« Cortège de la honte »: indignation face aux manifestations pro-russes lors d’un rassemblement à Berlin

Un rassemblement à Berlin qui a été organisé pour attirer l’attention sur l’hostilité croissante envers les Russes en Allemagne, mais qui comprenait des manifestants favorables à l’invasion de l’Ukraine, a suscité de vives critiques de la part des politiciens et des diplomates.

Environ 900 manifestants dans un cortège de 400 personnes ont pris part à la manifestation dimanche qui a abouti à un rassemblement au stade olympique. Les voitures étaient drapées du drapeau russe, et l’un portait le symbole « Z », censé signifier la solidarité avec la guerre russe. Les participants auraient chanté des chansons russes patriotiques.

Christian Freier, un mécanicien automobile identifié comme l’organisateur, a affiché une étoile de David sur le devant de sa voiture au-dessus du slogan « Will we be next ? ». Il a comparé ce qu’il a appelé la victimisation des Russes en Allemagne depuis le déclenchement de la guerre avec la persécution des Juifs sous les nazis, et a déclaré que les participants étaient également en colère contre ce qu’il a appelé la propagande sur l’invasion se propageant dans les écoles allemandes.

L’ambassadeur d’Ukraine en Allemagne, Andriy Melnyk, s’est dit consterné que la manifestation, apparemment enregistrée à l’avance auprès de la police et bénéficiant de sa protection, ait été autorisée à se poursuivre, en particulier un jour où des atrocités ont été commises contre des centaines de civils dans la ville. de Bucha, au nord de Kiev, ont été signalés.

« Pour l’amour du ciel, comment ont-ils pu permettre à ce cortège de voitures de la honte d’avoir lieu au milieu de Berlin? » a-t-il tweeté, concentrant ses critiques principalement sur le maire de Berlin, Franziska Giffey, et la police.

Giffey a répondu : « Je comprends la colère et je condamne toute déclaration qui minimise la guerre d’agression russe. »

Le sénat de Berlin a exprimé sa préoccupation concernant les anniversaires sensibles à venir, comme la fin de la Seconde Guerre mondiale les 8 et 9 mai, qu’ils pensent que les nationalistes russes pourraient tenter d’exploiter.

Torsten Akmann, le secrétaire d’État du ministère de l’Intérieur de Berlin, a déclaré qu’aucune manifestation pour ces dates n’avait encore été enregistrée auprès de la police et « nous surveillons les choses de très près ».

Freier, qui vit en Allemagne depuis 2001 après avoir quitté la Russie, a déclaré que son objectif principal était d’attirer l’attention sur l’hostilité croissante à l’égard des Russes ou des personnes d’origine russe à Berlin. Il a déclaré au journal Bild qu’il avait été surpris par la forte participation.

« Je m’attendais à ce qu’environ 30 voitures se présentent », a-t-il déclaré. « Je suis toujours sous le choc que tant de personnes soient venues. » Il a dit qu’il était « à 100% contre la guerre, comme tous ceux avec qui je manifeste », mais a déclaré que de nombreux Allemands ne comprenaient pas la colère de nombreux Russes.

Il a dit que c’était une erreur de mettre une étoile de David sur sa voiture, que la police lui avait fait enlever.

Au moins un manifestant a été expulsé de la manifestation pour avoir arboré le symbole « Z » pro-invasion, qui a été interdit dans les lieux publics de trois États allemands, dont Berlin.

Une contre-manifestation qui visait à bloquer le cortège a été empêchée par la police de le faire car elle n’avait pas été enregistrée auprès des autorités. Les participants à cela font maintenant face à des poursuites pour nuisance publique.

Herbert Reul, le ministre de l’Intérieur de l’État occidental de Rhénanie du Nord-Westphalie, s’est dit consterné par la manifestation et le fait qu’elle ait été autorisée à aller de l’avant avec la protection de la police. « Au vu des atrocités et des images de ces derniers jours, il est personnellement hors de moi de voir comment quelqu’un peut embrasser des criminels de guerre de cette manière », a-t-il déclaré.

Le ministre fédéral allemand de la justice, Marco Buschmann, a déclaré que l’approbation ouverte de la guerre contre la Russie était une infraction pénale, et son collègue du FDP, Stephan Thomae, a qualifié le rassemblement de « macabre et insipide » et a déclaré qu’il y avait lieu d’examiner si les participants pouvaient être poursuivis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*