Les conservateurs devraient suivre les conseils de Macbeth et être audacieux. Mais le parti lui-même est infirme de but | Tim Bale

‘JESi c’était fait quand c’était fait, alors c’était bien que ce soit fait rapidement », soutient l’un des régicides les plus célèbres de la littérature, Macbeth. Les députés conservateurs voulant se débarrasser de Boris Johnson ne semblent cependant pas si sûrs.

Certains observateurs de Westminster, s’étant convaincus qu’un vote de défiance serait déclenché dès cette semaine, détectent maintenant des signes que même certains des détracteurs les plus déterminés du premier ministre préféreraient retarder les choses, estimant que l’élection partielle défait à Wakefield et à Tiverton et Honiton convaincra plus de députés de voter pour l’évincer.

Leur hésitation est compréhensible mais erronée, basée sur l’hypothèse que, si Johnson survit à un tel vote, il est en sécurité pour une autre année. Pourtant, grâce à ceux qui ont cherché à défenestrer son prédécesseur, nous savons que ce n’est en fait pas le cas. Si l’exécutif du Comité de 1922 décide qu’un autre vote doit avoir lieu, peu importe combien de temps après le premier, alors, si son président reçoit suffisamment de lettres en demandant un, il peut aller de l’avant.

Les assassins potentiels sur les banquettes conservatrices devraient donc être (pour emprunter à nouveau à Macbeth) « sanglants, audacieux et résolus », « vis [their] courage jusqu’au bout » et continuez.

Oui, ils ont raison de s’inquiéter que le Premier ministre puisse voir une tentative de le renverser cette semaine, bien que l’idée que chacun des quelque 160 députés conservateurs qui font partie du «vote sur la paie» du gouvernement voterait pour accrocher sur lui est pour les oiseaux. Mais si le nombre de députés votant contre Johnson atteignait trois chiffres, il serait grièvement blessé – si grièvement blessé qu’il pourrait avoir beaucoup de mal à survivre à une double élection partielle le 23 juin.

À ce stade, certains des membres les plus réalistes du cabinet pourraient éventuellement trouver le courage de dire à Johnson que la partie est terminée. Et, s’ils se montrent trop lâches pour le faire, rien n’empêche tous ceux qui ont voté contre lui pour la première fois d’écrire immédiatement au président du comité de 1922, Graham Brady, pour exiger un autre vote, ce que lui et ses collègues trouveraient difficile. nier sur un point technique, surtout quand ce point technique (comme nous l’avons déjà noté) n’existe pas vraiment.

Rien de tout cela ne veut dire, bien sûr, que le remplacement de Johnson résoudra d’un coup les problèmes du parti conservateur, lui garantissant ainsi une victoire aux prochaines élections générales. Certes, il est peu probable que cela lui fasse du mal : dans l’ensemble, les précédents historiques sont plutôt encourageants – pensez à Macmillan remplaçant Eden, Major remplaçant Thatcher et Johnson remplaçant May. Mais même si nous acceptons, comme on l’enseigne désormais couramment aux étudiants en politique, que la politique britannique est devenue de plus en plus « présidentialisée », le vendeur n’est pas encore l’alpha et l’oméga. Le produit – ce à quoi un parti pense et dit qu’il sert, ainsi que ce qu’il fait réellement lorsqu’il est au gouvernement – ​​compte toujours pour quelque chose.

Malheureusement pour les conservateurs, comme d’autres l’ont souligné, ils ont du mal à définir leur objectif et à montrer beaucoup de réalisations concrètes.

À certains égards, c’est une conséquence inévitable d’être au pouvoir depuis plus d’une décennie : presque tous les partis au pouvoir commencent à s’essouffler et à manquer d’idées après un certain temps. Mais c’est aussi le résultat d’un décalage flagrant. D’une part, il y a ce que l’air du temps semble exiger, à savoir un État plus engagé et habilitant, prêt à accepter à la fois que le présent doit être payé et que l’avenir doit être planifié. De l’autre, un parti obsédé par la restauration de ce que nombre de ses membres parlementaires et de la base considèrent comme les vérités éternelles de son glorieux passé thatchérien : faible taux d’imposition, faibles dépenses, déréglementation et aussi peu d’État-providence que l’électorat laissera le gouvernement s’en tirer. .

Puisqu’il s’agit d’un dilemme qui ne peut pas être facilement résolu, les conservateurs (à moins, bien sûr, que vous soyez assez naïf pour prendre leur discours de « nivellement par le haut » à moitié au sérieux) se sont effectivement condamnés à une pathétique politique de distraction, se vantant de aidant presque à lui seul l’Ukraine à gagner sa guerre contre la Russie, repoussant les migrants désespérés vers le Rwanda, revenant aux poids et mesures impériaux et à cette plante vivace robuste, créant de nouveaux lycées.

La délicieuse ironie est que, alors que ces déchets risibles sont la matière de mille rêves humides pour le parti dans les médias – les propriétaires, rédacteurs en chef et chroniqueurs de journaux de droite qui sont tout aussi importants pour le parti conservateur que ses députés et ses rangs et ses rangs – cela a rendu les électeurs si cyniques qu’ils semblent avoir rejeté le récent programme relativement généreux du gouvernement en matière de coût de la vie comme un autre gadget conçu pour sauver la peau de Johnson.

Cela peut, à peu près, réconforter les conservateurs qui s’intéressent encore à la politique intérieure des autres pays européens qu’ils ne sont pas les seuls à lutter. En regardant à travers le continent, il y a peu de pays où les partis chrétiens-démocrates, libéraux et conservateurs qui composent la droite dominante européenne semblent se porter particulièrement bien.

C’est en partie parce que, comme de nombreux partis sociaux-démocrates l’ont découvert il y a une dizaine d’années, c’est tout simplement de la malchance si vous vous retrouvez au gouvernement lorsqu’une crise économique (ou une autre) frappe. De plus, comme peuvent en témoigner les démocrates-chrétiens allemands, même lorsque vous avez la chance d’éviter ce sort, les partis au pouvoir dans d’autres pays sont tout aussi sujets à l’épuisement et au balancement du pendule politique qu’au Royaume-Uni. Pourtant, les difficultés rencontrées par les grands partis de droite en Europe reflètent également une situation socioculturelle et politique plus profonde.

En partie grâce à l’expansion de l’enseignement supérieur, les électeurs de la classe moyenne, qui étaient traditionnellement les électeurs les plus fidèles de la droite dominante, sont devenus culturellement plus libéraux à partir des années 1970. Pendant ce temps, en partie à cause d’une réaction violente contre la migration de masse dans les années 1990, un bon nombre d’électeurs de la classe ouvrière dont on aurait pu s’attendre à voter pour la gauche étaient désormais à gagner.

Tenter de s’assurer qu’ils ne gravitent pas vers la droite radicale populiste impliquait que les politiciens de la droite dominante aient le sentiment qu’ils devaient parler plus durement (en particulier sur l’immigration et en des termes plus nationalistes) que leurs électeurs plus libéraux et cosmopolites ne se sentaient à l’aise. Cela a conduit certains de ces électeurs à déserter, laissant ces politiciens s’appuyer sur des électeurs souvent moins bien nantis qui ont tendance à attendre plus de l’État que ce que les partis de droite traditionnels sont enclins à fournir.

Pendant un certain temps, le parti conservateur, notamment parce qu’il a toujours été plus heureux que ses homologues continentaux de se laisser aller au nationalisme, de flirter avec le populisme et de jouer la carte de l’immigration, a mieux géré cette situation que certains de ses partis supposés frères. . Mais, en procédant à un référendum in-out puis en soutenant un retrait «dur» de l’UE, il a largement dépassé.

Mettre fin à la libre circulation pour « reprendre le contrôle de nos frontières », par exemple, semble avoir contribué à une baisse significative de l’importance de l’immigration. Cela a peut-être, pour le moment en tout cas, aidé à éliminer Nigel Farage, mais cela a peut-être aussi privé les conservateurs d’un bâton avec lequel ils ont traditionnellement pu battre les travaillistes. Cela les prive également d’une excuse si le public venait à s’inquiéter excessivement des chiffres à l’avenir, sans parler des petits bateaux traversant la Manche ici et maintenant.

Plus grave encore, le retrait du Royaume-Uni du marché unique (sans lequel la fin définitive de la libre circulation n’aurait probablement pas pu être obtenue) et de l’union douanière est, la plupart des experts en conviennent, voués à ralentir la croissance économique pour les années à venir.

Pour un parti dont le principal attrait pour l’électorat a été sa prétention à offrir un niveau de vie plus élevé et un niveau raisonnable de services publics, cela est extrêmement voué à l’échec. Malheureusement, cependant, comme Tobias Ellwood l’a prouvé la semaine dernière, pour un député conservateur, même discuter ouvertement de la question, c’est inviter le ridicule, le plus évidemment de la part des partisans de Johnson désireux de qualifier ceux qui espèrent forcer le Premier ministre de Remoaners aigris.

Leur réaction pointe un dernier paradoxe au cœur des déboires actuels de leur parti : celui-ci est dirigé par un homme politique réputé pour son manque de principes mais dont la présence continue oblige tant de ses collègues non seulement à s’humilier mais aussi à fermer l’esprit. .

Tim Bale est professeur de politique à l’Université Queen Mary de Londres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*