Quarante ans après la guerre des Malouines, la Grande-Bretagne agit toujours comme si le différend était réglé. Ce n’est pas | Café Santiago

Je 40e anniversaire de la guerre des Malouines nous oblige à rendre hommage et à honorer la mémoire des soldats argentins et britanniques qui y ont perdu la vie. Cela devrait également nous amener à réfléchir aux raisons pour lesquelles, quatre décennies après la cessation des hostilités, l’Argentine et le Royaume-Uni n’ont pas été en mesure de reprendre un dialogue de fond pour résoudre le différend de souveraineté sur les îles Malvinas, Géorgies du Sud et Sandwich du Sud et les maritimes environnantes, malgré l’appel lancé par la communauté internationale à travers les résolutions de l’ONU.

Les événements immédiats qui ont déclenché la guerre et les détails du conflit lui-même sont bien connus du public britannique. Mais on oublie souvent que, pendant une période de 16 ans commençant en 1965, il y a eu un processus de négociation bilatérale entre l’Argentine et le Royaume-Uni qui était conforme au mandat des résolutions de l’ONU. Il s’agissait de véritables négociations sur le fond de la question, la souveraineté. Au cours de cette période, plusieurs alternatives concrètes ont été explorées pour aider à résoudre le différend entre nos pays, en tenant compte des intérêts des habitants des îles.

Le Royaume-Uni allègue qu’il n’y a pas de conflit de souveraineté sur ces territoires. Pourquoi alors le gouvernement britannique a-t-il négocié avec l’Argentine pendant cette période ?

Nous pensons qu’aucune issue de guerre ne peut résoudre un différend reconnu par la communauté internationale. Cela créerait un dangereux précédent. Le conflit de 1982 n’a pas modifié la nature du différend entre les deux pays, qui est toujours en attente de négociation et de règlement. C’est pourquoi, en novembre 1982, l’assemblée générale de l’ONU adopte la résolution 37/9, qui demande aux deux pays de reprendre les négociations afin de trouver au plus vite une solution pacifique au différend de souveraineté.

Le Royaume-Uni et mon pays sont tous deux des démocraties dynamiques, avec des économies pertinentes (en fait, nous sommes tous deux membres du G20). Nous collaborons sur des questions clés de l’agenda international telles que la pandémie et la protection des droits de l’homme – et, surtout, nous partageons des valeurs fondamentales et une vision d’un ordre mondial fondé sur des règles. Et pourtant, dans l’agenda de l’Atlantique Sud, nous nous comportons comme si le conflit avait eu lieu hier.

Le gouvernement argentin a récemment présenté des propositions concrètes pour faire progresser la connectivité entre les îles et l’Argentine continentale grâce au rétablissement de vols réguliers. Plus de vols signifie plus de commerce, plus de tourisme et plus de dialogue, comme nous l’avons fait par le passé.

L’Argentine n’est une menace pour personne. Nous avons un mandat clair au niveau constitutionnel. La constitution argentine souligne deux aspects importants de ce mandat : ​​elle déclare que le recouvrement de la souveraineté est un objectif inaliénable du peuple argentin, et elle affirme également que nous devons le rechercher uniquement par des moyens pacifiques, conformément au droit international et en respectant la voie de vie des habitants des îles.

Malgré cela, le Royaume-Uni maintient une importante base militaire dans l’Atlantique Sud, effectue des exercices militaires périodiques dans la zone contestée et maintient des restrictions sur la vente d’articles militaires à double usage à l’Argentine. Je tiens à souligner que le Royaume-Uni réserve des restrictions de cette nature aux pays responsables de graves violations des droits de l’homme. Ces restrictions ont été étendues aux technologies sensibles, soulevant des doutes sur la fiabilité de la Grande-Bretagne en tant que fournisseur de ce type d’équipement. Au-delà du fait du conflit de souveraineté, il est incompréhensible qu’un tel traitement soit infligé à notre pays qui a connu 40 ans de démocratie ininterrompue.

Nous avons un programme positif dans lequel la coopération est possible et souhaitable. Nous pouvons et devons continuer à travailler ensemble sur les questions mondiales et bilatérales. En particulier, nous devrions chercher à construire une relation commerciale bilatérale plus florissante, qui fonctionne actuellement bien en deçà de son potentiel.

Nous avons également fait de grands progrès au cours des 40 dernières années en matière humanitaire, en identifiant les restes de soldats argentins tombés sur les îles pendant le conflit et qui y sont enterrés : grâce à l’intermédiation neutre du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) , nous avons pu identifier les restes de plus de 120 ex-combattants argentins et apporter une réponse à leurs familles, après tant d’années d’incertitude.

L’ONU appelle à résoudre le conflit de souveraineté par des moyens pacifiques, comme moyen de mettre fin à cette situation coloniale spéciale et particulière. Il y a eu des déclarations de l’Organisation des États américains, de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, du Sommet ibéro-américain, du Mercosur et d’autres.

Cependant, le conflit de souveraineté sur les îles Malvinas, Géorgies du Sud et Sandwich du Sud et les zones maritimes environnantes n’est toujours pas résolu. Prétendre qu’il n’existe pas ou qu’il ne crée pas d’obstacles dans notre relation bilatérale est naïf. Aucun gouvernement argentin ne cessera de poursuivre notre revendication souveraine. Cela ne nous empêche pas d’avancer dans des domaines d’intérêt commun, mais nous devons être conscients que sans un dialogue franc et constructif concernant l’Atlantique Sud, notre relation ne pourra atteindre son plein potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*