

Il y a eu beaucoup de points marqués ce jour-là – la plupart par l’Angleterre – mais ce que j’ai retenu de ce match, c’est à quel point Slade était dur. C’est un beau mec, il n’a jamais l’air énervé, il a de belles mains, une botte gauche en plein essor mais il est facile de négliger ses qualités défensives. Je me souviens que nous avons monté une pièce de théâtre pour libérer Joe Rokocoko mais Slade l’a arrêté net. C’est un souvenir vivace qui m’est resté.

Avec Slade et Joe Marchant au milieu de terrain, vous avez deux joueurs similaires, ou plutôt des joueurs qui voient le jeu de la même manière et quand vous avez Harry Randall et Marcus Smith comme demi-arrières, le dénominateur commun entre ces quatre est qu’ils sont tous joueurs d’instinct. J’espère les voir jouer sans peur, jouer à l’instinct et jouer ce qu’il y a devant eux plutôt qu’en schémas, ou s’accrocher au ballon pour le plaisir. S’ils peuvent le faire, l’Angleterre a une chance samedi.

The Breakdown : inscrivez-vous et recevez notre e-mail hebdomadaire de rugby à XV.

J’ai dit que le match contre le Pays de Galles était un quart de finale et qu’il s’agit donc d’une demi-finale. Il serait totalement inacceptable que l’Angleterre perde face à l’Irlande puis à la France la semaine prochaine. Si cela se produit, nous sommes de retour là où nous étions il y a un an. À l’époque, ils ont remporté deux victoires contre l’Italie et la France.

Joe Marchant peut également jouer un rôle important dans la production créative de l’Angleterre contre l’Irlande. Photographie : David Rogers/Getty Images

S’ils ne terminent cette compétition qu’avec des victoires sur l’Italie et le Pays de Galles, cela ne peut pas être considéré comme un progrès. D’un autre côté, et en regardant la situation difficile de l’Angleterre avec le verre à moitié plein, ils ont une énorme opportunité de changer le récit et de montrer qu’ils ont de la clarté lorsque le soupçon est qu’il y a confusion autour de ce qu’ils essaient de réaliser.

Bien sûr, ils doivent se concentrer entièrement sur l’Irlande, mais ils doivent également réaliser qu’ils doivent juste rester dans la chasse et s’assurer qu’ils se rendent à Paris avec quelque chose de tangible à jouer. Ce n’est jamais facile quand vous perdez votre premier match du tournoi, mais c’est l’état d’esprit qu’ils doivent avoir, pour passer cette semaine et même s’ils veulent être déterminés à propos d’un match à la fois, ils devraient l’aborder de la même manière ils l’ont fait lors de la Coupe du monde 2019 lorsqu’ils ont battu la Nouvelle-Zélande pour tenter leur chance en finale. Cette équipe doit avoir cette mentalité de siège.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*