Près de 4 000 personnes condamnées à une amende pour avoir enfreint les règles du masque dans les transports londoniens

Près de 4 000 personnes ont reçu des avis de pénalité forfaitaire (FPN) pour ne pas avoir porté de masque dans les transports en commun à Londres alors qu’il était obligatoire de le faire, et des milliers d’autres ont été empêchées de voyager ou invitées à quitter le réseau de la capitale, selon les chiffres officiels. .

Le port obligatoire de masques sur les services de Transport for London (TfL) a été mis en place pour aider à stopper la propagation de Covid-19. Les couvre-visages ont cessé d’être une condition de transport à partir du 24 février de cette année après le changement d’approche du gouvernement vis-à-vis de la vie avec le coronavirus.

Au total, 3 996 FPN ont été délivrés à des personnes pour non-respect de l’obligation de porter un couvre-visage entre le 24 février 2021 et le 27 janvier 2022, a déclaré le maire de Londres, Sadiq Khan.

Au cours de la même période, TfL a empêché 7 283 personnes de voyager et a ordonné à 2 325 personnes de quitter le réseau. TfL n’a pas enregistré d’activité de conformité de couverture faciale entre le 27 janvier et le 24 février 2022.

Les données ont été publiées après une question d’un membre de l’assemblée de Londres. Khan a déclaré: «La sécurité des clients et du personnel de TfL est toujours sa priorité absolue. Une série de mesures ont contribué à garantir que les clients peuvent voyager en toute sécurité et en toute confiance sur les services de TfL pendant la pandémie, notamment en exigeant des couvre-visages comme condition de transport avant et après qu’ils soient devenus une obligation légale, et en continuant à les encourager fortement aujourd’hui.

La publication des données coïncide avec la publication d’un rapport qui a mis à nu la culture de la fête au sein de Downing Street au même moment, où les responsables ont discuté de la façon dont ils «s’en sont sortis» avec des boissons.

Johnson a présenté ses excuses aux Communes pour les infractions à la loi qui ont eu lieu à Downing Street, y compris ses propres actions, mais a insisté sur le fait qu’il n’avait pas induit le Parlement en erreur lorsqu’il a déclaré que toutes les règles avaient été respectées. « Je suis humble et j’ai appris une leçon », a-t-il déclaré aux députés.

Le dirigeant travailliste, Keir Starmer, a déclaré : « Il est désormais impossible de défendre les paroles du Premier ministre devant cette maison. C’est une question de confiance. Car lors de cette conférence de presse du 20 mai, on a dit au public britannique la vie normale car nous savons qu’elle est loin. Mais ce n’était pas le cas dans le numéro 10. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*