« L’Afrique doit être autosuffisante »: John Nkengasong sur l’apprentissage des leçons mortelles des pandémies

Jes cinq dernières années ont été « comme passer d’un incendie à l’autre, avec à peine le temps de reprendre son souffle », explique John Nkengasong, le chef sortant de l’organisme chargé de répondre aux urgences sanitaires en Afrique.

Un mandat implacable en tant que premier directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC) a vu Nkengasong gérer la réponse aux épidémies d’Ebola et de fièvre de Lassa. Mais rien à côté de la redoutable épreuve apportée par le Covid-19.

« Avant que les vaccins ne soient disponibles, je savais que ce serait la plus grande lutte géopolitique que le continent traverserait », déclare franchement Nkengasong. Il a été déçu du manque de solidarité mondiale pour assurer un accès équitable aux vaccins.

« Ayant été dans cet espace pendant de nombreuses années, vous savez que lorsqu’il y a pénurie, les pays ont tendance à se tourner vers l’intérieur parce qu’ils pensent qu’ils doivent d’abord protéger leurs propres citoyens. Mais si nos maisons sont en feu et que je n’éteint que celle de ma maison pendant que la maison de mon voisin est toujours en feu, alors, bien sûr, j’ai toujours un problème.

Comme dans une grande partie du monde, les cas en Afrique ont diminué, mais la pandémie n’est pas terminée. Nous sommes dans une « phase dangereuse », dit-il, où la complaisance ou de nouvelles variantes pourraient refondre les perspectives actuelles.

Dans une interview Zoom d’Addis-Abeba, alors qu’il se prépare à quitter l’Africa CDC plus tard cette année pour devenir le chef de la riposte mondiale au VIH d’USAid – il sera la première personne d’origine africaine à occuper ce poste – Nkengasong décrit de nombreux « moments éprouvants » au cours de la pandémie. L’Afrique a enregistré plus de 250 000 décès de Covid. Pour la grande majorité des 1,1 milliard d’Africains, l’accès à un vaccin a été plus difficile que presque partout ailleurs dans le monde. Environ 20 % des Africains ont reçu au moins une dose de vaccin contre 75 % en Europe.

Les grands fabricants ont été critiqués pour avoir donné la priorité aux accords avec des pays plus puissants, même lorsque des groupes de pays à faible revenu avaient un pouvoir d’achat compétitif grâce à des achats groupés, comme le programme Covax de l’ONU et l’African Vaccine Acquisition Trust de l’Union africaine. Pourtant, bien que les deux programmes aient offert un soulagement, ils n’ont pas répondu aux attentes initialement élevées.

Une infirmière donne un vaccin Covid dans un centre de santé à Nairobi. Le gouvernement kenyan a récemment déclaré que 840 000 vaccins livrés via Covax avaient expiré des semaines après leur arrivée. Photographie: Brian Inganga / AP

Mercredi, le Kenya a déclaré que 840 000 vaccins livrés via Covax avaient expiré quelques semaines seulement après leur arrivée.

« Covax est vraiment censé être une expression de solidarité et de coopération mondiales, mais vous connaissez les défis auxquels ils sont confrontés », déclare Nkengasong. « Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas dit les bonnes choses ou prévu de faire les bonnes choses, il s’est simplement avéré difficile de mettre en œuvre les mots que les gens ont prononcés en chaire », dit-il, faisant référence aux promesses de soutien non tenues.

Il y a eu récemment des raisons d’être optimiste. Plus tôt ce mois-ci, un accord sur les renonciations aux brevets sur les vaccins entre les États-Unis, l’UE, l’Inde et l’Afrique du Sud s’est rapproché. Cela permettrait aux pays africains de fabriquer les leurs.

De plus, l’Égypte, le Kenya, le Nigéria, le Sénégal, l’Afrique du Sud et la Tunisie doivent produire leurs propres vaccins dans le cadre d’un programme de l’Organisation mondiale de la santé offrant aux pays l’accès à la technologie de l’ARNm.

Cependant, les leçons n’avaient pas été tirées du pic de l’épidémie de VIH dans les années 1990, lorsque les pays africains luttaient pour obtenir des médicaments vitaux, explique Nkengasong, dont le début de carrière s’est concentré sur le diagnostic et le traitement du VIH et du sida à l’OMS, puis au CDC américain.

« Rappelez-vous, en 1996, lorsque les ARB [angiotensin II receptor blockers] étaient disponibles, il a fallu au moins 10 ans pour des programmes comme Pepfar [the US president’s emergency plan for Aids relief] … pour effectivement intervenir pour permettre aux Africains d’avoir des ARV [antiretroviral] traitement, c’est-à-dire des médicaments contre le VIH/sida. Et entre-temps, environ 10 millions d’Africains sont morts.

Les systèmes de santé étant axés sur la lutte contre la pandémie, les taux de VIH risquaient d’augmenter, dit-il.

«Ce sont toutes les deux des pandémies, mais celle-ci [HIV] se déplace plus tranquillement. C’est une grande préoccupation en ce moment et c’est une question qui me tient à cœur. Nous devons nous assurer de ne pas faire face à une pandémie et d’en laisser une autre se propager en silence. »

L’Africa CDC a été lancé en 2017, à la suite d’une crise dévastatrice d’Ebola en Afrique de l’Ouest et du Centre, où plus de 11 000 personnes sont mortes entre 2014 et 2016. L’organisation a contribué à renforcer les systèmes de réponse sanitaire, qui ont été très efficaces pour répondre aux épidémies. puisque.

Pourtant, l’organisme fonctionne avec des ressources modestes et bénéficierait d’une plus grande autonomie, dit Nkengasong.

Il est peu probable que le CDC Afrique obtienne un répit avant une nouvelle vague de cas de Covid ou la prochaine épidémie. « Le CDC n’a jamais eu le luxe de s’asseoir tranquillement et de construire », sourit-il. « Parfois, vous pouvez avoir des périodes où vous pouvez renforcer les capacités, mettre en place des systèmes, puis parfois vous devez construire à travers une crise. »

Mais, ajoute-t-il, l’Afrique devait désormais s’efforcer de devenir « autosuffisante » pour faire face aux crises futures. « Jamais nous n’aurions dû continuer à compter sur des externalités pour répondre à nos propres besoins de sécurité. Une voie clé pour la sécurité mondiale collective est une Afrique autosuffisante.

Inscrivez-vous pour un point de vue différent avec notre newsletter Global Dispatch – un résumé de nos meilleures histoires du monde entier, des lectures recommandées et des réflexions de notre équipe sur les principaux problèmes de développement et de droits de l’homme, livrés dans votre boîte de réception toutes les deux semaines :

Inscrivez-vous à Global Dispatch – veuillez vérifier votre dossier spam pour l’e-mail de confirmation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*