Les premières démos Velvet Underground de Lou Reed dévoilées pour réédition

[ad_1]

Les premières versions de Lou Reed de certaines des plus grandes chansons du Velvet Underground, dont I’m Waiting for the Man et Heroin, ont été découvertes et sortiront en août.

Le label américain Light in the Attic, en partenariat avec la veuve de Reed, Laurie Anderson, sortira Words & Music, mai 1965, premier album d’une nouvelle série d’archives.

Il présente des démos de chansons que Reed a enregistrées avec le futur coéquipier de Velvet Underground, John Cale, et s’est envoyé par la poste dans un colis notarié afin de garantir le droit d’auteur sur les enregistrements sans déposer les documents officiels. Les enregistrements bobine à bobine de cinq pouces sont restés scellés pendant près de 50 ans et n’ont été entendus par presque personne auparavant.

Reed interprète les chansons à la guitare acoustique et à l’harmonica, Cale ajoutant des harmonies vocales, rendant les performances plus proches de la musique folk de l’époque que du rock d’avant-garde que le Velvet Underground allait bientôt lancer. Deux mois plus tard, en juillet 1965, le guitariste Sterling Morrison avait rejoint le groupe pour une autre série de démos, en novembre, ils s’appelaient le Velvet Underground, et en décembre, leur programmation était finalisée avec Maureen Tucker à la batterie.

Parmi les chansons présentées en démonstration en mai 1965, I’m Waiting for the Man et Heroin finiront sur leur premier album de 1967, The Velvet Underground & Nico, tandis que Pale Blue Eyes sortira dans une version sensiblement différente sur l’album éponyme du groupe. album de 1969.

Certaines des paroles des démos de mai 1965 s’écartent également des versions ultérieures : la démo de Heroin s’ouvre sur la phrase : « Je sais exactement où je vais », et comporte des lignes Reed distinctives qui n’ont pas fait l’enregistrement final. : « Les gens qui vendent les gens livre par livre / Et les politiciens et les clowns / Et les bienfaiteurs avec leurs froncements de sourcils. »

Écrivant les notes de pochette pour la sortie, le critique de rock américain Greil Marcus a déclaré: «La pauvreté dans ces chansons – la baignoire dans la cuisine que vous entendez dans leur maladresse, le cinquième étage sans rendez-vous que vous pouvez entendre dans leur défi – laisse vous les entendez, maintenant, comme de la craie sur un mur, non pas les marques qui s’effacent sous la prochaine pluie, mais des inscriptions qui, d’une manière ou d’une autre, deviennent partie intégrante de la brique, même si dans un an ou deux personne ne pourra les lire.

La réédition comprend également des chansons écrites par Reed qui n’ont jamais été enregistrées depuis, comme Too Late teinté de doo-wop et le morceau R&B Buzz Buzz Buzz. Une autre chanson teintée de folk, Men of Good Fortune, partage un titre avec un morceau de l’album solo de Reed, Berlin, mais est complètement différente. Certaines versions de la réédition comprennent des chansons inédites de Reed provenant de sessions d’enregistrement à domicile en 1963 ou 1964, ainsi que le numéro de doo-wop Gee Whiz, enregistré par Reed en 1958 alors qu’il avait 16 ans.

Words & Music, May 1965 sera également disponible aux formats single LP, CD, cassette et 8 pistes, ainsi que sur les services de streaming et de téléchargement. Des extraits des chansons peuvent maintenant être écoutés sur le site Web de Light in the Attic.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*